Author Archive Yves Saint-Hilaire

Comment faire de la broderie ?

A part les différentes techniques pour réaliser un dessin, la broderie est avant tout un œuvre d’art. Avec des fils et des perles, on peut orner un drap ou une serviette de table avec son initial ou un petit motif. Il vous faut seulement vous munir d’un peu d’inspiration et de patience, et vous feriez d’un simple tissu un petit ouvrage personnel. Découvrez dans cet article comment s’initier à la broderie.

Matériel de base pour la broderie

Avant de vous lancer, il convient de vous munir des matériels nécessaires pour la broderie. Il vous faudra :

-des aiguilles

Elles sont disponibles en kit. Vous pouvez en trouver de différentes tailles. Cependant, pour un débutant, il vaudrait mieux commencer par des aiguilles à bout pointu.

-des fils

Choisissez des fils de couleurs variées. De préférence, privilégiez les modèles en coton ou en polyester. Cependant, faites très attention car il y a des fils pour broderie à la main et à la machine.

-ciseaux à broderie

Ils sont indispensables pour couper les fils

-de la toile

-un tambour

Il sert à tendre le tissu ou la toile à broder. En tant que novice, commencez par broder les petites surfaces avec un tambour rond en bois.

-un papier calque

Avec un papier calque, vous allez pouvoir transférer le dessin que vous voulez reproduire sur la toile.

Points de base de la broderie

Comme toute chose, en broderie il y a aussi des points de base que vous devez connaître.

-Le point passé

On utilise ce point pour remplir les petites surfaces d’un ou de deux centimètres. Il s’agit de faire des petits points en biais ou droits.

-La peinture à l’aiguille

Cette technique vise à reproduire un dessin avec différentes couleurs avec une succession de points lancés.

Le point tige

On l’utilise pour réaliser des contours courbés et droits comme pour les tiges de fleurs. Selon la longueur que vous souhaitez, piquez tout d’abord l’aiguille sur la ligne puis repiquez-la sur la gauche. Par la suite, ressortez l’aiguille à mi-longueur avant de la repiquer devant le premier point en gardant la même longueur.

-Le point de chaînette

Piquez l’aiguille et faites une boucle avec le fil. Ensuite repiquez-le au début en tenant la boucle. Ressortez ensuite l’aiguille à l’intérieur de la boucle avant de la piquer à côté.

Quelle toile choisir ?

Pour ceux qui ont une bonne vue, choisir des toiles très fines n’est pas un problème. En revanche, il est possible d’utiliser des toiles avec un tissage plus grand pour ne pas fatiguer les yeux. Quoi qu’il en soit, il y a :

-la toile Aïda, qui peut être composée de lin ou de coton. Avec cette toile, vous pouvez distinguer facilement les carrés.

-la toile de lin, qui est un tissu très noble. Avec celle-ci, on ne distingue pas vraiment les carrés.

-l’étamine, elle est composée de viscose et de coton, qui la rend plus agréable à broder.

Toutefois, il est préférable de choisir la toile en fonction de ses goûts et selon les couleurs que l’on aime.

Broder à la main ou avec une machine ?

Faire de la broderie à la main demande beaucoup de patience. Il ne suffit pas de se munir de tout le matériel pour y arriver. C’est un travail qui nécessite du temps et de la technique. Toutefois, cela dépendra aussi du dessin que vous voulez réaliser. Et comme tous les travaux manuels, faire de la broderie à la main requiert également beaucoup de concentration. Certaines personnes la considère même comme une distraction. Cependant, pour ceux qui ne disposent pas assez de temps, il est possible de faire de la broderie avec une machine. En revanche, il vous faudra également une certaine technique et de l’agilité.

Tags, ,

L’essentiel sur le métier d’épaviste

Vous est-il déjà arrivé de vous poser des questions concernant ce véhicule hors d’usage sur le parking depuis des mois ? Cette voiture accidentée ? Ces épaves de véhicules et de motos abandonnées par-ci, par-là ? Ces déchets sont dangereux pour l’environnement. Leur présence encombre la rue, le terrain privé et les voies publiques.

Sachez dorénavant qu’il existe une législation qui impose leur enlèvement. [Article. R635-8 Code Pénal]. Leur traitement / recyclage doit être effectué avec précaution. La fin de leur vie est réglementé par le Code de l’environnement. Leurs propriétaires risquent des punitions et des sanctions (paiement d’amende, emprisonnement…). Si vous êtes concerné, il vous est recommandé de faire appel à un épaviste. Il est le spécialiste agréé pour la prise en charge de ces épaves (VGE : véhicule gravement endommagé, VEI : véhicule économiquement irréparable).

Actuellement, il existe plusieurs établissements reconnus et spécialisés dans ce domaine.

SATISFER ENTREPRISE à Seysses en fait partie. L’entreprise propose l’enlèvement d’épaves depuis une dizaine d’année. L’entreprise dispose d’un matériel complet, performant et moderne pour intervenir dans d’excellentes conditions. Vous pouvez la contacter pour l’enlèvement de voitures et de motos hors d’usage dans les villes de Toulouse, d’Auch, de Montauban, de Castres et de leurs environs. L’établissement est en partenariat avec des centres agréés pour le recyclage des véhicules. Il propose, par ailleurs, le rachat de fers et de métaux, la démolition des garages, des hangars, des abris métalliques, etc. Toutes les prestations proposées sont conformes à la loi en vigueur. Effectivement, une étude du projet et un état des lieux seront effectués au préalable.

Qu’en est-il réellement de ce métier ?

