Category Archive Fabrication

Tapissier : est-ce que c'est un métier facile ?

Tapissier : est-ce que c’est un métier facile ?

2022-05-18 Commentaires fermés sur Tapissier : est-ce que c’est un métier facile ? By Yves Saint-Hilaire

En France, le métier de tapissier tend à disparaître progressivement. Dans tout l’Hexagone, on dénombre environ 3500 entreprises spécialisées dans ce domaine. Pour les spécialistes, ce chiffre est particulièrement alarmant. En effet, la fermeture de chaque atelier de tapisserie symbolise la disparition du savoir-faire français dans l’embellissement et la restauration des meubles d’époque. Jugé difficile, pénible et peu rémunérateur, le métier de tapissier n’attire plus grand monde, surtout les jeunes. Dans la réalité, cette affirmation est-elle vraie ? Nous allons tenter d’y répondre dans cet article. Néanmoins, avant d’entrer dans le vif du sujet, une petite présentation du métier passionnant de tapissier s’impose.

Tapissier : un spécialiste de l’embellissement et de la restauration de mobilierancien

Letapissier œuvre principalement dans le domaine de la décoration d’intérieur. Traditionnellement, il est spécialisé dans le garnissage et l’habillage des meubles d’époque : chaises, canapés, fauteuils, literies et bien d’autres pièces d’ameublement. Il faut noter que ce métier a considérablement évolué au fil des siècles. Désormais, le tapissier joue un rôle majeur dans la décoration intérieure de toutes les pièces de la maison. En plus de la remise à neuf des meubles anciens, ce professionnel s’occupe aussi de la pose de tentures murales. En fonction de la demande des clients, il peut également suggérer les modèles de draps, rideaux, coussins, parures de lit, tapis, stores et d’autre linge de maison parfaitement adaptés au style de décor de la pièce.

Tapissier : un métier nécessitant du savoir-faire, de la patience et une grande adresse manuelle

Le tapissier est un professionnel polyvalent.Son travail conjugue couture,ébénisterie et décoration intérieure. C’est un métier particulièrement exigeant. En effet, le tapissier doit réaliser tous les travaux de découpe et decouture des tissus lors de l’embellissement des meubles, literies, etc. Chaque réalisation est unique et se fait généralement suivant des méthodes artisanales. La perfection ainsi que la patience sont les mots d’ordre à retenir pour obtenir des résultats impeccables. D’ailleurs, certains clients sont particulièrement exigeants.

Lors de la concrétisation de grands projets (décoration complète de logements, hôtels, bureaux, magasins ou d’autres locaux), le tapissier doit fournir des heures de travail avec toujours comme leitmotiv la perfection. Ce long travail manuel (rembourrage et garnissage des meubles, découpage des tissus, couture et finitions) est particulièrement harassant au quotidien. Une bonne forme physique et une grande habileté manuelle sont donc requises pour devenir un bon tapissier.

Tapissier : un métier difficile et faiblement rémunéré

Concernant la rémunération, ce métier n’est pas des plus lucratifs. Les revenus varient énormément. En général, un tapissier débutant gagne un salaire légèrement supérieur au SMIC (autour de 1700 euros). Un travail plutôt ingrat compte tenu de la difficulté et de l’exigence de ce métier. D’ailleurs, cette faible rémunération est la principale raison qui décourage les gens à se lancer dans ce domaine. Néanmoins, ce salaire tend à augmenter progressivement en fonction de la montée en compétences des artisans.

Dans l’espoir de gagner un revenu plus attrayant, les tapissiers expérimentés se lancent souvent à leur propre compte. Cette aventure entrepreneuriale peut être lucrative, à condition d’avoir une bonne fibre commerciale pour acquérir et fidéliser les clients.

Tapissier : un métier passionnant nécessitant de la créativité et du goût artistique

Le métier de tapissier n’est pas toujours facile. Néanmoins, la passion reste la meilleure motivation pour exceller dans ce domaine. Pour les professionnels, le fait de redonner vie aux vieux meubles d’époque et aux pièces d’ameublement uniques est un véritable bonheur au quotidien. C’est une petite contribution à la préservation du patrimoine artistique national dans le domaine de l’ébénisterie.

Bref, le métier de tapissier n’est pas aisé. Les tâches à accomplir quotidiennement sont fastidieuses et chronophages. Néanmoins, c’est un domaine où l’on peut exprimer sa créativité et sa fibre artistique.

