Home

Les étapes à suivre pour devenir musicien

2020-01-09 Commentaires fermés sur Les étapes à suivre pour devenir musicien By Yves Saint-Hilaire

La musique est un art qui date de la préhistoire. Dans la catégorie des neufs arts majeurs, elle se situe en quatrième position. Apprendre la musique est, comme tout autre art, bénéfique pour la personne en général. À la différence des autres disciplines, elle peut s’apprendre à n’importe quel âge et ne nécessite pas forcément une formation spécialisée. La musique se définit comme étant une manière d’arranger le son pour que celui-ci soit agréable à l’écoute. Dans plusieurs cas, elle s’apprend juste en écoutant et en reproduisant un morceau spécifique. Voici en quelques lignes les étapes fondamentales pour devenir musicien.

Définir clairement ses objectifs

Devenir musicien comprend plusieurs niveaux et ceux-ci dépendent de la finalité à atteindre. Dès le début, il est indispensable de choisir la voie à explorer. Voulez-vous vous familiariser avec un instrument particulier ? Avec un genre spécifique ? Ou encore avec le milieu en général ? Pour un amateur, choisir un ou plusieurs instruments est obligatoire. Cela représente la première étape de l’apprentissage.

Choisir un instrument ne se fait pas au hasard. En effet, choisissez-en un que vous aimez écouter ou voir jouer. Les instruments à cordes offrent une prise en main facile et une sonorité agréable. Depuis le piano, vers la harpe, en passant par la guitare et les violons, vous n’aurez que l’embarras du choix. Cette grande variété peut ainsi faire le bonheur de celui ou celle qui veut s’initier dans le domaine.

Les membranophones constituent, quant à eux, l’ensemble des instruments qui comprennent une ou plusieurs membranes. Ils sont, le plus souvent, rythmiques. La batterie et les différents types de percussions forment cette catégorie.

Le saxophone, la flûte, la trompette et les autres cuivres forment les instruments à vent. S’ils sont très communs, ils sont difficiles à prendre en main et nécessitent des exercices de respirations spécifiques.

Les bienfaits de l’apprentissage de la musique

Comme tout art, la musique offre plusieurs avantages, notamment sur le fonctionnement du cerveau et du corps. À tout âge, les bénéfices de jouer d’un instrument sont considérables.

Sur le fonctionnement cérébral

La musique est l’une des activités qui sollicitent le plus le cerveau, notamment la mémoire et la concentration. Selon le genre musical, ces parties du corps sont plus ou moins sollicitées. Dans la musique classique, la lecture des partitions nécessite une grande concentration. Une pratique régulière à un tel rythme augmente considérablement la faculté à se concentrer sur une tâche précise. Cela est évidemment bénéfique pour les activités scolaires, professionnelles ou quotidiennes.

La mémoire est également sollicitée dans le processus. En effet, chaque partition ou morceau doit être appris par cœur et pour cela, il est indispensable de se rappeler des détails. Un musicien possède, de ce fait, un meilleur fonctionnement de la mémoire.

Un remède efficace contre le stress

Le stress est courant dans la société de nos jours. À cause de plusieurs facteurs, notamment le travail, la routine et la conjoncture économique, plusieurs personnes sont sous l’emprise du stress. La musique présente des pratiques qui permettent de lutter contre ce phénomène. En effet, jouer d’un instrument nécessite de relâcher tout type de tension et une bonne respiration. Une fois encore, c’est la répétition de ces gestes et de ces exercices qui peuvent procurer ce bénéfice.

La discipline pour un enfant

Une meilleure discipline fait également partie des bénéfices de ce quatrième art. Bien maîtriser un instrument nécessite du travail, du temps et un effort considérable. Dans ce cas, développer une méthode concrète est indispensable. À force de pratiquer, l’on parvient à créer une véritable discipline. Cette qualité peut très bien être projetée dans la vie au-delà de la musique.

Choisir son genre musical

L’une des richesses les plus inestimables de cet art réside dans la diversité des genres musicaux. Chaque pays, peuple et culture correspond à un genre particulier, des rythmes africaines aux mélodies des orchestres philharmoniques.

Choisir un genre dans lequel on veut s’épanouir n’est pas chose aisée. De ce choix dépend l’instrument à maîtriser.

Pour bien débuter, il est indispensable de choisir des genres plus ou moins faciles à traiter. Le jazz et la musique classique sont réservés à des professionnels, car ces genres nécessitent un apprentissage en profondeur du concept.

La théorie musicale, un passage obligé

Pour un apprentissage selon les normes, la théorie musicale est incontournable. Il s’agit de la partie théorique et littéraire de la musique. On y apprend les rythmes, les notes, les accords et la lecture d’une partition. Ces connaissances sont ensuite appliquées à un instrument que vous aurez choisi.