À l’origine, ce métier est connu en tant que casse, casseur automobile. Mais au fil du temps, tout évolue. L’activité a, désormais, toute son importance.

L’épaviste, c’est le spécialiste de l’enlèvement d’épaves, de véhicules et de motos hors d’usage. Il est formé pour se débarrasser de la vieille voiture encombrante dans le jardin, de l’automobile accidentée, le camion incendié ou gravement endommagée… Il les déplacent vers un centre agréé par la préfecture de police.

Son savoir-faire et son expertise lui permettent d’assurer une opération sûre. Il est tenu de respecter l’environnement et la sécurité, de se soumettre aux réglementations qui régissent son activité.

Par son action, il contribue à la dépollution de l’environnement. Il vient en aide aux personnes et aux administrations dans le besoin.

Ce professionnel ne se limite pas uniquement à l’enlèvement des épaves. Il s’occupe, également, des éventuelles formalités et démarches administratives. Il suit les procédures mises en place.

Il n’est rémunéré qu’à la fin de la dépollution du véhicule.

Quels sont les critères pour être épaviste ?

Pour être épaviste, il faut être titulaire d’une attestation qualifiant l’aptitude à exercer le métier (VHU ou autres). Il faut disposer d’un camion de remorquage et de tout le matériel nécessaire

En outre, sont requis : la connaissance / la maîtrise du métier, la technicité, l’excellente condition physique, la sociabilité (sens du relationnel), la disponibilité (24h/24 et 7j/7), la réactivité, la rapidité d’exécution, etc.

À chaque intervention, il faut preuve de professionnalisme, de sérieux, de responsabilité, de rigueur, de dynamisme…

Que faire pour devenir épaviste ?

De nos jours, bon nombre d’établissements proposent des formations spécifiques. Vous pouvez vous inscrire et suivre un parcours en tant que « Recycleur auto » pour ensuite obtenir une licence professionnelle OMSA (Organisation et Management des Services Automobiles). Ce cycle est accessible à toutes les personnes titulaires d’un Bac +2 (DUT, BTS techniques ou industriels, à orientation commerciale, etc.).

Vous avez, par la suite, le choix de travailler dans une société spécialisée ou d’ouvrir votre propre casse auto.

Tags,

Tous les avantages d’avoir des menuiseries de qualité

Que ce soit dans le cadre d’une construction neuve ou d’une rénovation, la menuiserie a toute son importance. De cet élément dépendent le confort, la sécurité et l’intimité des personnes, ainsi que l’esthétisme de la bâtisse.

Les menuiseries extérieures

En menuiserie extérieure, il y a : les fenêtres, les volets, les stores, les marquises, les portails (battants, coulissants, motorisés, manuels), les portillons, les portes d’entrée, les portes-fenêtres, les baies vitrées, les portes de garage (sectionnelles, basculantes, manuelles, motorisées…), les balcons, les vérandas, les terrasses en bois, les abris de jardin…

Les menuiseries intérieures

Outre leur fonctionnalité, les menuiseries intérieures contribuent à la décoration de l’espace intérieur. On peut citer les parquets, les lambris, les escaliers, les garde-corps, les portes d’intérieur (pliantes, battantes, coulissantes à galandage, etc.), les placards, les dressings et autres meubles de rangement.

Les matières les plus privilégiées

Le bon choix du matériau est primordial.

Le bois : sain, écologique, recyclable, élégant, chaleureux, excellente performance d’isolation, un large choix d’essences de bois disponible, plusieurs possibilités de finitions…

Le PVC : imputrescible, inaltérable, léger, esthétique, adapté à tous les styles architecturaux, bon rapport qualité/prix, bonne performance en matière d’isolation acoustique et thermique, nécessitant peu d’entretien…

L’aluminium : non toxique, non magnétique, stable, recyclable, rigide, résistant aux intempéries, incombustible, esthétique, adaptable à toutes les architectures,

L’acier : écologique, fiable, résistant à la corrosion, solide, étanche, malléable,

Le fer forgé : solide, résistant aux chocs, aspect authentique et raffiné, excellent matériau d’ornement…

Il existe d’autres matières comme le mixte bois-alu, les matériaux composites, etc.

Les critères de sélection

Les menuiseries doivent être adaptées à la configuration de l’espace. Voilà pourquoi il est plus prudent de les avoir sur mesure. Quoi qu’il en soit, il faut tenir compte de la durabilité du matériau, de la facilité d’entretien, du niveau d’étanchéité, des performances techniques, du prix, etc.

Dans tous les cas, le choix se fera selon les besoins, les goûts, le style de la maison ou du bâtiment et du budget alloué au projet.

Les missions du menuisier

Son métier ? Réaliser les menuiseries, bien sûr ! Cet artisan, qualifié et minutieux, se charge également des travaux d’installation, de réparation, de remplacement et de dépannage de menuiserie. Pour les chantiers neufs, il intervient à la fin du gros œuvre.

Il est équipé et compétent pour réaliser tous types de menuiserie, selon les demandes reçues. Il réalise des ouvrages de qualité, aux finitions remarquables. Il est amené à travailler en atelier, pour ensuite intervenir sur le chantier. Nonobstant, il doit être en mesure d’effectuer la pose des menuiseries préfabriquées.

Il dispose du savoir-faire pour accompagner ses clients dans leur projet d’aménagement intérieur des logements, des immeubles collectifs, des bureaux, des magasins, des bâtiments industriels, des établissements publics, etc.

