Author Archive Yves Saint-Hilaire

Usinage de caoutchouc par extrusion

L’extrusion est un procédé d’usinage du caoutchouc consistant à pousser une bande de mélange à travers une filière de façon à créer un profilé. Cette branche de mécanique industrielle est utilisée essentiellement pour la fabrication de pièces dont la longueur est importante et qui, par conséquent, sont difficiles à mouler comme les tubes, tuyaux, fibres textiles, plaques et les feuilles. Quelles sont également les autres spécificités de ce procédé industriel ? Quelles sont les étapes de l’extrusion de pièces en caoutchouc ? Pour avoir les réponses à ces questions, lisez cet article jusqu’à la fin.

Une technique de mise en forme

L’extrusion est une technique de transformation des matières thermoplastiques. Elle permet de produire des pièces aux formes encore plus précises et complexes que celles qui sont réalisées avec le matriçage ou l’estampage. À travers ce procédé, on peut produire des pièces en caoutchouc qui incorporent une bande de métal ou de plastique.

Autres domaines d’application

Outre le caoutchouc, l’extrusion peut être également appliquée pour la mise en forme d’autres types de matières thermoplastiques comme les métaux, les matières plastiques, les matériaux composites et l’argile.

Il ne faut pas confondre l’usinage par extrusion avec le tréfilage qui consiste aussi à faire passer un matériau au travers d’une filière, mais sous l’effet d’une traction et conduit à froid.

Quelques exemples de produits en caoutchouc fabriqués sur une ligne d’extrusion :

– Fils et câbles électriques recouverts d’une gaine caoutchouc ;

– Joints d’étanchéité pour les voitures ;

– Pneus semi-finis, etc. ;

Les équipements utilisés pour l’extrusion

Les ingénieurs et les entreprises d’usinage de caoutchouc choisissent les équipements en fonction du résultat escompté : tubes, profilés creux, profilés pleins, joncs, profilés à sections diverses, plaques, feuilles, etc. Mais, en général, voici la liste des outils les plus utilisés pour ce procédé :

– Vérin hydraulique

– Extrudeuse (le choix de cette machine dépend de la matière transformée et le débit).

– Filière

– Chenilles à bande

– Coextrudeuse

– Convoyeurs

– Couteau rotatif

Le fonctionnement de la ligne d’extrusion

Les différents équipements que comporte une ligne d’extrusion permettent de rendre une bande de mélange de caoutchouc non cuit à l’état de produit fini.

L’extrudeuse est la principale composante de la ligne. Pour fabriquer un profilé déterminé, il faut équiper l’extrudeuse d’une tête porte filière, d’une filière (pièce conçue spécialement pour obtenir un profil déterminé), d’un calibre refroidisseur ou conformateur (composé d’un dispositif dans lequel certaines pièces sont adaptées au profil extrudé) et d’un ensemble de réception.

Selon les pièces à créer, il est possible de combiner plus d’une bande. On l’alimente en languettes de caoutchouc provenant directement du moulin ou d’un entrepôt à température contrôlée. Cisaillées et poussées par la vis sans fin de l’extrudeuse, les languettes de mélange passent à travers une filière conçue pour lui donner un profil précis. Une bande de caoutchouc provenant de l’accumulateur, puis pliée sur des rouleaux pré-formeurs, peut être intégrée au profilé à sa sortie de la filière. Le profilé subit ensuite une première cuisson dans une série de fours. Les deux dernières étapes sont le refroidissement (dans un bassin d’eau froide) et le séchage de profilé.

À présent, vous êtes informé de tous les points essentiels à savoir sur l’usinage par extrusion de pièces en caoutchouc et de matières thermoplastiques. Si vous avez un projet de conception de pièces en caoutchouc compact ou cellulaire, vous pouvez vous renseigner auprès d’une entreprise d’usinage près de chez vous. Si vous êtes dans la région parisienne et dans la Basse Normandie, la société SODECOUPE à Ozoir-la-Ferrière peut réaliser toutes vos demandes. Elle est reconnue partout en Europe, particulièrement en France, pour la qualité de ses réalisations.

Tags

Le métier d’ébéniste est-il fait pour vous ?

L’orientation professionnelle est une phase décisive, vous devez faire le point sur vos envies et vos aptitudes. Pourquoi ne pas travailler le bois ? Le métier d’ébéniste attire de plus en plus de personnes, d’autant plus que l’écologie est au centre des préoccupations actuelles. Suivez nos explications pour savoir si le métier est fait pour vous.

Les aptitudes requises pour intégrer une école d’ébénisterie

Les écoles d’ébénisterie accueillent les débutants et les avancés. Il existe plusieurs niveaux suivant vos compétences et plusieurs modules selon vos objectifs. Le niveau de langue requis au Canada dépend du centre que vous choisissez. De même pour le niveau d’études nécessaire, mais vous recevrez un diplôme ou un équivalent de diplôme à la fin de votre cursus scolaire. Le travail commence depuis l’élaboration du plan. Vous devez donc posséder des aptitudes ou des notions en dessin (par ordinateur ou manuel) et en géométrie. Le métier d’ébéniste nécessite de la motivation, de l’imagination (pour des créations uniques) et de la minutie (pour ne laisser échapper aucun détail).