, ,

Tout savoir sur les techniques de la découpe au jet d’eau

Tout savoir sur les techniques de la découpe au jet d’eau

2022-05-16 Commentaires fermés sur Tout savoir sur les techniques de la découpe au jet d’eau By Kenzo Boyer

La technique de la découpe au jet d’eau est un procédé de coupe à froid qui est très efficace et précis. En effet, l’eau à haute pression dispose d’une force particulière pour couper une grande variété de matériaux sans générer de chaleur nocive. Que faut-il savoir sur les techniques de la découpe au jet d’eau ?

Quel est le principe de base de la découpe au jet d’eau ?

Généralement, la découpe jet d’eau se base sur un principe de fonctionnement très simple à comprendre. Il faut noter qu’un jet d’eau fin est capable de frapper la surface d’une pièce à grande vitesse et provoquer un enlèvement de matière tout en séparant le matériau. Par ailleurs, afin de générer le jet d’eau haute pression requis, il y a une pompe à haute pression qui s’en charge.

Cette dernière amène l’eau à une pression qui peut atteindre plusieurs milliers de bars et la dirige vers la tête de coupe. Il est important de notifier que l’eau peut être mélangée à un abrasif selon le matériau à découper. Dans ce cas, à la tête de la coupe, l’eau sort par une ouverture de buse d’un diamètre de jet de 0,1 à 0,5 millimètre. Pour la puissance du jet d’eau, cela dépend de la pression de l’eau et du diamètre de l’ouverture de la buse.

La puissance sépare les particules de matériaux proches de la surface. Elle provoque aussi un processus de découpe laser sans contrainte et sans apport de chaleur dans le matériau. Toutefois, différentes profondeurs et vitesses de coupe peuvent être atteintes selon la nature du jet d’eau, la dureté et l’épaisseur du matériau.

Quel est le fonctionnement d’une machine de découpe au jet d’eau ?

Pour connaître le fonctionnement d’une machine de découpe au jet d’eau, il faut nécessairement connaître les constituants de cette machine. En effet, on peut noter par exemple :

La pompe de découpe jet d’eau

La pompe de découpe fait partie des constituants d’une machine de découpe au jet d’eau. En effet, dans le monde de la chaudronnerie par exemple, le principe de la pompe est assez simple. Il suffit de pousser de l’eau dans un cylindre dont la section est divisée par 20 à son extrémité pour aboutir dans une canalisation en acier inoxydable. Il faut noter que cela est à l’image d’une pression exercée sur le poussoir d’une seringue médicale remplie d’eau.

Cette poussée est obtenue par le biais d’une centrale hydraulique classique. Ce dernier délivre ensuite une pression de 200 bars. Par la suite, cette pression est transmise à un piston qui se déplace dans un cylindre. Enfin, elle pousse l’eau présente en direction d’une canalisation de section 20 fois inférieure.

La canalisation

La partie de la canalisation est chargée de relier la pompe haute pression à la table de découpe. C’est une forme de technique diamant qui permet d’éviter les pertes de charge. En effet, il est important de notifier que la canalisation est fabriquée dans un acier spécial et résistant aux très hautes pressions.

Dès lors, elle peut être pliée pour pouvoir suivre les contours de la pièce. Toutefois, il faut limiter aussi les rayons et les raccords qui seront sans aucun doute des sources de fuites.

Quels sont les principaux avantages de la découpe au jet d’eau ?

La machine de découpe au jet d’eau dispose de plusieurs avantages. En effet il est important de notifier que cette machine :

  •         Procède de découpe polyvalent ;
  •         Découpe presque tous les matériaux ;
  •         Découpe très précise ;
  •         Dispose des bords de coupe lisses ;
  •         Des lignes de coupe minimales ;
  •         N’exige pas de retouche des bords de coupe ;
  •         N’exige pas de charge thermique sur le matériau ;
  •         Dispose d’un processus écologique sans scories.

Selon SAS PRS TECHNOLOGIES ces différents avantages font de cette machine, un appareil particulier de découpe.