Chez TOMS à Angoulême, un professionnel de la menuiserie est au service des particuliers et des professionnels. Ce menuisier, fort de ses 25 ans d’expérience, est spécialisé dans la pose de pergolas, de vérandas, de portes de garage, de portails, de fenêtres, de volets, etc. Pour plus d’efficacité, il prends le temps de rencontrer les clients prospects en tant que technicien. Il étudie minutieusement leurs demandes. Il leur prodigue des conseils avisés et propose des solutions sur mesure et pérennes. Pour des soucis de qualité, il travaille avec des fabricants de renom tels que Technichem, KSM Production, CAP Champenois… Il dispose des qualifications RGE, QUALIBAT, ECO Artisan qui témoignent son professionnalisme et son sérieux.

Il complète ses prestations par le nettoyage de toitures et l’isolation des combles. Il se déplace partout à Limoges, Bordeaux, etc.

Se poser les bonnes questions est conseillé, avant un achat, un remplacement ou une rénovation de menuiseries. Puisqu’il s’agit d’un investissement, aucune erreur n’est permise.

Tags, , , , , ,

Ébénisterie d’art, restauration et décoration de meubles : une adresse unique et incontournable dans le Paris 15ème

De manière générale, le mobilier perd sa beauté au fil des années. Il s’use progressivement et peut même perdre sa fonctionnalité. Un spécialiste en ébénisterie d’art s’occupe de celui en bois pour le redonner vie, pour le personnaliser ou simplement pour l’orner. Antiquaires et particuliers, nombreux ont pu tester le savoir-faire de l’ETS FABRY. Tous les genres de meubles en bois, contemporains ou antiques, sont pris en charge par ce professionnel. Quels types de travaux effectue-t-il ?

La restauration de mobilier

Si vous possédez du mobilier en bois qui a perdu son éclat au fil du temps, rassurez-vous, il est maintenant possible de le restaurer sans se faire des soucis. Il en est de même pour les meubles qui ne sont plus fonctionnels . Les genres vernissés ternissent et ne brillent plus, les variétés nattées se dénouent et ne sont plus aussi solides comme auparavant, tandis que d’autres modèles s’amincissent après des années d’existence. Les spécialiste de l’ETS FABRY s’occupent de la restauration de ces pièces en toute minutie.

Implanté dans le 15ème arrondissement de la capitale française, cet atelier spécialisé est équipé d’outils et d’attirails nécessaires pour donner un coup de jeune à votre mobilier. Vieux canapés, tables, tabourets, chaises et d’autres encore y renaissent de diverses manières. Si vos meubles tressés commencent à se défaire, ils vont retrouver leur état neuf après des touches de rempaillage et de cannage. Pour ceux aux finitions vernissées, ils peuvent être préalablement décapés avant d’être vernis au tampon pour retrouver ainsi un éclat neuf. Des opérations de tapisserie et de garnissage sont possibles pour les meubles amincis.

Si vous êtes parmi les gens qui ont du mal à se séparer de leur vieux mobilier, vous aurez certainement besoin de le restaurer un de ces jours. Vous connaissez désormais la bonne adresse à retenir pour redonner vie à vos précieux meubles ancestraux.

La personnalisation des meubles

Si vous êtes du genre à aimer vous distinguer des autres, vous préférez que vos ameublements ne soient pas comme ceux de votre voisin qui a acheté les siens dans le même magasin, adressez-vous à l’ETS FABRY. Donner une touche personnelle à son mobilier est désormais possible.

Chacun de vos meubles en bois peut être personnalisé selon vos goûts. Dotés de connaissances approfondies en termes d’art et d’histoire, ses menuisiers ébénistes peuvent aisément travailler tous les meubles de grande valeur datant d’entre le 13ème et le 20ème siècles. Leurs compétences et leurs expériences leur permettent de satisfaire les demandes de ses clients depuis 1935. Que vous soyez antiquaire ou particulier, vous pouvez parfaitement vous fier à leurs talents d’artistes professionnels.

La décoration des meubles

Les menuisiers ébénistes maîtrisent toutes les techniques de décoration et connaissent les diverses essences de bois. De ce fait, ils peuvent parfaitement décorer chaque mobilier en bois, moderne ou ancien, suivant vos demandes. Leur dizaine d’années d’expérience dans le travail du bois y sont aussi pour quelque chose.

Une équipe réactive et compétente

Chacun de vos souhaits pour la décoration et la personnalisation de vo mobilier en bois peut être exaucé dans les plus brefs délais grâce à la réactivité de cette équipe. Elle répond rapidement à vos demandes pour garantir votre entière satisfaction.

Pour la décoration de vos meubles, leur personnalisation, ou encore leur restauration, fiez-vous à une entreprise spécialisée comme l’ETS FABRY.

Tags

Tout comprendre du traitement de matériaux de chantier

Les chantiers en France, notamment le secteur du bâtiment et des travaux publics, engendrent chaque année plus de 200 millions de tonnes de déchets. Ceux-ci proviennent essentiellement de la démolition (environ 65 % des déchets du bâtiment), de la réhabilitation (28 %) et des travaux en neuf (7 %). Pour réduire les risques de pollution de l’environnement, chaque maître d’ouvrage est donc responsable de la gestion des déchets qu’il produit. D’où la nécessité du tri, du traitement et du recyclage.

Les différents types de déchets

Généralement, sur les chantiers, il existe 3 types de déchets.

– Les déchets inertes qui ne subissent aucune modification durant leur stockage : ils ne se brûlent pas, ne provoquent ni de réaction physique, ni de réaction chimique et ne détériorent pas d’autres matières en contact de manière préjudiciable à l’environnement ou à la santé humaine, dont le béton, les tuiles, la terre, les vitrages et autres déchets sans substances dangereuses.