Ce que l’on vous enseigne dans les écoles

Des enseignants qualifiés dans le travail du bois peuvent faire de vous un grand ébéniste. Ils vous enseignent la manipulation de divers outils manuels et électriques liés aux travaux d’ébénisterie. Dans le but d’effectuer des travaux industriels, vous apprenez à entretenir et à ajuster la machinerie.

Des professeurs expérimentés vous initient à la sculpture ornementale sur bois, aux dessins d’ameublement et aux diverses finitions (le ponçage, le cirage, le vernissage et parfois l’apposition de motifs en nacre, en ivoire ou en ébène).

Les techniques de collage et d’assemblage (à rainure et languette, à tenon et mortaise) vous sont également livrées. Le tournage du bois fait aussi partie du programme. Pour vous aider à choisir le bois à travailler, vous bénéficierez de larges connaissances sur toutes les essences. On distingue le bois classique (comme l’acajou, le merisier, le chêne ou le noyer) et le bois précieux (comme l’ébène et le palissandre).

Pour les travaux de finition, on vous initie à l’exploitation des matériaux modernes comme les métaux et le verre, des matériaux de synthèse et des matériaux composites.

À la fin de votre apprentissage, vous pouvez réaliser différents styles de mobilier. Vous pouvez créer des tables (table de bout, table de console galbée…), des sièges aux différents styles (chaises, banc d’entrée, fauteuils…), des meubles de rangement comme le petit bibus et la bonnetière…

Des séminaires et des ateliers

Plusieurs écoles proposent des séminaires sur différents thèmes comme l’aiguisage, le gabarit, la planification d’atelier. C’est le cas de l’École d’ébénisterie Mirabel. Elle consacre plusieurs heures pour des séminaires et des ateliers permettant aux élèves de se perfectionner. Les séminaires et les ateliers vous aident à vous améliorer et à vous préparer pour votre futur métier. Ils sont nécessaires, compte tenu de la polyvalence du métier d’ébéniste. Il faut savoir que l’ébéniste travaille à partir de croquis du meuble (ou de l’objet) à réaliser. Il intervient depuis le choix du modèle et du bois au débitage, à l’assemblage et à la pose de placage et des différents accessoires. Il est capable de créer un modèle unique, de copier un meuble (ou un objet existant) et de le restaurer comme à l’original.

Votre avenir professionnel

Vous pouvez être un salarié dans une entreprise. Spécialisé dans la fabrication de meubles en bois (et d’autres matières en accessoires), vous aurez votre place dans une usine de fabrication de meubles. Aptes à réparer et à restaurer des meubles, les entreprises de réparation de meubles vous ouvrent leurs portes. Doué dans la conception et la réalisation d’escaliers et autres, vous pouvez travailler dans une entreprise de construction. Dans tous les cas, les entreprises d’ébénisterie vous accueillent et vous placent selon vos compétences. Vous pouvez aussi travailler à votre compte.

Pour vous aider à faire votre choix, informez-vous sur l’inscription ainsi que sur le cursus scolaire que propose ces écoles. L’École d’ébénisterie Mirabel au Québec propose une formation pour tous les niveaux. Chaque groupe se compose de 2 à 6 élèves maximum pour un suivi efficace de votre performance.

Tags

Comment aménager son entrepôt ?

L’ entrepôt est indispensable pour toute entreprise. Il doit être organisé de manière très pratique. Aussi, il est important de bien l’agencer afin d’optimiser l’espace.

Structuration de l’espace

L’entrepôt n’est pas seulement un endroit de stockage, mais également un lieu de passage. Donc, afin d’obtenir un espace de stockage suffisant et pour faciliter et sécuriser la circulation, il est plus pratique de délimiter les zones comme celles du chargement, du déchargement et du stockage. Une fois les zones délimitées, vous pouvez passer à l’agencement de l’entrepôt.

Agencement de l’entrepôt

Afin de parvenir à une bonne organisation de l’entrepôt, il faut avant tout tenir compte de la nature des marchandises à stocker, les conditionnements et ses caractéristiques. Mais il faut également tenir compte des activités de l’entreprise. Ces informations sont nécessaires pour savoir comment procéder à l’agencement ou quelle stratégie de gestion des stocks utilisée. Le plus souvent, les gestionnaires d’entrepôt procèdent par la méthode ABC qui permet d’adapter le rayonnage à la charge et à la nature des marchandises, tout en tenant compte de leur taux de rotation. Les marchandises sont catégorisées en fonction de ce dernier. Ceux de type A dont le taux équivaut à 80 %, sont entreposés près des zones d’entrées et de sorties et en hauteur. Ceux de type B et dont le taux équivaut à 15 %, sont placés au milieu de l’entrepôt et en bas des rayonnages. Et pour ceux de type C qui sont moins sollicités, sont entreposés tout au fond et en hauteur.