Le rythme et les notes

Ce sont deux des fondements de la musique. Le rythme détermine le commencement et la durée d’une note jouée. Elle permet de distinguer en partie les genres. Pour les instruments rythmiques tels que la batterie et les percussions, c’est le fondement de l’apprentissage.

Les notes, quant à elles, correspondent à un son spécifique d’un instrument ou d’une voix humaine. Elles sont caractérisées par la hauteur, le type (timbre) et l’intensité.

Les accords sont la superposition de plusieurs notes spécialement définies. Apprendre les accords fait partie du fondement de la musique.

, ,

Apprendre l’art, c’est possible

2020-01-08 Commentaires fermés sur Apprendre l’art, c’est possible By Yves Saint-Hilaire

On ne naît pas artiste, mais on le devient. Pas systématiquement. Mais dans la classification, il y a des domaines qui peuvent facilement s’apprendre. L’art est, dans sa première définition, un moyen d’expression inscrit dans des domaines spécifiques. L’apprentissage de l’art passe inévitablement par la familiarisation avec ces domaines. Une certaine manière de voir est, cependant, nécessaire pour permettre de comprendre, d’une manière générale, ce monde fabuleux. Il est possible d’acquérir cette vision en consultant des ouvrages qui traitent le sujet.

Classification de l’art

Depuis l’Antiquité une multitude de classifications ont été mises en place afin de catégoriser les œuvres des différents artistes. Au 19ème siècle, cette catégorisation se fait en fonction des matériaux et de la nature des œuvres. Plusieurs écrivains et philosophes ont tenté de classer les arts en fonction de leurs moyens d’expressions. L’architecture, la sculpture et la peinture font parties des arts matériels moins expressifs, contrairement à la poésie ou à la musique, moins matériels.

Ce n’est qu’au 20ème siècle que la classification est achevée. Quatre domaines ont été rajoutés pour former les neuf catégories que nous connaissons. Ce sont, bien évidemment, des domaines majeurs qui sont classifiés de nos jours.

La dimension humaine de l’art

C’est une forme d’expression utilisant plusieurs techniques et souvent le langage, mais surtout la raison et l’intelligence. L’art est propre à l’être humain. Pour s’initier dans le domaine, il est indispensable de fréquenter des personnes qui œuvrent dans le domaine. Ces contacts peuvent être écrivains, poètes, musiciens, peintre, etc. Dans tous les cas, elles sauront vous guider et vous conseiller afin de trouver le déclic qui pourrait vous amener à pratiquer une discipline.

L’art est universel

Malgré la variation des expressions culturelles et artistiques, l’art est fondamentalement universel. Cela signifie qu’il présente les mêmes valeurs, peu importe le pays. Il est présent dans toutes les cultures du monde et les peuples expriment fondamentalement la même chose avec des moyens différents.

Une connaissance littéraire est indispensable

Pour commencer, il est primordial de bien connaître la discipline dans laquelle on projette. Se documenter de temps en temps sur le sujet permet de cerner les bases de l’art choisi.

Dans le cas où le choix n’est pas encore fait, les revues de littérature peuvent aider à choisir le domaine dans lequel œuvrer. Les disciplines de l’art sont nombreuses et peuvent dériver plus ou moins largement de leurs origines, c’est-à-dire, des catégories majeures.

Entretenir une bonne habitude de lecture est indispensable pour celui ou celle qui veut devenir écrivain. Dans ce cas, la connaissance de plusieurs thèmes, de plusieurs sujets et de plusieurs techniques serviront à former vote propre style.

S’initier dans l’architecture ?

Le premier des arts majeurs, l’architecture revêt une apparence plus moderne, technique et moins artistique. S’initier dans le domaine nécessite une formation de plusieurs années dans les institutions spécialisées dans le domaine.

La sculpture

C’est un domaine assez spécifique. À la différence de l’architecture, il ne nécessite pas forcément une formation, mais une maîtrise des outils et du concept de sculpture. Cette discipline est très diversifiée selon les cultures. Les travaux dépendent de l’essence de bois à travailler et du résultat souhaité. Les artisans sculpteurs descendent, généralement, d’un savoir-faire ancestral qui se transmet de génération en génération. Cependant, s’initier dans le domaine ne relève pas de l’impossible. Seulement, il est nécessaire de connaître les différentes origines des sculptures, leurs significations et leurs histoires.

La peinture et le dessin

Les arts-visuels se déclinent en plusieurs variations et il y en a de toutes les couleurs. La peinture et le dessin font partie de la troisième catégorie. La peinture est l’une des disciplines les plus âgées de l’histoire. Les anciens hommes peignaient déjà une partie de leurs quotidiens sur les parois des grottes. À travers les années, les œuvres des grands peintres continuent de fasciner et d’inspirer des générations entières, et même jusqu’à nos jours.