– Les déchets non dangereux et non inertes qui sont d’origines diverses et qui ne présentent aucun danger. Ils ne sont ni toxiques, ni explosifs et proviennent d’emballages en tout genre, quincaillerie, isolants, matières plastiques, bois non traité etc…

– Les déchets dangereux qui présentent des risques pour la santé et l’environnement dont l’amiante, équipements électriques, les produits chimiques et tout autre déchet de chantier contaminé par des substances dangereuses. Bien qu’ils ne représentent que 2 % des déchets, il nécessite des traitements adéquats.

Le traitement des matériaux, est-ce une étape obligatoire ?

Le tri et le traitement des déchets ne constituent pas une obligation réglementaire. Cependant, ils sont fortement recommandés pour éviter les surcoûts. Aussi, ces deux étapes sont essentielles pour valoriser au maximum les déchets dans leur seconde vie, c’est-à-dire lors du recyclage.

Les méthodes de traitement des déchets les plus adoptées sont l’incinération ou l’enfouissement. Cependant, ces solutions ne sont pas viables pour tous les déchets ni à long terme, ni d’un point de vue environnemental. De plus, la question de l’espace nécessaire devient prépondérante compte tenu du volume de déchets générés par les différents chantiers chaque année, ce qui fait que la revalorisation des déchets devient indispensable afin d’introduire la notion d’économie circulaire.

À qui faire appel pour effectuer le recyclage de vos matériaux ?

La gestion, le tri et le traitement des déchets sont des enjeux majeurs du domaine du bâtiment et des travaux publics. Les déchets inertes et non-dangereux constituent la plus grande proportion de ces déchets. Actuellement, de nombreux projets ont montré que leur recyclage et leur valorisation est tout à fait possible. Cependant, cela requiert la prise de conscience des maîtres d’ouvrage.

Pour atteindre les objectifs visant le recyclage de la majeure partie des déchets émis par les chantiers, il faut prendre en compte le facteur économique permettant de réduire la concurrence de l’enfouissement et l’incinération des déchets, le facteur technique et logistique avec l’organisation et la répartition des tâches et responsabilités entre tous les acteurs impliqués dans le secteur.

 

Des entreprises professionnelles comme TISSERONT à Bogny-sur-Meuse, proposent ainsi de traiter la problématique des déchets en amont, pour limiter autant que possible les risques de pollution de l’environnement. De ce fait, son équipe propose le recyclage de matériaux. Elle reprend vos déchets de chantier sur vos sites, partout dans les Ardennes. Elle les intégrera donc dans son processus de recyclage et les transformerons en de nouveaux produits grâce à un matériel performant et à des techniques innovantes. Cela vous permet d’économiser et d’éviter de payer les frais liés au transport, à l’élimination, à l’enfouissement ou à l’incinération.

Tags

L’artisanat – Définition et caractéristiques

Pour la plupart d’entre nous, le terme artisan suggère que le fabricant est hautement qualifié et a créé son produit avec une attention aux détails et un sens de la beauté. Idéalement, le produit devrait également contenir une marque de qualité là où le toucher de la main humaine a fait la différence.

Aussi satisfaisants que ces critères puissent paraître, ils ne nous mènent que si loin. En fait, utiliser le mot « conçu » pour impliquer un savoir-faire, comme le font de nombreuses entreprises aujourd’hui, est quelque chose de trompeur. L’artisanat, au sens le plus large du terme, est un mode de vie. Il s’agit d’engager pleinement nos têtes, nos mains et nos cœurs dans nos travaux. Il s’agit d’adhérer à un ensemble de valeurs et de principes qui produisent des objets qui sont non seulement fonctionnels et beaux, mais qui contribuent également à un mode de vie durable.

Si on doit caractériser le fait d’être artisan, cela peut se présenter comme suit :

– Un artisan doit être motivé par la maîtrise plutôt que par l’obtention d’un statut.

– Un artisan est prêt à faire des sacrifices en matière de finances, de temps libre et de relations.

– Un artisan doit croire en la valeur finale de ce qu’il crée.

– Un artisan doit savoir équilibrer une passion pour l’histoire et la tradition avec une volonté d’innover.

– Un artisan doit toujours planifier et réfléchir avant d’entamer une tâche.

– Un artisan doit s’immerger dans sa tâche et se concentrer constamment sur son travail.

– Un artisan doit faire en sorte que ses heures de travail deviennent une habitude de la vie quotidienne.

– Un artisan doit être continuellement à la recherche de nouvelles perspectives.

Aujourd’hui, l’artisanat est aussi pertinent, sinon plus, que jamais. C’est une façon de penser et de faire où l’humanité est en phase avec la nature, et non contre elle. Cela mène à un monde construit pour durer. Le souci commun dont nous devons avoir c’est de trouver quelque chose que nous devons faire pour résoudre les problèmes difficiles auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, dans notre environnement, dans nos emplois et dans nos relations humaines, à la fois ici au pays et dans le monde.

Que fait réellement un artisan ?

Ils ne travaillent pas pour l’argent

Il est à noter que quelques artisans étaient devenus riches grâce à leur métier, mais ce n’est pas un cas généralisé, au contraire, il est assez rare de voir un artisan s’enrichir de sa passion. Pourtant, tous ont dit que s’ils avaient commencé leur carrière en se souciant de bien gagner leur vie, ils n’auraient jamais investi le temps qu’il faut pour devenir suffisamment bon pour bien vivre.