Il y a aussi la méthode FIFO qui est fondé sur le principe que les produits achetés et stockés en premier, appelés actifs, sont les premiers à sortir de l’entrepôt. Par contre, pour la méthode LIFO, ce sont les produits qui sont entrés en dernier sont les premiers à sortir.

Il y a également la méthode FEFO, qui est fondée sur le principe que les produits ayant une date de péremption la plus proche sont les premiers à sortir.

Mais à part l’agencement de l’entrepôt, ces éléments sont aussi utiles pour choisir le type matériel de stockage et équipement adaptés pour l’entreposage.

Les types de rayonnages industriels pour entrepôt

Les rayonnages industriels sont les structures métalliques sur lesquelles on range et stocke des cartons, des bacs, des palettes, etc. Il y a plusieurs variétés de rayonnages industriels selon les besoins de stockage.

Le rayonnage conventionnel

Ce type de rayonnage est le plus utilisé et le plus commun parce qu’il permet d’atteindre facilement les marchandises grâce aux allées de circulation. Les palettes et les bacs sont entreposés de manière à faciliter le contrôle des stocks. Donc, celui-ci est adapté à tous les types de méthodes (Fifo, Lifo, etc.). Ce système de rayonnage est aussi facile à démonter et à installer et on peut y ajouter des accessoires pour les produits aux dimensions spécifiques comme les pneus, etc.

Le rayonnage par accumulation

Ce système de rayonnage est composé de plusieurs allées de charge intérieures pour faciliter la circulation des engins de manutention comme les gerbeurs et les chariots élévateurs. De plus, l’avantage de ce système est sa capacité de stockage en surface et en hauteur. Il y a deux types de rayonnages par accumulation : le système d’accumulation drive-in et le système d’accumulation drive-through.

Le rayonnage cantilever

Le rack cantilever est conçu pour entreposer des objets lourds, volumineux et longs.

Mais, afin de bien choisir le type de rayonnage approprié, il est indispensable de consulter un professionnel qui pourra vous fournir des solutions d’entreposage en fonction des caractéristiques de vos marchandises et de la taille de votre entrepôt. Les Installations Fastek situées à 1 rue Dumontier Laval H7j 1C5 sont spécialisées dans la vente et installation d’étagères, de racking efficace et de palettiers.

 

Tags, ,

Comment se débarrasser des nuisibles de manière efficace ?

La maison est le gîte de nombreux hôtes indésirables qui rend souvent votre vie désagréable. Cafards, fourmis, punaises de lit, souris, rats et autres petites bêtes se sont invités chez vous sans votre permission. Se débarrasser de ces intrus de la maison n’est pas une mince affaire, d’où la nécessité de faire appel à un professionnel pour mettre définitivement à terme leur présence dans votre lieu de vie. Existe-t-il des moyens efficaces pour se débarrasser des nuisibles ? Est-il nécessaire de faire appel à un professionnel pour chasser les insectes et les autres nuisibles de la maison ? Obtenez les réponses à ces questions dans la suite de l’article.

Les traitements préventifs contre les nuisibles

L’envahissement de la maison par des insectes (fourmis, mouches, blattes, punaises de lit, etc.), des rongeurs (souris, rats, etc.) et d’autres nuisibles est un véritable fléau pour de nombreux ménages. Il s’agit d’un problème de santé publique qui fait l’objet d’une réglementation particulière. En effet, la présence de nuisible dans une zone pose le problème de l’hygiène. Afin de prévenir leur apparition, il est important de veiller à la salubrité. La première prévention est d’éviter l’accumulation de déchets en tout genre, qu’ils soient d’origine ménagère, agricole ou autre. Sachez également que la loi oblige les propriétaires, les locataires, les gérants d’immeubles et les autres établissements privés à maintenir un bon niveau d’hygiène dans leur entourage et à signaler toute présence de nuisibles.

Se débarrasser des nuisibles de façon écologique

Pour faire partir ou éliminer les nuisibles qui ont élu domicile chez vous, il existe toute une multitude d’astuces. Toutefois, l’efficacité de certaines techniques de désinsectisation et de dératisation (répulsifs naturels, pièges, etc.) est assez limitée, surtout si l’invasion a atteint une certaine ampleur. Il faut savoir cependant que le meilleur moyen de chasser certains nuisibles comme les blattes, les fourmis et les mouches est de les priver de nourriture, d’où l’intérêt de ne pas laisser traîner les restes d’aliments. Outre la présence de nourriture, l’obscurité, la chaleur et l’humidité attirent aussi certains insectes. Ainsi, l’inspection régulière de tous les recoins susceptibles de leur servir de refuge est recommandée. Face à certains nuisibles, la lutte passe souvent par l’utilisation de méthodes plus élaborées.