, , ,

chaîne métallisée

L’essentiel à retenir sur la métallisation

2022-05-11 Commentaires fermés sur L’essentiel à retenir sur la métallisation By Yves Saint-Hilaire

La métallisation est une technique utilisée pour protéger les pièces et les surfaces en acier ou en fonte contre la corrosion et la rouille. Vous en avez souvent entendu vaguement parler et vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à parcourir ces quelques lignes. Vous allez y découvrir l’essentiel à retenir sur la métallisation.

, , Read More

prothèse dentaire

Prothèses dentaires fixes ou amovibles : quelle est la meilleure option ?

2022-05-09 Commentaires fermés sur Prothèses dentaires fixes ou amovibles : quelle est la meilleure option ? By Yves Saint-Hilaire

Une ou deux dents manquantes peut sembler être sans importance. Toutefois, sachez que cela peut gêner la mastication des aliments et faciliter l’accumulation des résidus dans l’espace libre. Ce phénomène favorise non seulement la formation des caries dentaires, mais aussi l’apparition des maladies des gencives. Au fil du temps, cette altération de la mastication peut entraîner le déchaussement des dents restantes. Par ailleurs, la perte d’une ou plusieurs dents modifie la physionomie du visage en entraînant la perte de volume de l’os de la mâchoire. Votre sourire sera moins esthétique et vos joues s’affaisseront. Heureusement qu’il existe plusieurs solutions pour y remédier. En fonction du nombre de dents manquantes, de votre budget et de vos besoins, il est possible de les remplacer par une prothèse dentaire fixe ou amovible. Une question se pose : quelle est la meilleure option ?

Qu’est-ce qu’une prothèse dentaire fixe?

Le choix d’une prothèse dentaire ne doit pas être pris à la légère. En effet, plusieurs critères doivent être pris en compte. Bien quil s’agit d’un choix esthétique, cela dépend aussi de votre santé bucco-dentaire, de votre mode de vie et de l’état des dents concernées. C’est pourquoi les conseils d’un chirurgien-dentiste ou d’un spécialiste dentaire sont très indispensables. La prothèse dentaire fixe est une solution permettant de remplacer de manière permanente les dents abîmées ou manquantes. Cela permet d’assurer une mastication optimale des aliments et de maintenir la structure osseuse de la mâchoire. Il existe plusieurs types de prothèse dentaire fixe. Vous avez effectivement le choix entre :

  • la pose d’une couronne dentaire qui permet de préserver une dent dévitalisée ou malade et aussi de limiter que cela n’affecte les autres encore saines. Cette option est accessible à toute personne de tout âge. En fonction de votre budget, vous avez le choix entre une couronne dentaire métallique, céramo-métallique, composite et porcelaine ;
  • la pose de bridges qui une solution utilisée également pour remplacer une ou plusieurs dents manquantes. À la différence d’une couronne, le bridge dentaire va s’accrocher sur les autres dents restantes adjacentes. Cette option est également envisageable même si les dents sont fortement abîmées. L’inconvénient avec la pose de bridge dentaire réside sur son coût. Ces modèles sont effectivement plus onéreux et le prix varie en fonction du matériau choisi.

 

Et une prothèse dentaire amovible

La prothèse amovible ou dentier est utilisée pour remplacer une partie ou complètement la dentition. Sa pose permet d’assurer une mastication optimale des aliments et de rétablir les problèmes de phonation causée par l’édentation. La différence de la prothèse amovible avec le modèle fixe est qu’elle peut être retirée facilement. Ainsi, il est possible de la nettoyer pour assurer une bonne hygiène buccale. Il est également recommandé de les faire contrôler une fois par an chez le dentiste pour un nettoyage et un polissage, ce afin d’éliminer les taches et les salissures. Les prothèses amovibles partielles sont généralement des stellites comportant une base métallique servant de fixation pour les fausses dents. Les prothèses tiennent en place grâce à des crochets qui sont toutefois peu esthétiques. Par contre, il est possible de se passer des crochets en les remplaçant par un système d’attachement fixé directement sur les couronnes des dents restantes. Le prix d’une prothèse amovible partielle se situe entre 600 et 1500 euros. Pour une prothèse complète, prévoyez entre 1500 et 2500 euros. Pour celles-ci, les dents artificielles sont généralement en résine afin d’imiter la couleur d’une dent naturelle. Pour assurer leur longévité et pour une bonne hygiène buccale, il est recommandé de nettoyer la prothèse régulièrement, notamment après chaque repas. Brossez-la ainsi que vos gencives avec une brosse à poils souples afin d’éliminer les résidus d’aliments et d’éviter l’apparition des tartres. Il est également préférable de l’enlever le soir et de la tremper dans une solution de trempage spéciale résine. Évitez aussi les aliments trop durs et les aliments collants pour ne pas fragiliser la prothèse dentaire.