Si ce n’est pas pour de l’argent, alors quoi ?

À maintes reprises, ces artisans ont parlé d’un sentiment qu’ils ressentent lorsqu’ils donnent le meilleur de leur talent. Comme de grands athlètes dont l’esprit et le corps travaillent en synchronisation, les bons artisans entrent dans une « zone ». Les heures semblent passer en quelques minutes. Ils décrivent même la sensation comme « addictive ».

Les outils ne font pas l’artisan

Il se peut qu’il existe des magasins pleins de beaux outils qui permettent de produire des œuvres en une quantité considérable, mais dont la qualité laisse à désirer, tandis que certains artisans travaillent avec des outils assez humbles tout en réalisant un travail magnifique. La créativité, selon eux, est le seul outil irremplaçable.

Les compétences ne font pas non plus l’artisan

Cela peut sembler étrange, mais l’auteur explique que, comme le grand saxophoniste de jazz Charlie Parker a conseillé à un musicien débutant de pratiquer les gammes toute la journée, tous les jours pendant une décennie, puis de les oublier. Les compétences mécaniques doivent devenir une seconde nature.

En d’autres termes, n’importe qui peut passer une décennie à apprendre la mécanique d’un métier. Mais au final, il ne sera jugé que sur la musique qu’il fait à partir des gammes qu’il a apprises.

Le travail est une loi naturelle

Le fil conducteur est une croyance en l’importance de préserver les méthodes traditionnelles, de transmettre un respect de l’excellence, de ressusciter une niche dans l’histoire… tout cela se conjugue pour « transformer le mécanicien d’artisan en artiste ».

L’image est importante

L’image de cet artisan régulier, travailleur mais pas trop brillant était probablement toujours un mythe, une mauvaise presse de penseurs dénigrant ceux qui se salissaient les mains.

Ils ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers

Les bons artisans sont obligés de faire leur travail différemment chaque fois qu’ils le font. Ce n’est pas seulement un engagement à s’améliorer constamment, c’est plutôt une obsession psychologique.

La perfection n’est pas le but

Bien que cela puisse sembler étrange, on doit penser que les artisans ne s’attendent pas à atteindre la perfection. Pourtant, ils s’efforcent d’approcher la perfection, de la concevoir, de la viser, puis de maîtriser les possibilités et les limites des outils et des matériaux…».

L’amour des matières premières est toujours frais

Qui sait pourquoi, mais les bons artisans se souviennent toujours de la beauté de leurs matières premières. C’est comme voir l’homme ou la femme que vous aimez pour toujours jeune.

Tags, ,

L’essentiel à savoir sur la sculpture sur bois

La sculpture sur bois est un métier passionnant, accessible, et surtout inventif, ne nécessitant pas d’équipement très sophistiqué ou d’atelier. Il vous faut tout simplement un objet tranchant et un morceau de bois. Le type d’outils et de bois choisis influera certainement sur le résultat, la difficulté et la sécurité de vos travaux. Si vous êtes débutants dans le domaine, cet article pourra vous aider à réussir votre sculpture.

Quels sont les différents types de sculptures sur bois ?

Même si la sculpture sur bois semble facile à réaliser, la maîtrise de certaines techniques est très indispensable. Il existe plusieurs types de sculptures, en voici quelques-uns :

Sculpture en relief

Dans ce cas, des figures sont sculptées dans le bois. Ce procédé est donc l’inverse des sculptures complètes en bois. Pour cela, un tableau plat en bois est indispensable. Sculptez les figures de votre imagination dedans. Laissez ensuite l’arrière à plat.

Sculpture en rond

Ce type de sculpture ressemble à celle en argile. En fait, les angles sont bien arrondis, les objets sont tous lisses et les côtés sont tous sculptés. La sculpture en rond est donc le contraire des sculptures en relief.

Sculpture de copeaux

Ce procédé nécessite l’utilisation d’un burin, d’un couteau et d’un marteau. La sculpture de copeaux consiste à ébrécher un bout de bois afin de concevoir des motifs perfectionnés dans des planches en bois et dans des plaques.

Quels sont les types de bois à travailler ?

Lorsque vous avez fini de choisir le style de votre sculpture sur bois, vous devez déterminer le type de bois que vous souhaitez travailler.

Le tilleul et le noyer cendré font partie des essences de bois les plus tendres. Ils sont donc idéals si vous êtes novices dans la sculpture sur bois. Quelle que soit votre option, il est important d’acheter le bois chez un fournisseur ou dans une boutique d’artisanat. Évitez surtout de ramasser des morceaux de bois que vous trouvez.

Voici une liste qui résume les caractéristiques d’essences de bois les plus utilisées dans le domaine du sculpture :

  • le tilleul : très facile à découper. Son grain est très fin. Il est de couleur crème et clair.
  • Le noyer cendré : sa taille est vraiment aisée. Il possède un grain grossier. Il est très esthétique, car sa couleur marron est accompagnée de motif très distinct.
  • Le pin blanc : il est facile à tailler comme les deux essences de bois cités ci-dessus. Il est très doux et doté de couleur crème.
  • L’acajou : vous rencontrez certainement une difficulté moyenne lors de la taille de cette essence de bois. Son grain est moyen. Quant à sa couleur, elle est rougeâtre distincte.
  • Le noyer noir : il est dur à tailler. Son grain est très fin. Il est de couleur marron foncé
  • Le Cherry : il est très difficile à sculpter et possède un grain fin. Sa couleur est brun rosé avec un motif ondulé.
  • L’érable à sucre : il est très dur à tailler et possède un grain fin. Il est caractérisé par sa couleur crème très claire.
  • Le chêne blanc : c’est l’essence de bois la plus difficile à sculpter. Il possède un grain moyen. Sa couleur est jaunâtre très claire.