L’utilisation de produits chimiques dans la lutte contre les nuisibles

Le recours aux produits chimiques pour éliminer les nuisibles est souvent l’option radicale. En effet, l’agressivité avérée de certains traitements chimiques nécessite la mise en œuvre de quelques précautions. C’est pourquoi il est recommandé de faire appel à un professionnel en désinsectisation et en dératisation avant d’envisager l’éradication des nuisibles avec des insecticides ou raticides. L’utilisation des produits chimiques fait aussi appel à des techniques spécifiques parce que certains composants chimiques peuvent avoir pour effet de repousser au lieu de tuer. Si le traitement n’est pas fait correctement, les nuisibles risquent de récidiver pour retrouver leur refuge préféré. Dans tous les cas, avant d’adopter un traitement chimique contre les nuisibles, prévenez vos voisins.

Les bonnes raisons de faire appel à un professionnel

Pour désinsectiser, dératiser et désinfecter de manière sécurisée, il est conseillé de faire appel à un professionnel agréé et expérimenté. Le mieux serait de solliciter les prestations d’une entreprise 3D (désinsectisation, dératisation, désinfection) afin de répondre efficacement à tous vos besoins. Avant toute intervention, une entreprise de ce genre procède toujours par un diagnostic et une analyse de la zone ou de la maison à traiter. Cela lui permet de définir des modalités d’intervention adaptées au type de nuisible à éliminer, au degré d’invasion, à la surface à traiter, etc. L’entreprise Biomaitris basée près de Toulouse fournit une large gamme de prestations aux particuliers et professionnels afin d’éradiquer les nuisibles de manière efficace.

Tags, ,

Tout savoir sur l’assurance d’entreprise

Une assurance est un contrat signé entre l’assureur et l’assuré dans lequel le premier s’engage à fournir un service au second en cas de survenance d’un risque. C’est le cas d’une assurance d’entreprise qui vise à protéger l’entrepreneur de divers risques liés à son activité. Également appelée assurance commerciale, l’assurance d’entreprise concerne les grandes compagnies, mais également les PME et les travailleurs autonomes. Pourquoi souscrire à ce type d’assurance ? Comment se déroule l’assurance d’entreprise ? À qui faut-il s’adresser ? Obtenez les réponses à ces questions dans la suite de l’article.

Les bonnes raisons de souscrire une assurance d’entreprise

Une assurance d’entreprise offre généralement une protection dans trois domaines : les biens, l’activité et les collaborateurs. Les clauses de ce type de contrat sont adaptées en fonction des spécificités de l’activité d’une entreprise. Ainsi, il appartient à l’assureur et à l’assuré de définir les détails de couverture de l’assurance en fonction de la configuration de l’entreprise, de son contexte économique et de sa stratégie de développement. Dans tous les cas, une assurance d’entreprise couvrent les dommages sur des biens comme les bâtiments, le matériel, le stock, etc. Ainsi, la souscription à une assurance permet, par exemple, de prévenir les pertes causées par les incendies et les dégâts des eaux, ainsi que les intempéries diverses.

L’assurance d’entreprise sert aussi de rempart contre divers risques d’exploitation. En effet, la suspension temporaire de l’activité à cause de la survenance d’un événement aléatoire peut être couverte par une assurance. Dans ce cas, il y aura à coup sûr une baisse de revenus. L’assurance prend ainsi le relais afin d’aider l’entreprise à supporter ses charges courantes tout en limitant les pertes. D’autres risques peuvent être couverts par l’assurance d’entreprise, pour ne citer que le vol et le détournement de fonds par des employés. La couverture peut aussi concerner la responsabilité civile, c’est-à-dire, les dommages matériels ou corporels causés à autrui dans l’exercice de l’activité de votre entreprise.

Fonctionnement de l’assurance d’entreprise

La première étape à franchir avant de souscrire une assurance d’entreprise est d’identifier et d’évaluer les risques. Il faut ensuite procéder à hiérarchisation de tous les risques afin de déterminer s’il est plus prudent de les couvrir par une assurance ou pas. Cette démarche de diagnostic doit être confiée à un spécialiste afin d’évaluer de façon précise les conséquences sur le chiffre d’affaires de l’entreprise en cas de sinistre ou de pertes d’exploitation. L’analyse de risque permet ainsi de savoir tout ce qu’il faut mettre dans la police d’assurance afin d’avoir une meilleure protection. Sachez qu’il est possible de conduire cette analyse de risque avec l’assureur. Cela permet d’ailleurs de mieux négocier le transfert de risque en fonction des besoins de l’entreprise.

S’adresser à un professionnel d’assurance agréé (PAA)

Pour choisir un contrat d’assurance répondant au profil, aux besoins et au budget de votre entreprise, il est important d’avoir l’aide d’un professionnel. Cela permet surtout de comparer les différentes offres des assureurs et leurs tarifs. Expert en négociation, un courtier d’assurances est le spécialiste qu’il vous faut pour souscrire un contrat dans les meilleures conditions. Son principal rôle est de trouver une assurance adaptée aux besoins de votre entreprise. Le courtier d’assurances met son expertise et son expérience au service de son client, c’est-à-dire, l’assuré. Grâce à ses connaissances techniques, il est en mesure de procéder aux différentes analyses nécessaires à la conclusion d’un contrat d’assurance d’entreprise taillé sur mesure.