Dessiner et peindre de nos jours se fait plus facilement qu’autrefois. En effet, grâce au progrès technologiques, plusieurs supports peuvent être utilisés pour peindre et dessiner.

De nos jours, les arts visuels incluent également la bande-dessinée, les arts médiatiques et le cinéma, le fameux septième art. Ce dernier est devenu une industrie importante et s’initier dans le domaine nécessite une longue formation. Il a évolué en parallèle avec la technologie de production et de diffusion des images, notamment l’internet avec le streaming.

La musique, la poésie et les arts de la scène

Quelques-unes des variétés les plus distinctives, elles vont au-delà de la matière et touchent directement la cognition. La poésie et la littérature usent des mots afin d’exprimer une réalité d’une manière plus ou moins originale. Produites sur scène ou dans un autre contexte, elles renferment une certaine beauté qui fascine les esprits et qui fait l’objet de cet art.

Non loin du contexte, la musique combinée souvent avec les talents sur scène est un moyen d’expression très prisé. La notation musicale est universelle, mais elle se décline en un nombre infini de rythme et de mélodie selon les cultures, les peuples et les époques. Faire carrière dans la musique requiert plus que l’apprentissage d’un instrument, même si c’est un passage obligé. Il est, en effet, nécessaire de connaître l’essence d’une musique en particulier pour en parfaire l’apprentissage.

 

, ,

Tout ce qu’il faut savoir pour réussir la pose d’une chape liquide

2020-01-08 Commentaires fermés sur Tout ce qu’il faut savoir pour réussir la pose d’une chape liquide By Yves Saint-Hilaire

La chape liquide, également appelée « chape fluide » est un mortier à base de ciment ou d’anhydrite (sulfate de calcium) coulé sur une dalle de béton afin de niveler ou d’unifier le sol. La pose d’un carrelage, d’un parquet ou d’une moquette nécessite généralement le coulage d’une chape liquide. Cela permet de garder le sol parfaitement horizontal. La chape liquide peut aussi servir à enrober les conduits d’électricité, de plomberie et de chauffage. Le coulage d’une chape fluide est aussi recommandé avant la pose d’une sous-couche isolante ou d’un revêtement de sol. Ainsi, pour rattraper les irrégularités du sol et corriger les différences de niveau, il est important de procéder au coulage d’une chape liquide avant la pose du revêtement. Quel type de chape liquide faut-il utiliser ? Quelles sont les différentes étapes à respecter pour réussir la pose ? Découvrez les réponses à ces questions dans la suite de l’article.

Quel type de chape liquide choisir ?

Il existe deux types de chapes liquide : la chape liquide de ciment et la chape liquide anhydrite.

La chape liquide de ciment

C’est une chape réalisée à base de ciment qui convient surtout au nivellement des petites et moyennes surfaces. Ce type de chape est surtout utilisé dans la pose des planchers chauffants. Son atout principal se trouve dans le temps de séchage très court (environ 3 semaines). Toutefois, la chape liquide de ciment a tendance à se rétrécir durant le séchage, ce qui accroît le risque de fissure. Afin d’éviter ce problème, la pose des joints tous les 40 à 60 m² est recommandée.

La chape anhydrite

La chape anhydrite contient les composants classiques : eau, sable et ciment. Toutefois, on y rajoute un liant spécifique à base de sulfate de calcium. Ce type de chape est doté d’une performance élevée en termes de résistance et ne nécessite pas la pose de joints. La simplicité de la mise en œuvre constitue donc son principal avantage. La chape anhydrite convient pour les grandes surfaces parce qu’elle a un faible retrait durant le séchage. Son seul inconvénient se trouve dans le temps de séchage pouvant aller au-delà de 8 semaines.

Les étapes de travaux de pose d’une chape liquide

Plusieurs conditions doivent être réunies avant de couler une chape liquide sur un chantier. Le coulage de la chape se déroule dans un bâtiment clos et couvert. Tous les travaux de pose de cloisons et d’autres séparations doivent être terminés. Il faut également prendre le temps de vérifier l’étanchéité des installations de plomberie et de chauffage avant la mise en œuvre de la chape. Afin de garantir un meilleur séchage, la température de la structure portante doit être comprise entre 5 et 30 °C.

En général, la mise en œuvre d’une chape liquide se déroule en 3 étapes : la préparation du chantier, le coulage et la finition. Dans la première étape, il faut vérifier l’état de la dalle qui sert de structure portante à la chape. Prévoyez un ravoirage afin de rectifier la planéité du sol. Le démarrage de la deuxième étape commence par la réception du mortier qui a été livré par un professionnel. Il faut vérifier la fluidité de la chape avant de procéder au coulage. Afin de garantir la planéité de la chape, prévoyez l’utilisation d’une barre de répartition et d’un balai débulleur. Quant à la finition, celle-ci se résume par l’aération de la pièce afin d’évacuer l’humidité. Prenez également le soin de protéger le chantier des courants d’air et de l’ensoleillement.