Quels sont les différents types d’outils pour sculpter un bois ?

Pour réussir votre sculpture sur bois, vous devez posséder certains outils.

Le couteau

Il fait partie des outils les plus basiques servant à découper les copeaux. Ce couteau est doté d’une lame qui mesure 1,5 pouces de longueur. Il dispose également d’un long manche. Cela vous éviterez des petits accidents comme la blessure lors de la taille.

Les gouges

Les gouges permettent de creuser de petites ou grandes surfaces de bois, et ce, en fonction de la largeur de balayage. Notez qu’il existe des gouges à la cuillère, en V et en U.

Les burins

Les burins sont des outils tranchants qui servent à déchiqueter le bois. Ils sont généralement employés avec des maillets. Afin de réduire le bruit, privilégiez ceux en caoutchouc.

Quelques conseils pour réussir votre sculpture sur bois

Bien manier les ciseaux de bois

Vous devez bien manipuler cet outil avant d’effectuer le taillage de votre bois. En fait, c’est un objet très tranchant. Pour cela, portez un gant de sculpture sur la main pour tenir la pièce de bois. Évitez également l’utilisation de votre coude afin de contrôler le couteau.

Taillez dans le sens du grain

Avant de réaliser votre sculpture, déterminez avant tout le sens du grain. En effet, ce matériau vivant grandit par strates consécutives, et ce, de l’intérieur vers l’extérieur. Il présente également des anneaux de croissance grâce à la formation de cernes.

Dessinez vos coupes de bois

Avant de commencer votre sculpture, il est indispensable de dessiner vos coupes avec un crayon. Tracez les formes et les lignes à découper. Cela vous permet d’éviter les erreurs et à être beaucoup plus précis dans vos travaux.

 

Tags, ,

Les étapes à suivre pour devenir musicien

La musique est un art qui date de la préhistoire. Dans la catégorie des neufs arts majeurs, elle se situe en quatrième position. Apprendre la musique est, comme tout autre art, bénéfique pour la personne en général. À la différence des autres disciplines, elle peut s’apprendre à n’importe quel âge et ne nécessite pas forcément une formation spécialisée. La musique se définit comme étant une manière d’arranger le son pour que celui-ci soit agréable à l’écoute. Dans plusieurs cas, elle s’apprend juste en écoutant et en reproduisant un morceau spécifique. Voici en quelques lignes les étapes fondamentales pour devenir musicien.

Définir clairement ses objectifs

Devenir musicien comprend plusieurs niveaux et ceux-ci dépendent de la finalité à atteindre. Dès le début, il est indispensable de choisir la voie à explorer. Voulez-vous vous familiariser avec un instrument particulier ? Avec un genre spécifique ? Ou encore avec le milieu en général ? Pour un amateur, choisir un ou plusieurs instruments est obligatoire. Cela représente la première étape de l’apprentissage.

Choisir un instrument ne se fait pas au hasard. En effet, choisissez-en un que vous aimez écouter ou voir jouer. Les instruments à cordes offrent une prise en main facile et une sonorité agréable. Depuis le piano, vers la harpe, en passant par la guitare et les violons, vous n’aurez que l’embarras du choix. Cette grande variété peut ainsi faire le bonheur de celui ou celle qui veut s’initier dans le domaine.

Les membranophones constituent, quant à eux, l’ensemble des instruments qui comprennent une ou plusieurs membranes. Ils sont, le plus souvent, rythmiques. La batterie et les différents types de percussions forment cette catégorie.

Le saxophone, la flûte, la trompette et les autres cuivres forment les instruments à vent. S’ils sont très communs, ils sont difficiles à prendre en main et nécessitent des exercices de respirations spécifiques.

Les bienfaits de l’apprentissage de la musique

Comme tout art, la musique offre plusieurs avantages, notamment sur le fonctionnement du cerveau et du corps. À tout âge, les bénéfices de jouer d’un instrument sont considérables.

Sur le fonctionnement cérébral

La musique est l’une des activités qui sollicitent le plus le cerveau, notamment la mémoire et la concentration. Selon le genre musical, ces parties du corps sont plus ou moins sollicitées. Dans la musique classique, la lecture des partitions nécessite une grande concentration. Une pratique régulière à un tel rythme augmente considérablement la faculté à se concentrer sur une tâche précise. Cela est évidemment bénéfique pour les activités scolaires, professionnelles ou quotidiennes.

La mémoire est également sollicitée dans le processus. En effet, chaque partition ou morceau doit être appris par cœur et pour cela, il est indispensable de se rappeler des détails. Un musicien possède, de ce fait, un meilleur fonctionnement de la mémoire.

Un remède efficace contre le stress

Le stress est courant dans la société de nos jours. À cause de plusieurs facteurs, notamment le travail, la routine et la conjoncture économique, plusieurs personnes sont sous l’emprise du stress. La musique présente des pratiques qui permettent de lutter contre ce phénomène. En effet, jouer d’un instrument nécessite de relâcher tout type de tension et une bonne respiration. Une fois encore, c’est la répétition de ces gestes et de ces exercices qui peuvent procurer ce bénéfice.