La compagnie CJP D’ARAGON COURTIER D’ASSURANCE INC située à Laval est à votre service pour vous accompagner dans la souscription aux différents types d’assurances des particuliers et des entreprises. Partenaire de longue date de plusieurs compagnies d’assurances, ce professionnel vous garantit une meilleure couverture, quels que soient vos besoins et votre budget.

Tags, ,

Les étapes de l’usinage des pièces mécaniques

L’usinage des pièces mécaniques est un long processus complexe qui demande une grande précision et un savoir-faire technique poussé. Cette branche de la mécanique industrielle fait l’objet de nombreuses sollicitations dans différents secteurs tels que l’aviation, l’électronique, l’automobile, l’ameublement, l’énergie nucléaire, l’habillement, l’industrie cosmétique, la papeterie, la métallurgie, la sidérurgie, le transport et la mécanique générale. Mais quelles sont les étapes de l’usinage des pièces mécaniques ? Pour avoir une réponse à cette question, lisez cet article jusqu’à la fin.

Les dessins techniques

Les dessins techniques ou dessins industriels, passent avant la modélisation des pièces. D’ailleurs, les ingénieurs déterminent la technique d’usinage appropriée en se basant sur ces plans. Ce sont, en quelque sorte, des esquisses sur lesquelles figurent les caractéristiques de la pièce (dimensions et formes). Elles servent à mettre en place les idées servant à valider les concepts. Pour résumé, cette première étape conditionne donc la qualité et le rendu final de la pièce.

La modélisation par ordinateur

La modélisation informatique vient après la validation des schémas techniques. C’est une phase durant laquelle, la pièce est modélisée au moyen de logiciels 3D professionnels comme :

  • CATIA
  • OpenSCAD
  • Rhino3D
  • Alias
  • Cobalt
  • 3D Design

Les applications 3D permettent de visualiser toutes les faces de la pièce à usiner et de faire des rectifications avant de procéder à l’usinage.

Le choix des machines et des outils

Les ingénieurs et les techniciens choisissent les équipements et les outils à utiliser en fonction de la matière à usiner et du résultat escompté. Une multitude de machines peuvent ainsi être utilisées :

  • Tours conventionnels
  • Fraiseuses
  • Poinçonneuses
  • Rectifieuses
  • Presses hydrauliques

Ces équipements servent à exécuter les procédés d’usinage classiques comme :

  • Le tournage
  • Le fraisage
  • La perforation
  • La rectification
  • L’électro-érosion
  • Le découpage
  • L’estampage
  • L’emboutissage
  • Le pliage
  • L’extrusion
  • Le forgeage

Les axes

Les axes sont également un critère déterminant dans la conception et la fabrication des pièces industrielles. Auparavant, les experts en mécanique industrielle et en soudage fabriquaient et réparaient les pièces sur 3 axes. Cette méthode rendait le processus d’usinage plus difficile. Cette technique a principalement été employée dans les secteurs de l’architecture et l’art. Entrant dans la conception de pièces peu profondes, elle présente cependant ses limites notamment lorsqu’il s’agit de fabriquer une pièce présentant des cavités étroites.

Grâce à l’avancée de la technologie, l’usinage 3 axes a, peu à peu, cédé la place à l’usinage 5 axes. Cette dernière permet une certaine liberté dans la phase de conception d’une pièce. Elle convient parfaitement à la conception des pièces profondes constituées de matériaux durs. Par rapport à l’usinage 3 axes, ce procédé révolutionnaire garantit un niveau de précision extrêmement élevé. Outre ces qualités, il permet aussi de raccourcir le délai d’usinage et de rentabiliser le coût de la production.

L’usinage

En dernier lieu se trouve l’usinage à proprement parler. Cette étape est généralement effectuée manuellement à l’aide de machines spécifiques. Cependant, l’invention des machines-outils à commande numérique permettent une automatisation partielle ou totale du processus. Pour une finition nette et sans bavure, les ingénieurs ou les techniciens chargés de la conception des pièces effectuent différentes tâches et opérations :

  • Lecture des plans et des documents techniques
  • Paramétrage et mise en service des machines et des outils
  • Organisation des différentes phases de fabrication
  • Ébavurages
  • Vérification des éventuelles imperfections

À présent, vous savez comment se déroule l’usinage des pièces mécaniques. Si vous avez un projet de prototypage, de conception (petite, moyenne ou grande série) ou de réparation, vous pouvez vous renseigner auprès d’une entreprise spécialisée dans l’usinage de précision comme la compagnie Forces Electromécanique, située à Sainte-Thérèse, à Montréal.

Tags,

Pourquoi choisir un vitrage sur mesure ?

Élément indispensable de la construction d’un bâtiment, le vitrage tient des rôles importants. Un atout esthétique indéniable, les menuiseries vitrées apportent la luminosité à l’intérieur d’une maison tout en assurant une bonne isolation thermique et phonique. Vous avez de mal à choisir le type de vitrage adapté à votre bâtiment ? Optez pour des vitres sur mesure. Afin de vous aider à faire le bon choix, nous vous proposons ce guide. Découvrez les différents types de vitrages et choisissez un professionnel pour vous aider à réaliser vos projets.