, ,

Fiche métier d'un vannier

Fiche métier d’un vannier

2022-04-28 Commentaires fermés sur Fiche métier d’un vannier By Yves Saint-Hilaire

Êtes-vous passionné par les vanneries et les techniques de tresses ? Faites de votre passion votre métier en devenant vannier. Pour vous aider à prendre la bonne décision, voici la fiche métier d’un vannier.

Les rôles d’un vannier

Le vannier travaille avec des matières premières souples et flexibles pour fabriquer ou pour réparer des objets pratiques au quotidien. En adoptant des techniques de tressage, il peut fabriquer des assises en osier, des paniers, des ornements intérieurs ou extérieurs. Pour cela, il utilise :

– l’osier ;

– le roseau ;

– le rotin ;

– le bambou ;

– le jonc ;

– le raphia ;

– la paille, etc.

Les qualités requises pour devenir vannier

Un vannier doit faire preuve d’une créativité débordante pour pouvoir proposer des objets originaux. Il doit être aussi patient et minutieux pour assurer la durabilité et la qualité de ses réalisations. D’ailleurs, comme il est en contact direct avec des clients, il doit être capable de vendre ses produits en adoptant les bonnes stratégies commerciales.

En outre, un vannier doit avoir des compétences techniques innées pour être à l’aise avec le tressage. Il doit aussi se familiariser avec les matières premières qu’il utilise, notamment s’il les cultive lui-même. Dans ce cas, il doit être en mesure de les planter, de les entretenir, de les faire sécher et de les travailler. De plus, il doit savoir manier correctement des objets tranchants en toute sécurité.

Les études pour devenir vannier

Un CAP vannerie suffit pour devenir vannier. Durant les deux années d’étude, les étudiants se mettent tout de suite à la pratique en utilisant des fibres végétales pour créer des objets décoratifs simples. De plus, on commence à les habituer à préparer les matières premières utilisées pour les réalisations. Les bonnes techniques sont également à perfectionner grâce aux cours d’arts appliqués. À ce niveau-là, les étudiants sont également formés à monter leur propre entreprise de vannerie. Pour approfondir ses connaissances, l’étudiant peut poursuivre ses études pour passer un bac +2 ou un bac +3 en arts appliqués.

Les formations pour devenir vannier

En complément des études de base, il est possible de se former à la culture des matières premières pour utiliser ses propres matériaux. Pour s’orienter vers un projet de grande envergure, il est indispensable de suivre une formation concernant la direction de projet artistique.

Par ailleurs, plusieurs formations continues peuvent être entreprises pour exercer rapidement le métier de vannier. Tout d’abord, il existe des formations brèves proposées par les organismes privés, qui peuvent être effectuées en alternance. Ainsi, l’étudiant va consacrer une partie de son temps au sein de l’atelier d’un vannier pour apprendre les techniques de la vannerie.

Une fois qu’il sera capable de manier les matières premières, il peut passer par la VAE ou la validation des acquis et de l’expérience. Cela permet d’allier savoir-faire et niveau d’étude pour augmenter ses chances à décrocher un premier contrat.

L’évolution de carrière d’un vannier

Un vannier débutant commence toujours sa carrière en tant que salarié au sein d’un atelier de vannerie. S’il poursuit son parcours au sein du même atelier, il peut devenir un chef d’équipe ou un chef d’atelier. Pour y arriver, une formation en management est acquise. En cumulant les expériences, il peut ensuite travailler à son propre compte en ouvrant sa propre entreprise.

Bon à savoir : un vannier peut collaborer avec un menuisier ou un ébéniste ou encore avec un directeur artistique.

Le salaire d’un vannier

Un vannier débutant reçoit généralement un salaire équivalent au SMIC au sein d’un atelier de vannerie. En fonction de la taille de ce dernier, la rémunération peut atteindre les 2 000 € par mois, et ce, après plusieurs années d’expérience. Pour un vannier indépendant, les prix des produits peuvent être fixés à sa propre guise pour un revenu plus attractif. Pour le déterminer, la maîtrise des techniques, la notoriété ainsi que l’originalité des produits sont à prendre en compte.