Pour réussir vos travaux de coulage d’une chape liquide, le mieux serait de confier cette opération à un professionnel. L’entreprise CHAPE LIQUIDE® 90 située à Menoncourt met son savoir-faire à votre disposition afin de mener à bien tous types de travaux. N’hésitez pas à faire appel à son équipe pour tous travaux d’isolation, de dallage et de carrelage.

, ,

Tour d’horizon sur le métier d’artisan couturier

2020-01-07 Commentaires fermés sur Tour d’horizon sur le métier d’artisan couturier By Yves Saint-Hilaire

Depuis toujours, l’artisan est le représentant privilégié d’une clientèle qui a transformé les produits faits main en besoin. Il se trouve que le couturier n’échappe pas à cette dynamique, peu importe le nombre de produits vestimentaires industriels éparpillés sur le marché. Formé sur le tas, issu d’une grande école de couture ou devenu tout simplement artisan par héritage, le couturier ne se bat qu’avec sa créativité pour rester dans la course. Apportons plus de détails sur ce merveilleux métier qui a fait de l’épingle et du ciseau des armes de création. Read More

Tout savoir sur le recyclage des métaux

2020-01-07 Commentaires fermés sur Tout savoir sur le recyclage des métaux By Yves Saint-Hilaire

Aujourd’hui, les enjeux sont de taille en ce qui concerne la préservation de l’environnement. Un des programmes mondiaux sur cette sensibilisation concerne le recyclage. Le tri des déchets facilite le recyclage des produits. Papiers, textiles, verres ou encore métaux, tous ces matériaux sont aujourd’hui recyclés pour préserver l’environnement. En ce qui concerne le recyclage des métaux, c’est un geste qui présente de nombreux avantages, notamment l’économie d’énergie. Non seulement il réduit la quantité des ordures ménagères, mais permet aussi l’économie des matières premières (fer, bauxite, etc.). Des entreprises spécialisées proposent leur service tant aux professionnels qu’aux particuliers pour la récupération et le recyclage des métaux.

Quels sont les types de produits recyclables

La plupart des objets qui nous entourent et que nous utilisons sont recyclables. Rien que dans la cuisine, nous retrouvons d’innombrables objets recyclables auxquels nous n’aurions jamais pensé. Il y a tout d’abord les diverses boîtes de conserve et les emballages des nourritures que nous utilisons pour la préparation de nos repas. N’oublions pas non plus les canettes de nos boissons préférées. Viennent ensuite les divers ustensiles de cuisson comme les poêles, les casseroles, les pièces d’appareils électroménagers, etc. Dans le jardin, dans le garage et dans le reste de la maison, on peut retrouver des choses qui paraissent anodines, mais tout à fait recyclables. On peut entre autres citer les objets en plastique, les bidons, les bombes aérosols, les journaux, les bouteilles, etc.

Comment se recyclent les métaux ?

Désormais, il existe des entreprises spécialisées en recyclage des métaux comme la Société Nouvelle de Récupération à Baie-Mahault. Tout d’abord, les professionnels commencent par bien trier les métaux ferreux et non-ferreux. Il faut séparer l’acier des autres métaux. Il faut procéder correctement au tri pour que les métaux conservent leurs qualités même après plusieurs recyclages. Il existe alors deux techniques pour la fonte des métaux. La première consiste à fondre la totalité des ferrailles. La seconde vise à ajouter la ferraille à la fonte d’autres hauts-fourneaux pour avoir un nouveau produit. Dans tous les cas, les métaux sont mis sous forme de lingots ou de barres pour d’autres utilisations.

Les types de métaux recyclables

Il existe trois types de métaux que les entreprises de recyclage récupèrent sur différents sites :

  • Les métaux ferreux : le fer, l’acier et la fonte ont moins de valeurs puisque leurs sources sont en abondance, et puis le fer peut s’oxyder et donc se rouiller. Par contre, les métaux ferreux sont faciles à transformer. Ces ferrailles sont pour la plupart des déchets de fabrication : chutes propres, chutes des usines de transformation et des ferrailles de récupération dans les rebuts.

  • Les métaux non-ferreux : il s’agit des métaux qui ne contiennent pas du fer comme le zinc, le nickel, l’étain, l’inox, le laiton, le cuivre, etc. Les métaux non-ferreux sont les plus valeureux que les métaux ferreux. Ils sont également de meilleure qualité.