Les différents types de vitrages

Sur le marché, vous aurez le choix entre 3 principaux types de vitres qui sont destinés à des utilisations variées : le simple vitrage, le double vitrage et le triple vitrage.

La vitre ou le verre simple est sans doute le matériau le plus utilisé dans la fabrication de nombreux ouvrages de vitrerie malgré sa délicatesse. Un simple vitrage est surtout utilisé dans la construction immobilière dans la fabrication de divers objets de décoration à cause de sa couleur transparente laissant passer la lumière. Disponible en plusieurs épaisseurs, le simple vitrage doit surtout son succès à son prix abordable.

Quant au double vitrage, il est disponible sous plusieurs formes, épaisseurs et types. Il s’agit d’un matériau formé par deux plaques de verre placées face à face et séparées par une épaisseur d’air immobile, appelée « lame d’air ». Son utilisation est surtout recommandée pour conserver un bon équilibre thermique à l’intérieur d’un bâtiment. En plus, le double vitrage a le grand atout de réduire les bruits. C’est aussi un excellent vitrage de sécurité retardataire d’effraction.

Conçu de la même manière qu’un double vitrage, le triple vitrage bénéficie d’un assemblage plus sophistiqué. En effet, les lames d’air sont composées de gaz d’argon ou de krypton afin d’accroître ses performances thermiques. Ce type de vitre est ainsi très sollicité dans la construction de maisons écologiques à faible consommation énergétique malgré son prix assez onéreux. Le triple vitrage limite la déperdition de chaleur, ce qui réduit l’utilisation d’un chauffage.

Les vitrages innovants

Le verre figure sans conteste parmi les matériaux qui ont enregistré le plus de progrès dans sa conception. De nos jours, plusieurs types de vitrages innovants sont proposés sur le marché. Certains fabricants cherchent à améliorer la performance thermique d’une vitre en intégrant des composants innovants comme les couches d’oxyde métallique. On retrouve aussi sur le commerce des verres beaucoup plus clairs et plus transparents grâce aux progrès apportés dans leur conception. Le vitrage sérigraphié et le vitrage ornemental font partie de ces nouvelles générations de vitres. Vous pouvez aussi trouver sur le marché des vitrages auto-nettoyant, anti-réfléchissant, chauffant, calfeutrant, etc.

Les bonnes raisons de choisir un vitrage sur mesure

Le choix entre le vitrage standard et le vitrage sur mesure dépend surtout de votre projet. Pour une installation sur une construction neuve, il est plus facile d’adapter un vitrage standard à la configuration du bâtiment. En revanche, dans le cadre d’une rénovation, le choix d’un vitrage sur mesure est recommandé afin d’éviter les coûts supplémentaires liés à la fabrication de nouveaux supports. En plus, le vitrage sur mesure offre aussi une large possibilité de choix de dimensions, d’épaisseurs, de forme et de finitions. Dans tous les cas, n’hésitez pas à discuter de votre projet à un fabricant de vitre afin qu’il puisse vous proposer des prestations sur mesure répondant à vos besoins.

Votre projet de vitrerie entre de bonnes mains

Afin de réaliser tous travaux de vitrage dans le respect de votre cahier de charges et des normes de construction en vigueur, adressez-vous à un professionnel. L’établissement Bullo Faure basé à Clermont-Ferrand met à votre disposition son savoir-faire dans le métier. Vous pouvez faire appel à son équipe pour l’installation de divers ouvrages de miroiterie et de vitrerie. La pose de menuiseries divers figure aussi parmi ses spécialités.

Tags, ,

Drainage des fondations : les étapes des travaux

Le drainage dans le domaine de la construction consiste à protéger le bâtiment de l’humidité. Il s’agit d’une étape importante dans les phases des travaux parce que la pose d’un drain permet de consolider la structure du bâtiment. Le drainage des fondations vise à protéger les parties enterrées d’une construction. Les travaux consistent à mettre en place un système de collecte et d’évacuation des eaux souterraines via des tuyaux de drainage placés autour du bâtiment. Il est à noter que l’installation d’un drainage de fondation doit être confiée à un professionnel. Plusieurs étapes sont nécessaires à la pose d’un drain de fondations.

L’étude de sol

La première étape de l’installation d’un drain est l’étude de sol. Dans le cadre d’une construction neuve, celle-ci doit se dérouler avant la pose des fondations afin de déterminer le substrat géologique du terrain. En effet, pour connaître la nature du sol, sur lequel une future maison se reposera, il est recommandé de faire appel à un expert. À partir des cartes géologiques, d’un plan de masse et des plans de la construction, un géotechnicien peut, par exemple, déterminer les bons emplacements pour placer les fondations. La même étude sera utilisée lors de l’installation du drain de fondation. Dans le cadre d’une rénovation ou d’un remplacement d’un système de drainage existant, l’étude du sol n’est pas forcément nécessaire.