, , , ,

Zoom sur les étapes de fabrication d’une prothèse dentaire

2022-03-30 Commentaires fermés sur Zoom sur les étapes de fabrication d’une prothèse dentaire By Yves Saint-Hilaire

Les prothèses dentaires sont des dispositifs qui servent à remplacer ou à protéger une ou plusieurs dents manquantes ou abîmées. Elles s’avèrent très essentielles puisque les dents manquantes peuvent créer un déséquilibre important au niveau de la mâchoire. Pour en fabriquer, les dentistes utilisent de la céramique, de la résine composite ou un alliage de métaux et de céramique. Ces matériaux sont combinés avec les nouvelles technologies pour donner un résultat impeccable et procurer un confort maximal au patient. Précisons que la fabrication d’une prothèse dentaire demande une maîtrise parfaite de nombreuses techniques et le respect de plusieurs étapes. Alors, quelles sont ses étapes à suivre pour fabriquer une prothèse dentaire ?

Les types de prothèse dentaire

Il est important de connaître les types de dentition avant de décider de la prothèse à mettre en bouche. Il existe deux types de prothèses dont la prothèse fixe qui est fixée directement dans la bouche et que l’on ne peut retirer sauf chez un dentiste et la prothèse amovible qui est plus agréable en bouche et facile à retirer. Alors, comment sont elles fabriquées ?

Les étapes de fabrication d’une prothèse dentaire

Il existe 5 étapes à respecter pour concevoir une prothèse dentaire.
La première étape consiste à consulter un denturologiste. Ce professionnel va récolter les informations nécessaires pour répondre à votre attente. En effet, il va examiner l’état de votre dentition, c’est-à-dire votre santé bucco-dentaire. À partir de ce constat, il pourra donner un diagnostic, qui lui permettra d’élaborer un plan de traitement adapté à votre situation, mais également de préparer les matériels nécessaires pour la prise d’empreinte.
La second étape concerne la prise d’empreinte. En effet, même si le prothésiste en a déjà pris une lors de la première rencontre, il se doit de reprendre les mesures et l’empreinte buccale pour procéder au moulage final de vos dents.
Cette étape conduira à la personnalisation de votre sourire. Comment ? En fait, le denturologiste va utiliser la maquette en cire préalablement établie afin de recueillir la position exacte de votre maxillaire supérieur et de votre mandibule. Il prendra en compte tous les paramètres physiologiques de votre bouche, à savoir la longueur de votre lèvre supérieure, le centre du visage ainsi que la ligne de votre sourire pour que le rendu réponde à vos attentes. C’est également à ce moment que vous allez discuter du type, de la forme et de la grosseur de vos futures dents.
Maintenant, il faut enchaîner avec le montage des dents et l’essayage de la prothèse. Au cours de cette étape, le prothésiste va assembler les dents que vous avez choisies sur la maquette en cire. Lorsque l’assemblage est fait, il est temps d’essayer votre nouvelle dentition. Si des éventuelles anomalies se présentent, le denturologiste pourra les ajuster et si la prothèse vous convient, il va procéder à la fabrication finale de votre dentition synthétique tout en effectuant les arrangements nécessaires.
La dernière étape est la livraison de la prothèse dentaire. Il est possible que les derniers ajustements mineurs se passent durant ce rendez-vous, mais rassurez-vous, la mise en bouche du dispositif se fera à la fin de rendez-vous. C’est également à ce moment que le denturologiste vous donne les dispositions et les conseils à considérer pour nettoyer et entretenir votre nouvelle prothèse dentaire.
Alors, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un spécialiste si vous avez besoin de compléter votre dentition.

,

diamant

Vrai ou faux diamant ? Déjouez les arnaques !

2022-03-07 Commentaires fermés sur Vrai ou faux diamant ? Déjouez les arnaques ! By Tristan Majory

Le diamant est la reine des pierres, elle est précieuse en tout point de vue. Pour éviter d’acheter du toc, du faux. Pour ne pas se faire arnaquer, il faut maîtriser certaines astuces qui permettent de déjouer les pièges liés à la contrefaçon du diamant. Les arnaqueurs font feu de tout bois pour vous piéger. Dans cet article, vous découvrirez les techniques pour éviter de tomber dans les pièges à con des arnaqueurs.