  • Les métaux rares et précieux : il s’agit du titane, du palladium, de la platine, etc. On les retrouve dans certains produits finis provenant des rebuts de l’industrie photographique, médicale…

Le devenir des métaux récupérés

Beaucoup de métaux finissent dans des décharges ou encore dans les usines d’incinération. Pourtant, ils sont encore recyclables. Des entreprises spécialisées prennent alors en main la récupération et le recyclage des métaux. Avant de donner une seconde vie aux métaux, les professionnels commencent tout d’abord par trier, isoler et séparer les différents produits en métaux qu’ils ont collectés. Que ce soit des métaux ferreux, non-ferreux ou encore de métaux précieux, tous doivent suivre les mêmes étapes. Après la collecte et le tri, les métaux sont fondus et par la suite purifiés. Les matières premières obtenues sont alors mises sous forme de lingots, en barres ou encore enroulés sur des bobines. Les produits recyclés sont ensuite acheminés dans différents secteurs d’activité.

Pourquoi faire appel à une société de chaudronnerie ?

2020-01-06 Commentaires fermés sur Pourquoi faire appel à une société de chaudronnerie ? By Yves Saint-Hilaire

Les professionnels sont les principaux clients des sociétés de chaudronnerie industrielle. Elles peuvent aussi être engagées par des particuliers désirant faire des travaux. Elles se chargent également des travaux de menuiserie en acier pour répondre aux divers besoins de sa clientèle.

L’assemblage d’acier

Rappelez-vous que la chaudronnerie et les ouvrages métalliques sont des travaux d’assemblage de plusieurs pièces. Il existe divers types d’ouvrages. Il y a les grands travaux, comme les constructions métalliques ( locaux de stockage de marchandises ou un hangar.). Ensuite il y a les travaux de petite taille se rapportant à la menuiserie de menuiserie métallique ou acier.

Les constructions métalliques sont aussi appelées chaudronnerie industrielle. Les artisans, vont monter un bâtiment avec des armatures en acier pour servir de lieu de travail. C’est le cas d’un entrepôt logistique, des bureaux ou d’une usine de production. Chacun de ces bâtiments ont leurs spécificités. Le chaudronnier appliquera des techniques spécifiques pour répondre aux besoins du client tout en respectant les normes de construction. Vous n’avez pas à vous inquiéter de la fiabilité de la construction. Le coût, l’enveloppe extérieure de la construction, la toiture, la façade ainsi que la peinture extérieure sont généralement détaillés dans le devis.

Parfois, l’entreprise peut également s’occuper de tous les autres services ayant trait à la manipulation de métaux. Elles fabriquent en effet des menuiseries métalliques pour les immeubles. Vous n’allez plus perdre du temps pour engager d’autres artisans. Vous devez cependant passer en revue toutes les options. La société de chaudronnerie METAFORM située à Athis-de-l’Orne propose divers produits de construction métallique. Elle assure également la fabrication de machines spéciales et la mise en place de ligne de production. Son équipe qualifiée vous garantit un travail de qualité réalisé dans les délais impartis.

Conception précise et sur mesure

Les sociétés de chaudronnerie vous soumettent divers types de prestations. Les clients ont l’assurance de bénéficier de réalisations sur mesure. Ce type de conception implique aussi des ouvrages sans défaut. La structure de votre bâtiment , toiture et les autres composants font l’objet d’un travail de précision hors pair. . La surface à construire, la mesure exacte et l’utilisation sont des données fondamentales à fournir. Elles sont nécessaires pour la disposition des piliers en cas de besoin. Les artisans vous garantissent des travaux de précision et exempts de défauts. Après avoir mis sur pied votre projet, vous pouvez faire appel à des sociétés spécialisées. Elles proposent généralement des accessoires tels que les escaliers métalliques.

Compétences des artisans et expériences

Les sociétés de chaudronnerie n’engagent que des professionnels diplômés des écoles et instituts spécialisés. Ils doivent avoir au moins le CAP (certificat d’aptitude professionnel) en ouvrage métallique. Avant de vous lancer, renseignez-vous sur la notoriété de la société. Posez des questions à vos amis sur les compétences des artisans. Vous pouvez aussi jeter un œil sur les forums internet ou les témoignages d’anciens clients. La plupart du temps, les entreprises ayant existé depuis des années ne font appel qu’à des artisans expérimentés. Donc, n’oubliez pas de vérifier l’année de création .

Durabilité et résistance des matériaux

Les matériaux utilisés sont très variés : acier, aluminium, cuivre… Selon les professionnels, 50 % des bâtiments industriels sont en acier. La durée de vie moyenne de ces locaux est de 50 ans. Ces matériaux sont très résistants face aux intempéries et aux aléas climatiques. Vous pouvez aussi réadapter les locaux en cas de besoin. Il suffit de faire quelques modifications. En cas de fin d’activité, vous avez la possibilité de vendre le bâtiment. Dans le cas contraire, le recyclage constitue une alternative intéressante.

Caristes et opérateurs d’engins automatisés : des métiers à risque

2020-01-06 Commentaires fermés sur Caristes et opérateurs d’engins automatisés : des métiers à risque By Yves Saint-Hilaire

Les travailleurs sont constamment exposés à des risques lors de la gestion des marchandises ou de la manipulation des engins automatisés. Même une petite inattention engendre des accidents laissant des séquelles à vie, si ce n’est pas la mort qui l’emporte. Ci-après des cas de figure sources d’accidents et les préventions qui s’imposent.