Planification et choix du matériel

L’installation d’un drain de fondation nécessite une bonne planification qui commence toujours par le choix de l’emplacement de chaque composant du système de drainage. Cette étape fait appel à la maîtrise technique du professionnel à la charge des travaux. En effet, plusieurs calculs doivent être réalisés afin de déterminer l’emplacement, la profondeur et l’orientation du drain. Une bonne planification permet aussi de déterminer les différents matériaux à mettre dans les travaux. Le choix des tuyaux de drainage doit être fait avec beaucoup de minutie afin de garantir l’efficacité du système de collecte et d’évacuation des eaux.

Creusage de la tranchée

Quelle que soit la configuration du bâtiment, le creusage d’un drain de fondation doit être réalisé sur une distance constante à partir des murs extérieurs. Quant à la largeur et à la profondeur de la tranchée, celles-ci dépendent de la nature du sol. Dans cette étape, l’utilisation d’une mini-pelle est fortement conseillée. En effet, avec un matériel non adapté, il est assez difficile de creuser une tranchée qui doit avoir une pente d’un centimètre par mètre afin de faciliter l’écoulement des eaux. Dans tous les cas, il faut niveler le fond de la tranchée avant de passer à la prochaine étape.

Pose d’un film géotextile et des tuyaux de drainage

La dernière étape de la pose d’un drain de fondation consiste à placer un film géotextile sur chaque longueur de la tranchée. Un lit de gravier d’environ 10 à 15 cm est ensuite déposé sur le film avant de poser un tuyau en PVC perforé. Après avoir raccordé tous les tuyaux sur les déviations, une deuxième couche de gravier plus épaisse est à déverser dans la tranchée avant de recouvrir le tout avec le film géotextile. Pour terminer le chantier, il faut remblayer et compacter la tranchée en prenant le soin de bien dégager les regards de visite placés sur chaque angle du système de drainage.

Faire appel à un professionnel

Pour réaliser vos travaux de drainage de fondations à Chicoutimi et dans d’autres villes du Québec, faites appel à la compagnie Aménagement Vallée & Coupe-Herbe Saguenay. Spécialisé dans l’aménagement paysager, ce professionnel réalise tous travaux d’excavation et de terrassement. L’installation de différents systèmes de drainage, le remplacement de drains de fondation, ainsi que l’imperméabilisation des fondations font partie de ses spécialités. Vous pouvez aussi faire appel à ses services pour réaliser la pose de fosses septiques, de champs d’épuration et d’autres ouvrages du bâtiment.

Tags,

Tout savoir sur le tubage de cheminée

Lors de l’installation d’un poêle à bois ou à granulés, le tubage de votre conduit de cheminée est souvent une étape incontournable. Le principe consiste à introduire un tube en inox à l’intérieur du conduit maçonné d’une cheminée afin d’éviter la fuite de fumée toxique et pour améliorer le rendement du foyer. Le tubage, également appelé « gainage » ou « chemisage », est une opération absolument à confier à un professionnel. Pourquoi tuber une cheminée ? Quelles sont les différentes méthodes de tubage de cheminée ? Existe-t-il des obligations légales pour ce genre de travaux ?

L’utilité du tubage de cheminée

Le conduit de fumée d’une cheminée traditionnelle est maçonné avec du béton ou de la terre cuite. Toute construction neuve est souvent munie d’une cheminée avec un conduit maçonné. Afin de conserver la performance du foyer, le propriétaire doit ainsi investir dans le tubage lors des travaux de rénovation. En effet, un conduit maçonné neuf possède un bon tirage, mais au fil du temps, la paroi devient rugueuse à cause de l’accumulation de la suie et d’autres résidus de combustion. Une telle obstruction affecte la performance de la cheminée et entraîne aussi des problèmes d’étanchéité, ainsi qu’une fuite des fumées toxiques. Le ramonage d’un conduit maçonné a un résultat assez limité, d’où l’intérêt de procéder au tubage ou à la pose d’un tube inoxydable dès la première rénovation de la cheminée. C’est la meilleure alternative afin de retrouver un bon niveau de rendement de votre foyer et pour allonger la durée de vie de votre installation.

Les différentes méthodes de tubage de cheminée

Pour tuber le conduit de votre cheminée, vous avez le choix entre les tubes rigides et les tubes flexibles. La plupart des tubes de cheminée proposés sur le marché sont en acier inoxydable à simple ou à double paroi. Le tubage rigide est surtout recommandé pour gainer une cheminée ayant un conduit droit. Quant au tubage flexible, celui-ci est surtout privilégié pour le gainage d’un conduit dévoyé. Sa facilité de mise en œuvre et son coût moins élevé figurent parmi ses meilleurs atouts. D’ailleurs, l’installation d’un tubage flexible reste la solution la plus choisie dans le cadre d’une rénovation d’un conduit existant. Sachez qu’avant les travaux de tubage, le conduit maçonné doit être ramoné dans son intégralité. Le tubage doit être réalisé sur toute la longueur du conduit, au départ du chauffage jusqu’au haut de la cheminée. Il faut aussi éviter que le tubage touche la paroi du conduit maçonné.