Le certificat comme critère numéro 1 pour reconnaître le bon diamant

Le premier élément qui atteste de l’originalité du diamant, c’est le certificat. N’étant pas un bijoutier de profession. Seul le certificat vous évitera de vous faire arnaquer. Le certificat définit toutes les caractéristiques du diamant. Il fournit avec détails les renseignements utiles. Il y a trois laboratoires de renom dans le monde qui fournissent des informations fiables par rapport à la qualité du diamant. Il s’agit de GIA, HRD, et IGI. Vous pouvez vous rendre à CELOR SARL pour des détails plus fournis.

Les griffures et rayures pour identifier le vrai diamant du faux

Le diamant est incontestablement la pierre la plus dure au monde. C’est scientifiquement prouvé. Par cette qualité, elle raye toutes les autres pierres. Pour avoir la certitude que vous avez un bijou pur, de bonne qualité. Il vous suffira de frotter votre diamant contre un verre par exemple.

Si votre diamant présente des éraflures au contact de ce verre ou d’autres pierres en dehors du diamant. C’est que vous avez à faire à un faux. Vous devez veiller à la qualité des diamants pour déjouer les traquenards que les arnaqueurs vous tendent.

La réfraction pour détecter le faux diamant

Le diamant est formé par un des 7 systèmes cristallins qui existent. Celui du diamant est dit cubique. Ceci voudrait dire que la lumière qui la pénètre et la traverse est égale à celle qui en ressort. Pour savoir si la pépite de diamant que vous avez ne fait pas des bijoux faits à la main.  Vous aurez à vérifier si la lumière qui le traverse se dédouble. Si c’est le cas, vous êtes probablement en face d’un faux diamant. Il a donc été fait à base des matériaux qui vous donnent l’impression que c’est un vrai. Soyez très vigilant pour ne pas acheter du toc.

Voir à travers un diamant pour détecter le faux diamant

Le diamant est une pierre dont la lumière est éblouissante. Cette propriété peut permettre d’en reconnaître un faux du vrai. Il vous reviendra de placer votre diamant en face des écritures d’un livre, par exemple.

Si par le plus grand des hasards vous arrivez à déchiffrer l’écriture du livre vous êtes assurément face à un faux diamant. Pour en avoir le cœur net, vous pouvez solliciter le service des gemmologues. Ils vous ôteront du doute. Ils en ont l’expertise requise.

S’offrir les services d’un bijoutier compétent pour ne pas tomber dans le piège du faux diamant

Rien de mieux que de solliciter le service des experts pour éviter de vous faire arnaquer. Pour avoir une assurance presque totale que vous ne mettez pas votre argent dans le faux. Vous devez requérir la compétence de ceux qui ont les outils adaptés pour flairer la fraude.

Vous déjouez les contrefaçons en préférant l’appui d’un bijoutier pour faire votre achat de diamant. Bien évidemment, vous aurez à délier votre bourse. Mais le jeu en vaut la chandelle. Le bijoutier vous évitera de vous faire arnaquer. N’hésitez pas à le solliciter.

Vous ne devez pas vous faire arnaquer quand vous voulez acheter votre diamant. C’est pourquoi vous devez user des astuces proposées dans cet article pour ne pas tomber dans des pièges.

, , ,

verre soufflé

Comment fabriquer des produits en verre soufflé ?

2021-09-30 Commentaires fermés sur Comment fabriquer des produits en verre soufflé ? By Yves Saint-Hilaire

Le travail du verre est certainement l’un des arts les plus anciens de l’Histoire. Cette pratique est apparue en 75 avant J.-C. en Asie. C’est durant l’apogée de l’Empire Romain qu’elle avait gagné l’Occident, en passant par l’Égypte et la Grèce. Ce savoir-faire s’est perpétué jusqu’à nos jours. Le travail du verre soufflé reste un procédé artisanal que l’on retrouve généralement dans le domaine de la décoration. Cependant, cela n’exclut pas la production d’objets utilisés au quotidien comme le verre de vin, les ornements en verre, etc…

, , Read More

Clôture en grillage rigide : indémodable, abordable et pratique

2021-08-05 Commentaires fermés sur Clôture en grillage rigide : indémodable, abordable et pratique By Yves Saint-Hilaire

Êtes-vous à la recherche d’un type de clôture pour délimiter votre propriété ? Il existe plusieurs solutions mais la clôture en grillage rigide figure parmi les types de clôtures les plus prisés et qui présentent divers avantages. Elle s’adapte aux propriétés agricoles, industrielles ou encore aux fermes, parkings, espaces verts, etc. Dans cet article, faisons un tour d’horizon sur les particularités d’une clôture grillagée rigide. .