Les risques encourus par l’utilisation des engins de levage sur des chantiers BTP

Sont classés parmi les dispositifs de levage, les chariots élévateurs, les plateformes avec nacelles, les ascenseurs de chantier, les grues automotrices, etc. Ainsi, les ouvriers sont exposés aux risques de blessure, de fracture, de lombalgie et de toute sorte de traumatisme dû à des chutes ou des collisions lors de la manipulation des engins.

Ces accidents peuvent tout de même être évités grâce à une formation pertinente sur la conduite des engins de chantier et sur les réglementations en vigueur. Aussi, des mesures préventives doivent être appliquées, tant au niveau collectif qu’individuel.

Les préventions au niveau collectif

L’entreprise en charge des travaux doit utiliser des engins de chantier performants dotés des paramètres de sécurité (limiteur de charge, cabine avec climatisation, etc.). Les appareils doivent également être entretenus suivant les fréquences recommandées (contrôle périodique, contrôle lors de la mise en marche, lors de la remise en marche…).

Les précautions individuelles

Pour chaque individu, le port d’équipements de protection va de soi, tels que les gants, les chaussures adaptées, les harnais de sécurité… Aussi, dicté par la conscience professionnelle, chaque travailleur doit se conformer aux diverses règles de conduite. Il faut éviter notamment la consommation d’alcool et d’autres produits stupéfiants.

Les situations à risque pour les caristes et les préventions

Les caristes s’exposent à de multiples dangers dans la gestion de la logistique au sein des compagnies commerciales et industrielles. Ils sont chargés, non seulement, de l’approvisionnement de marchandises, mais préviennent également la rupture de stocks en toute heure. De si lourdes responsabilités ajoutées à un rythme de travail excessif sont effectivement source de risques. De surcroît, les potentielles menaces lors de l’exercice du métier sont notamment liées à l’environnement de travail et les engins à manœuvrer. On note entre autres, les contraintes posturales, l’exposition aux vibrations, aux bruits, au gaz…

Blessures, fractures, douleurs musculaires et squelettiques, lombalgies, traumatismes, atteinte auditive, intoxication… sont alors les séquelles constatées en cas d’accident, des accidents qui peuvent être évités par de simples gestes, et surtout, par la responsabilisation des employeurs et employés.

De ce fait, les responsables des compagnies ont l’obligation d’assurer la sécurité des travailleurs. Avant même la prise de poste, ils devraient déjà avoir évalué les risques et élaborer un système de précaution efficace. Les mesures préventives s’appliquent autant sur le comportement des salariés que sur les équipements mis à leur disposition. L’utilisation d’appareils performants et d’équipements de sécurité est évidente, sans parler de la formation sur la conduite des engins.

Aussi tenus par les règlements, les employés contribuent à la diminution des accidents en évitant les excès de vitesse et/ou de charges, la consommation de produits psychotropes, les conversations au téléphone en pleine conduite, etc.

Pour la sécurité et la performance des caristes, des opérateurs d’engins, etc.

Formation Éric Belgrade est une compagnie spécialisée dans l’apprentissage des caristes et des opérateurs de divers engins (chariot élévateur, pont roulant, chargeuse sur roues, plate-forme nacelle, etc.). Elle propose également des formations sur la santé et la sécurité des piétons lors de la manutention des outils, ainsi que sur le SIMDUT.

La compagnie fait aussi partie des rares établissements formant des formateurs en matière de conduite de chariots élévateurs et de plateformes élévatrices et nacelles.

Les formations sont déclinées en cours théoriques et pratiques, suivies d’évaluations avec délivrance de cartes de compétence.

Qualifiés et à l’écoute, les formateurs s’adaptent au niveau des apprenants, qu’ils soient des débutants ou déjà en activité.

Intervenant partout au Québec (notamment à Sherbrooke, Boucherville, Montréal), Formation Éric Belgrade est reconnue auprès d’une clientèle commerciale et industrielle. De plus, selon les besoins des opérateurs, la compagnie dispense des formations personnalisées au sein des entreprises.

Le nettoyage ne se résume pas par un coup de serpillière !

2020-01-06 Commentaires fermés sur Le nettoyage ne se résume pas par un coup de serpillière ! By Yves Saint-Hilaire

Bien sûr que si ! En vérité, cela dépend de la taille du local. À quoi servirait un matériel de nettoyage sophistiqué dans un petit magasin ou dans un minuscule appartement. Mais pour maintenir la propreté dans une usine, dans un local administratif ou commercial, et même dans un immeuble, faire appel à des prestataires en nettoyage devient une nécessité.