La discipline pour un enfant

Une meilleure discipline fait également partie des bénéfices de ce quatrième art. Bien maîtriser un instrument nécessite du travail, du temps et un effort considérable. Dans ce cas, développer une méthode concrète est indispensable. À force de pratiquer, l’on parvient à créer une véritable discipline. Cette qualité peut très bien être projetée dans la vie au-delà de la musique.

Choisir son genre musical

L’une des richesses les plus inestimables de cet art réside dans la diversité des genres musicaux. Chaque pays, peuple et culture correspond à un genre particulier, des rythmes africaines aux mélodies des orchestres philharmoniques.

Choisir un genre dans lequel on veut s’épanouir n’est pas chose aisée. De ce choix dépend l’instrument à maîtriser.

Pour bien débuter, il est indispensable de choisir des genres plus ou moins faciles à traiter. Le jazz et la musique classique sont réservés à des professionnels, car ces genres nécessitent un apprentissage en profondeur du concept.

La théorie musicale, un passage obligé

Pour un apprentissage selon les normes, la théorie musicale est incontournable. Il s’agit de la partie théorique et littéraire de la musique. On y apprend les rythmes, les notes, les accords et la lecture d’une partition. Ces connaissances sont ensuite appliquées à un instrument que vous aurez choisi.

Le rythme et les notes

Ce sont deux des fondements de la musique. Le rythme détermine le commencement et la durée d’une note jouée. Elle permet de distinguer en partie les genres. Pour les instruments rythmiques tels que la batterie et les percussions, c’est le fondement de l’apprentissage.

Les notes, quant à elles, correspondent à un son spécifique d’un instrument ou d’une voix humaine. Elles sont caractérisées par la hauteur, le type (timbre) et l’intensité.

Les accords sont la superposition de plusieurs notes spécialement définies. Apprendre les accords fait partie du fondement de la musique.

Tags, ,

Apprendre l’art, c’est possible

On ne naît pas artiste, mais on le devient. Pas systématiquement. Mais dans la classification, il y a des domaines qui peuvent facilement s’apprendre. L’art est, dans sa première définition, un moyen d’expression inscrit dans des domaines spécifiques. L’apprentissage de l’art passe inévitablement par la familiarisation avec ces domaines. Une certaine manière de voir est, cependant, nécessaire pour permettre de comprendre, d’une manière générale, ce monde fabuleux. Il est possible d’acquérir cette vision en consultant des ouvrages qui traitent le sujet.

Classification de l’art

Depuis l’Antiquité une multitude de classifications ont été mises en place afin de catégoriser les œuvres des différents artistes. Au 19ème siècle, cette catégorisation se fait en fonction des matériaux et de la nature des œuvres. Plusieurs écrivains et philosophes ont tenté de classer les arts en fonction de leurs moyens d’expressions. L’architecture, la sculpture et la peinture font parties des arts matériels moins expressifs, contrairement à la poésie ou à la musique, moins matériels.

Ce n’est qu’au 20ème siècle que la classification est achevée. Quatre domaines ont été rajoutés pour former les neuf catégories que nous connaissons. Ce sont, bien évidemment, des domaines majeurs qui sont classifiés de nos jours.

La dimension humaine de l’art

C’est une forme d’expression utilisant plusieurs techniques et souvent le langage, mais surtout la raison et l’intelligence. L’art est propre à l’être humain. Pour s’initier dans le domaine, il est indispensable de fréquenter des personnes qui œuvrent dans le domaine. Ces contacts peuvent être écrivains, poètes, musiciens, peintre, etc. Dans tous les cas, elles sauront vous guider et vous conseiller afin de trouver le déclic qui pourrait vous amener à pratiquer une discipline.

L’art est universel

Malgré la variation des expressions culturelles et artistiques, l’art est fondamentalement universel. Cela signifie qu’il présente les mêmes valeurs, peu importe le pays. Il est présent dans toutes les cultures du monde et les peuples expriment fondamentalement la même chose avec des moyens différents.

Une connaissance littéraire est indispensable

Pour commencer, il est primordial de bien connaître la discipline dans laquelle on projette. Se documenter de temps en temps sur le sujet permet de cerner les bases de l’art choisi.

Dans le cas où le choix n’est pas encore fait, les revues de littérature peuvent aider à choisir le domaine dans lequel œuvrer. Les disciplines de l’art sont nombreuses et peuvent dériver plus ou moins largement de leurs origines, c’est-à-dire, des catégories majeures.

Entretenir une bonne habitude de lecture est indispensable pour celui ou celle qui veut devenir écrivain. Dans ce cas, la connaissance de plusieurs thèmes, de plusieurs sujets et de plusieurs techniques serviront à former vote propre style.

S’initier dans l’architecture ?

Le premier des arts majeurs, l’architecture revêt une apparence plus moderne, technique et moins artistique. S’initier dans le domaine nécessite une formation de plusieurs années dans les institutions spécialisées dans le domaine.

La sculpture

C’est un domaine assez spécifique. À la différence de l’architecture, il ne nécessite pas forcément une formation, mais une maîtrise des outils et du concept de sculpture. Cette discipline est très diversifiée selon les cultures. Les travaux dépendent de l’essence de bois à travailler et du résultat souhaité. Les artisans sculpteurs descendent, généralement, d’un savoir-faire ancestral qui se transmet de génération en génération. Cependant, s’initier dans le domaine ne relève pas de l’impossible. Seulement, il est nécessaire de connaître les différentes origines des sculptures, leurs significations et leurs histoires.