Les caractéristiques

La clôture en grillage rigide est composée de fils métalliques formant des panneaux rigides, de poteaux ou piquets à encoche ou ronds à collier, de capuchons et d’une plaque de soubassement.

Les panneaux rigides sont vendus en lots de plusieurs unités de 1 à 1,5 m de hauteur et 2 m de longueur. Ils existent en plusieurs couleurs, comme le noir, le vert, le rouge, etc.

D’une part, ils peuvent être à mailles rectangulaires ou carrées qui sont soit soudées, (ce qui rend grillage plus résistant ) soit nouées. Dans ce cas, le grillage est moins résistant mais plus souple. D’autre part, les panneaux peuvent se présenter sous forme de rouleaux.

Notez que vous pouvez fixer directement le grillage rigide au sol ou sur votre muret, si vous en avez.

Les avantages de la clôture en grillage rigide

Un prix intéressant

Étant à la fois solide et économique, la clôture en grillage rigide représente un bon rapport qualité/prix, par rapport aux autres clôtures. Une clôture en béton est plus résistante mais plus coûteuse (80 à 250 euros le mètre linéaire), et d’une clôture en bois moins résistante, et plus onéreuse (30 à 200 euros le mètre linéaire).

Alors que le prix du mètre linéaire d’un grillage rigide varie entre 20 et 60 euros, en fonction de sa gamme.

Une grande robustesse

En général, les grillages sont constitués de fils de fer en acier galvanisé et peints en peinture plastifiée, ce qui leur permet de lutter contre la corrosion et leur assure une bonne longévité (au moins 10 ans) face aux intempéries.

Une clôture tendance

La clôture en grillage rigide est une clôture moderne. Vous pouvez y apporter une touche d’élégance, en la peignant avec une couleur de votre choix, en ajoutant un brise-vue pour garantir votre intimité contre les regards indiscrets des passants et de vos voisins, ou en faisant pousser des plantes grimpantes et rampantes.

De plus, elle constitue une clôture passe-partout, car elle s’adapte facilement à votre terrain, peu importe ses caractéristiques : contours sinueux, contours droits, plan, accidenté, en pente, etc.

Une clôture très commode

La clôture en grillage rigide est facile à installer. En effet, elle n’exige pas de grands travaux qui chambouleront votre extérieur, vous pouvez l’installer vous-même.

Si vous ne disposez pas assez de temps ou d’énergie pour cela, vous pouvez faire appel à un spécialiste dans la vente et la fabrication de grillage, tel que Clôtures Guillaumie et Gaut à Brive-la-Gaillarde.

Elle est facile à entretenir. Vous n’avez qu’à la nettoyer avec un chiffon ou une éponge imbibée d’eau tiède et de savon, suivi d’un rinçage. Ce nettoyage peut être réalisé une ou deux fois par an. Vous pouvez également repeindre votre clôture en grillage rigide après quelques années, pour garder sa fraîcheur.

Les différentes étapes de son installation

L’installation de clôture en grillage rigide se fait en 3 grandes étapes :

Le traçage de l’emplacement de la clôture

Avant de commencer l’installation, tracez l’emplacement de votre clôture et prévoyez celui de votre portillon. Puis, tendez un cordeau de maçon entre le début et la fin de la clôture, en l’attachant à un support de ruban de signalisation. Réalisez des trous pour installer des poteaux ou des piquets. Ces derniers doivent avoir au moins un intervalle de 2,5 m.

L’installation du portillon

Passez ensuite à l’installation du portillon. Pour cela, creusez 2 trous ayant une profondeur est de 80 cm et dont la distance dépend de la taille de votre portillon, pour l’insertion des poteaux. Versez une couche de graviers de grainage d’environ 10 cm d’épaisseur, dans chaque trou. Mettez en place un à un chaque poteau de votre portillon en plaçant des cales en bois en dessous. Une fois que votre portillon est bien en place, vous pouvez fixer le vantail et le tasseau, et bétonner la fondation.