Le nettoyage industriel

Le nettoyage dit industriel désigne une prestation proposée pour tous locaux à usage professionnel comme les bureaux et bâtiments administratifs, les lieux recevant un flux important de public (centres commerciaux, établissements scolaires, etc.) et évidemment, les sites de production industrielle. L’intervention concerne alors le nettoyage classique, incluant le dépoussiérage, le lavage, l’essuyage, la désinfection, etc. Mais puisqu’il s’agit d’une opération réservée aux professionnels, le nettoyage industriel s’avère délicat du fait des risques encourus. Les agents de propreté sont plus exposés aux dangers dans des endroits plutôt sensibles, comme les compagnies pétrolières, les usines nucléaires, les façades vitrées, etc. De plus, des protocoles précis doivent être respectés suivant les activités de l’établissement requérant les services de nettoyage. Dans le cas d’une industrie agroalimentaire ou d’un hôpital par exemple, les agents doivent appliquer des techniques spécifiques pour la désinfection des machines et des équipements.

Les équipements de nettoyage professionnel

Les agents de nettoyage professionnels optent nécessairement pour des machines automatisées pour plus de rentabilité puisqu’ils auront à traiter des surfaces très importantes. Le choix de l’équipement dépend alors des caractéristiques des locaux à nettoyer, comme la nature des sols par exemple.

Quand utiliser un aspirateur industriel ?

À la différence des aspirateurs utilisés au quotidien, un aspirateur industriel a des utilisations spécifiques. Un technicien qualifié choisira par exemple, un aspirateur industriel pour eau et poussière pour une raison précise. Il sait bien que c’est l’engin idéal pour aspirer en même temps les particules liquides et solides.

Pour nettoyer les tapis et les moquettes, le choix se porte sur l’aspirateur industriel injecteur-extracteur.

D’autres appareils du même genre sont destinés à des secteurs d’activités particuliers, notamment pour le ramonage ou pour nettoyer les copeaux laissés suite à des travaux de menuiserie.

La mono-brosse, l’équipement adéquat pour tous types de sols

Cet appareil s’utilise avec des accessoires adaptés au nettoyage des moquettes, des sols durs, en béton, etc. La mono-brosse thermoplastique par exemple, s’emploie sur un sol thermoplastique. La mono-brosse très haute vitesse quant à elle, est idéale pour astiquer les allées d’un centre commercial. En outre, avec les différentes brosses disponibles, cet équipement est utilisé pour balayer, laver, et même décrasser le sol. Sa performance réside dans sa vitesse de rotation.

Les balayeuses adaptées aux surfaces à nettoyer

  • La balayeuse manuelle convient à un sol d’une surface de moins de 200 m².
  • De 1000 à 2000 m², il vaut mieux utiliser une balayeuse motorisée (ou tractée).
  • La balayeuse auto-portée est plus appropriée pour une surface de plus de 2000 m².

L’auto-laveuse industrielle, un engin multifonction

L’auto-laveuse automatique est, sans doute, la machine multifonction qui répond entièrement aux besoins des professionnels en nettoyage. En un seul passage elle nettoie, lustre et sèche le sol. Elle est dotée d’un mécanisme de lavage, d’aspiration d’eau sale, de récupération des déchets et de séchage. Elle permet donc un nettoyage rapide, surtout sur une très grande surface. Grâce à l’utilisation de détergent, c’est également l’appareil parfait pour un sol plus hygiénique.

Suggestion d’un prestataire pour un nettoyage industriel

Mine de rien, le nettoyage des locaux industriels est une prestation réservée à des agents spécialisés. Auparavant, cette opération était attribuée à une équipe interne de l’usine en question. Mais l’organisation de la production a évolué depuis, incitant ainsi les entreprises à confier cette lourde tâche à des prestataires professionnels.

NETESE est une entreprise spécialisée dans le nettoyage industriel. Elle diversifie ses activités et propose ses services aux entreprises locales (dans le département des Alpes-Maritimes, notamment Nice, Cannes et Antibes, et celui du Var) et aux syndicats de copropriétés. Ainsi, le nettoyage de bureaux, de fin de chantier et de vitrerie, ainsi que le traitement de sols figurent parmi ses prestations. Concernant notamment l’entretien des immeubles, ses agents de propreté se chargent du débarras des encombrants, du lavage mécanique des garages en sous-sols, de la désinfection des locaux containers et plus encore. Par ailleurs, l’entreprise intervient dans le nettoyage de location saisonnière.

Avec des équipements automatisés, pourquoi faire appel à des prestataires en nettoyage ? Car il ne suffit pas de remuer une machine, la maîtrise du mode de fonctionnement de chaque appareil est de mise. Mieux vaut se tourner vers les professionnels, ou à la rigueur, se renseigner sur le mode d’utilisation.