Les règles régissant la pose d’un tubage de cheminée

Il faut savoir que le tubage de conduit de cheminée est obligatoire lors de l’installation d’un foyer fermé, d’un insert ou d’un poêle à bois. Outre le ramonage avant les travaux, le tubage est aussi régi par plusieurs textes réglementaires et normes diverses. Tous travaux de construction et de rénovation de conduits d’évacuation des fumées sont, par exemple, régis par la norme NF DTU 24.1. Celle-ci précise la technique d’installation à adopter, les distances entre la paroi du conduit maçonné et le tubage, les dimensions des tubes, ainsi que les matériaux et les composants autorisés dans ce genre de travaux. Sachez que dans tous travaux de tubage, il est primordial d’assurer une bonne ventilation du conduit maçonné, et ce, sur la partie basse comme sur la partie haute. Après l’installation d’un tubage, il est nécessaire de réaliser un test d’étanchéité. Celui-ci doit être renouvelé tous les 3 ans afin de garantir le bon fonctionnement du tubage.

Pour réaliser le tubage de votre cheminée, dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation, faites appel à l’entreprise PRO-TUBE basée à Colmar. Son équipe se tient à votre disposition pour différents travaux de cheminée en Alsace.

Tags, ,

L’importance de porter des vêtements de travail

A l’heure de la forte concurrence, de plus en plus de professionnels dans différents secteurs d’activités portent des tenues de travail. Considérés comme des vecteurs de communication, une obligation de sécurité… ces habits remplissent diverses fonctions. Ses enjeux se multiplient de plus en plus.

Faire connaître les valeurs d’une entreprise

Le fait de porter un vêtement de travail permet d’écrire l’histoire collective d’une profession, d’une entreprise ou d’une marque. Étant un authentique vecteur de communication, un porteur d’image et de valeurs d’une société, le vêtement professionnel offre beaucoup de choix stratégiques en termes de marketing et de communication.

Qu’il s’agisse d’une entreprise de grande envergure ou de taille moyenne, les habits professionnels constituent un élément stratégique.

Un moyen de séduction de clients

L’attention du client est souvent attirée par le vêtement professionnel que portent les employés d’une société. Et ce, avant même qu’il ne connaisse la société.

Un client fasciné par un habit professionnel arrive à déterminer ce qu’il recherche et à donner des estimations à une société. Dans cette quête d’affrioler le client, de réels enjeux s’appuient sur la dimension esthétique, le design, et la coupe de la tenue de travail qui y jouent tous des rôles prépondérants.

Mise en valeur des équipes

Porter des habits professionnels qui reflètent la couleur de la société ou d’une enseigne permet de reconnaître une entreprise. Pour les employés, cela crée également un sentiment d’appartenance au sein d’une équipe et de la société.

Les vêtements professionnels indiquent une identité vestimentaire collective. Ils sont des moyens pour reconnaître sans difficulté les différents corps de métiers : jardinier, garagiste, boucher, serveur, peintre… Le but du port de tenue de travail est aussi de mobiliser l’ensemble de l’équipe pour atteindre des objectifs communs et pour valoriser les savoir-faire de chaque professionnel .

Protection de l’utilisateur

La fonction historique des vêtements de travail est surtout de protéger l’employé des risques connus dans son domaine de travail tels que la chaleur, les éclaboussures, les microbes, les salissures… Cette fonction est scrupuleusement liée aux exigences premières de propreté et d’hygiène. En enfilant un pantalon de travail, une veste de travail, un tablier de cuisine… le professionnel préserve ses habits personnels en portant une tenue à la fois propre et saine conformément à son secteur d’activité comme la restauration, le bien-être, le BTP…

Bien évidemment, la tenue de travail doit se conformer aux normes vestimentaires existantes. Actuellement, elle doit être portée comme un équipement de protection individuelle ou EPI pendant les heures de travail. D’un côté, elle défend le porteur contre divers risques qui pourraient nuire à sa santé ou menacer sa sécurité. De l’autre côté, elle protège aussi des objets et des produits palpés.

Tenue de travail plus stylée

A la fois décontractée et plus confortable, la tenue de travail est actuellement plus adaptée au style de vie, aux goûts, et aux envies de l’utilisateur. Généralement portées plus de 8 heures au quotidien par des hommes et des femmes au travail, les habits de travail sont appréciés pour leur design et leur dimension esthétique aujourd’hui. Certains professionnels recherchent même des vêtements de travail se rapprochant du style « sportwear » et de coupes « streetwear ».

Pour la grande satisfaction des porteurs, l’habillement professionnel s’accorde parfaitement aux codes de la mode sans s’écarter pour autant des exigences normatives à l’heure actuelle. Il suit son époque tout en étant personnalisé par des sérigraphies, transferts numériques, broderies de logos…

Vous pouvez trouver différents styles de vêtements professionnels et d’autres accessoires à des prix compétitifs chez Boutique du travailleur St-Gervais Inc.

Tags, ,