La peinture et le dessin

Les arts-visuels se déclinent en plusieurs variations et il y en a de toutes les couleurs. La peinture et le dessin font partie de la troisième catégorie. La peinture est l’une des disciplines les plus âgées de l’histoire. Les anciens hommes peignaient déjà une partie de leurs quotidiens sur les parois des grottes. À travers les années, les œuvres des grands peintres continuent de fasciner et d’inspirer des générations entières, et même jusqu’à nos jours.

Dessiner et peindre de nos jours se fait plus facilement qu’autrefois. En effet, grâce au progrès technologiques, plusieurs supports peuvent être utilisés pour peindre et dessiner.

De nos jours, les arts visuels incluent également la bande-dessinée, les arts médiatiques et le cinéma, le fameux septième art. Ce dernier est devenu une industrie importante et s’initier dans le domaine nécessite une longue formation. Il a évolué en parallèle avec la technologie de production et de diffusion des images, notamment l’internet avec le streaming.

La musique, la poésie et les arts de la scène

Quelques-unes des variétés les plus distinctives, elles vont au-delà de la matière et touchent directement la cognition. La poésie et la littérature usent des mots afin d’exprimer une réalité d’une manière plus ou moins originale. Produites sur scène ou dans un autre contexte, elles renferment une certaine beauté qui fascine les esprits et qui fait l’objet de cet art.

Non loin du contexte, la musique combinée souvent avec les talents sur scène est un moyen d’expression très prisé. La notation musicale est universelle, mais elle se décline en un nombre infini de rythme et de mélodie selon les cultures, les peuples et les époques. Faire carrière dans la musique requiert plus que l’apprentissage d’un instrument, même si c’est un passage obligé. Il est, en effet, nécessaire de connaître l’essence d’une musique en particulier pour en parfaire l’apprentissage.

 

Tags, ,

Tout ce qu’il faut savoir pour réussir la pose d’une chape liquide

La chape liquide, également appelée « chape fluide » est un mortier à base de ciment ou d’anhydrite (sulfate de calcium) coulé sur une dalle de béton afin de niveler ou d’unifier le sol. La pose d’un carrelage, d’un parquet ou d’une moquette nécessite généralement le coulage d’une chape liquide. Cela permet de garder le sol parfaitement horizontal. La chape liquide peut aussi servir à enrober les conduits d’électricité, de plomberie et de chauffage. Le coulage d’une chape fluide est aussi recommandé avant la pose d’une sous-couche isolante ou d’un revêtement de sol. Ainsi, pour rattraper les irrégularités du sol et corriger les différences de niveau, il est important de procéder au coulage d’une chape liquide avant la pose du revêtement. Quel type de chape liquide faut-il utiliser ? Quelles sont les différentes étapes à respecter pour réussir la pose ? Découvrez les réponses à ces questions dans la suite de l’article.

Quel type de chape liquide choisir ?

Il existe deux types de chapes liquide : la chape liquide de ciment et la chape liquide anhydrite.

La chape liquide de ciment

C’est une chape réalisée à base de ciment qui convient surtout au nivellement des petites et moyennes surfaces. Ce type de chape est surtout utilisé dans la pose des planchers chauffants. Son atout principal se trouve dans le temps de séchage très court (environ 3 semaines). Toutefois, la chape liquide de ciment a tendance à se rétrécir durant le séchage, ce qui accroît le risque de fissure. Afin d’éviter ce problème, la pose des joints tous les 40 à 60 m² est recommandée.

La chape anhydrite

La chape anhydrite contient les composants classiques : eau, sable et ciment. Toutefois, on y rajoute un liant spécifique à base de sulfate de calcium. Ce type de chape est doté d’une performance élevée en termes de résistance et ne nécessite pas la pose de joints. La simplicité de la mise en œuvre constitue donc son principal avantage. La chape anhydrite convient pour les grandes surfaces parce qu’elle a un faible retrait durant le séchage. Son seul inconvénient se trouve dans le temps de séchage pouvant aller au-delà de 8 semaines.

Les étapes de travaux de pose d’une chape liquide

Plusieurs conditions doivent être réunies avant de couler une chape liquide sur un chantier. Le coulage de la chape se déroule dans un bâtiment clos et couvert. Tous les travaux de pose de cloisons et d’autres séparations doivent être terminés. Il faut également prendre le temps de vérifier l’étanchéité des installations de plomberie et de chauffage avant la mise en œuvre de la chape. Afin de garantir un meilleur séchage, la température de la structure portante doit être comprise entre 5 et 30 °C.

En général, la mise en œuvre d’une chape liquide se déroule en 3 étapes : la préparation du chantier, le coulage et la finition. Dans la première étape, il faut vérifier l’état de la dalle qui sert de structure portante à la chape. Prévoyez un ravoirage afin de rectifier la planéité du sol. Le démarrage de la deuxième étape commence par la réception du mortier qui a été livré par un professionnel. Il faut vérifier la fluidité de la chape avant de procéder au coulage. Afin de garantir la planéité de la chape, prévoyez l’utilisation d’une barre de répartition et d’un balai débulleur. Quant à la finition, celle-ci se résume par l’aération de la pièce afin d’évacuer l’humidité. Prenez également le soin de protéger le chantier des courants d’air et de l’ensoleillement.

Pour réussir vos travaux de coulage d’une chape liquide, le mieux serait de confier cette opération à un professionnel. L’entreprise CHAPE LIQUIDE® 90 située à Menoncourt met son savoir-faire à votre disposition afin de mener à bien tous types de travaux. N’hésitez pas à faire appel à son équipe pour tous travaux d’isolation, de dallage et de carrelage.

Tags, ,