,

La publicité par l’objet, pour réussir la promotion de votre marque

2020-01-03 Commentaires fermés sur La publicité par l’objet, pour réussir la promotion de votre marque By Yves Saint-Hilaire

La publicité par l’objet fait partie des meilleures techniques facilitant la promotion de votre marque. C’est un moyen de communication qui se présente sous forme de message qu’une entreprise adresse aux consommateurs, aux prospects, aux collaborateurs ou aux prospects. Cette méthode permet d’accroître la réputation de votre société. Il s’agit de la mise en avant d’un logo, d’un texte, d’une image ou d’une gravure sur des différents supports publicitaires, tels qu’un verre décoré, un stylo, un bloc note, un mug, une clé, un calendrier, une bouteille ou un vêtement. Opter pour ce système de communication vous permet, en outre, d’attirer de nouveaux clients ainsi que de créer un lien avec eux, de renforcer votre visibilité et de se démarquer de vos concurrents, de promouvoir votre service ou vos produits, de fidéliser votre clientèle, etc.

Quels sont les avantages de la publicité par l’objet ?

Notez que la publicité par médias requiert un grand investissement. C’est pour cette raison que plusieurs entreprises choisissent d’autres alternatives.

Les avantages de la publicité par l’objet sont nombreux. Tout d’abord, son prix est très abordable. En effet, le choix des articles publicitaires se fait selon l’occasion ou l’objectif à atteindre comme le salon professionnel, le congrès, le lancement de produit, le séminaire ou le street marketing.

Cette stratégie marketing est aussi une solution efficace et durable. Voilà pourquoi de nombreuses sociétés choisissent d’en faire cadeau pour leurs clients et collaborateurs. Les horloges murales et les calendriers, par exemple, sont les plus connus. Ainsi, l’exposition de la marque est maximale.

En outre, la mise en œuvre de cet outil est très simple. C’est donc un moyen pratique et peu envahissant. De ce fait, les valeurs de votre entreprise peuvent être véhiculées par la publicité par l’objet.

D’après les données statistiques, 80 % des Français redonnent ou prêtent un objet publicitaire à leur connaissance, leur collègue, leur ami, etc. Notez également que 7 personnes utilisent d’une manière générale un stylo personnalisé. Vous pouvez également apercevoir une personne qui porte un T-shirt affichant le logo d’une société.

Comment choisir des objets publicitaires ?

Le choix de vos objets publicitaires doit se faire en fonction de vos besoins et de votre budget. Pour cela, plusieurs critères doivent être considérés.

L’originalité

Choisissez les objets respectueux de l’environnement et malins si vous souhaitez démontrer l’originalité de votre marque. Vous pouvez, par exemple, opter pour les agrafeuses sans agrafes.

Le volume

Si le volume est votre principal critère, choisissez les stylos recyclés personnalisés ou les sacs en papier portant votre publicité.

Le bien-être

Dans ce cas, vous avez un large choix. Les boites de bougies parfumées, les coffrets à vin, les petits ventilateurs ou les mugs isothermes sont tous des objets publicitaires que vous pouvez offrir à vos clients et collaborateurs.

Le prix

Pour un minimum de dépense, le choix malin serait l’autocollant publicitaire. En fait, vous pouvez le moduler. De plus, chaque unité personnalisée ne vous coûte que quelques centimes d’euros. Les porte-clés font aussi partie des objets publicitaires les moins chers.

La saison

N’oubliez pas de tenir compte de la saison lorsque vous distribuerez vos objets publicitaires. Pour cela, les lunettes ou les ventilateurs sont les meilleurs cadeaux à offrir pour l’été. Pour l’automne, par contre, une veste softshell ou un parapluie publicitaire seront très appréciés.

Faire appel à un professionnel

Pour réaliser votre publicité par l’objet, confiez-la à un professionnel comme Jef Créations à Nantes. C’est une entreprise spécialisée dans la personnalisation de différents objets, tels que le carnet, le stylo, le porte-clé. Des objets spécifiques qui peuvent être en rapport avec vos diverses activités sont également proposés par cette société.

Notez aussi qu’elle peut effectuer des travaux de sérigraphie, d’impression textile et de décoration sur verre.

, ,

Les services proposés par les grandes entreprises d’assainissement

2019-12-27 Commentaires fermés sur Les services proposés par les grandes entreprises d’assainissement By Yves Saint-Hilaire

Que ce soit pour une construction ou une rénovation, les travaux d’assainissement sont indispensables. Les remettre à plus tard est une erreur à ne jamais commettre. En effet, les systèmes d’assainissement visent à améliorer notre situation sanitaire globale. Une mauvaise installation est synonyme de prise de risque par rapport aux multiples dangers (physiques, microbiologiques, chimiques…) que cela peut engendrer. Hormis pour l’installation d’un réseau d’assainissement adapté, individuel ou collectif, vous pouvez faire appel à des professionnels dans ce domaine pour : Read More

, , , ,