Le montage de la clôture

Par la suite, insérez les poteaux ou les piquets, en faisant d’abord des trous de fondation, comme ceux du portillon. Posez les colliers sur les barres de tensions, et fixez-y les tendeurs de fils à l’aide des vis à crochet. Vous pouvez maintenant tendre le grillage.

Pour terminer, raccordez les fils de tension (supérieurs et inférieurs) au grillage.

, , ,

Ébénisterie : un art à part entière

2021-07-29 Commentaires fermés sur Ébénisterie : un art à part entière By Yves Saint-Hilaire

L’ébénisterie est l’un des secteurs les plus anciens au monde mais qui tient toujours une place importante de nos jours. En effet, il constitue un art à part entière si l’on considère les différents chefs-d’œuvre réalisés. Découvrez tout ce que vous devez savoir dans l’article qui suit.

En quoi consiste le métier d’ébéniste ?

L’ébéniste est un artisan qui manipule le bois précieux pour en faire des meubles ou d’autres accessoires selon les recommandations d’un client.
D’après son histoire, le métier d’ébéniste a été pratiqué depuis l’Israël Antique. Les artisans utilisaient des restes de bois de cèdre retrouvés dans le grand Temple de Salomon pour fabriquer des meubles. Par la suite, les romains de l’époque de César en faisaient également usage pour décorer leurs maisons, fabriquer des meubles en bois précieux et sculpter des boiseries. Actuellement, ce métier d’art ne se limite plus aux créations mais il concerne également la restauration de meubles d’époque. Effectivement, le style de chaque ébéniste est unique et s’inspire principalement d’une période. Par exemple les placages de bois du XIVème siècles sont un peu plus orientés sur l’aspect décoratif que les modèles actuels qui se basent sur le côté fonctionnel. La marqueterie fait aussi partie du travail d’un ébéniste, puisqu’il s’agit de la conception d’un ou de plusieurs décors en bois ou d’autres matériaux (ivoire, pierre, os, métaux, etc.). Ce travail n’est pas accessible à tout le monde puisqu’il requiert de la minutie, un esprit créatif et bien sûr une connaissance parfaite des différentes essences de bois (acajou, merisier, chêne, etc.). Néanmoins, il est quand même possible de suivre une formation continue ou CAP (Certificat d’Aptitude Professionnel), ou être titulaire du BMA (Brevet des Métiers d’Art) en ébénisterie.

Différences entre ébénisterie et menuiserie

De prime abord, il est assez difficile de différencier le secteur de l’ébénisterie et de la menuiserie. En effet, ces deux artisans utilisent les mêmes matériaux et outils. Mais la principale différence réside dans la manière de travailler le bois et les services proposés. L’ébéniste traite le bois avec une extrême finesse et fabrique des meubles qui se caractérisent par des finitions extrêmement méticuleuses et qui témoignent d’un savoir-faire avéré. Ce professionnel est surtout sollicité pour fabriquer des meubles ou d’autres objets en bois précieux. Le travail de ce type de matériau requiert de la précision et la maîtrise de techniques telles que le placage de bois. Cette méthode consiste en un collage de feuilles en bois en guise de revêtement. Elle est souvent utilisée dans la fabrication et la conception de plan de travail, d’étagères ou de tables entre autres. Par ailleurs, l’ébéniste fabrique, conçoit et restaure des meubles qui ont plutôt un aspect décoratif et qui sont destinés à embellir une pièce. Le menuisier quant à lui est un artisan qui s’occupe de la fabrication et de la pose de portes, de fenêtres, d’escaliers. Il prend également en charge l’agencement. Le menuisier propose souvent une gamme de prestations telles que la création et la conception de dressing, de charpentes, etc. Ce professionnel utilise des machines et des outils assez sophistiquées pour faciliter ses tâches. Il s’occupe du montage et de l’assemblage et applique différents types de finitions (vernis, lasure, peinture…). A la différence d’un ébéniste, un menuisier a des compétences plutôt techniques telles que la maîtrise de la géométrie. Mais il doit également faire preuve d’une habileté manuelle et un certain sens artistique. De plus, le menuisier doit savoir d’autres matériaux tels que le PVC, l’aluminium, le stratifié, les panneaux agglomérés… En somme, il est plutôt un artisan spécialisé dans les travaux de second-œuvre comme les gros travaux qui touchent les constructions (création de bardage en bois par exemple).

, , , , , , ,