Tag Archive artisan

Les domaines d’application du modelage de plastique

2020-09-07 Commentaires fermés sur Les domaines d’application du modelage de plastique By Yves Saint-Hilaire

Le plastique est un matériau utilisé depuis longtemps dans plusieurs secteurs d’activité. De nombreux objets de notre quotidien sont également fabriqués à base de plastique. Il est disponible en plusieurs types selon son usage. , il est également employé dans des domaines spécifiques comme la confection de pièces, de matériel médical et de composants électroniques. De nos jours, de nombreuses entreprises se spécialisent dans le traitement de plastique afin de fabriquer des pièces destinées au prototypage ou à une production industrielle.

Quels sont les différents types de plastiques à utiliser ?

Le plastique se décline en plusieurs sous-catégories de matériaux. Le choix dépend de l’utilisation et de la finalité recherchée.

Pour un usage quotidien

Pour un usage quotidien, par exemple, on retrouve généralement le polychlorure de vinyle. Communément appelé PVC, ce type de plastique est très utilisé dans la fabrication d’emballage. Par contre, le polystyrène, le polypropylène ou encore le polyéthylène haute densité, sert à fabriquer des bouteilles en plastique.

Pour un usage professionnel

Dans la confection et la création de pièces et pour un usinage, d’autres types de plastiques sont utilisés. On peut citer l’acrylique plastique, l’acétal, le polycarbonate, le polyetherimide, le plastique haute technologie, etc. Ces variétés sont privilégiées, car elles offrent plus de liberté et de possibilités de conception.

Quels sont les avantages du plastique ?

Dans le domaine de l’usinage, le plastique présente de nombreux avantages. Il est facile à traiter et à mouler, ce qui permet de réduire considérablement le coût et le temps nécessaire à la production. De même, sa solidité permet de résister à toutes utilisations. Dans certains cas, il peut même servir comme pièces fonctionnelles.

Quelles sont les méthodes pour façonner le plastique ?

Il existe plusieurs procédés pour moduler le plastique. Chacun d’eux utilise des moyens différents et divers équipements. Certains d’entre eux s’insèrent même dans une chaîne de production dans les usines.

La méthode par injection

C’est le procédé le plus courant pour la fabrication de plastique. Il consiste à faire fondre la matière et à l’injecter dans une moule. Une fois la matière refroidie, la moule s’ouvre et le plastique est extirpé. Cette technique est utilisée dans la confection d’emballages, de couvercles, d’outillages et d’instruments médicaux.

Le fraisage du plastique

Le fraisage consiste à un travail par enlèvement de matière, c’est-à-dire, par coupe. Pour ce faire, le plastique est posé sur un support rotatif. Un bras mécanique équipé d’un outil de coupe vient ensuite modeler sa surface. L’avantage de ce procédé est sa grande qualité de finition, notamment grâce à la technique de CNC ou Computerized Numerical Control. Cela signifie que l’opération est assistée par ordinateur. Il existe deux types de fraisages :

  • Le fraisage conventionnel qui est utilisé dans la confection des pièces simples.
  • Le fraisage à commande numérique pour les pièces plus complexes.

Le fraisage est réalisé par des professionnels dans le domaine de l’usinage de plastique, comme l’entreprise A.U.P.G à Jonage. Elle est au service desprofessionnels dans la conception, la création et la réalisation de tout type de pièces fonctionnelles ou de prototypes.

Le tournage

Cette opération de modelage consiste à placer le plastique sur un support rotatif à grande vitesse. Un outil coupant vient ensuite trancher et modeler le plastique selon les dimensions recherchées. Le tournage est surtout utilisé pour façonner les composants destinés à résister aux températures extrêmes et aux pièces en contact avec des produits chimiques.

Le moulage

Le moulage par compression est surtout utilisé pour la fabrication de jointure. Il consiste à chauffer le plastique pour ensuite le comprimer et lui donner la forme désirée. Le moulage permet également d’obtenir des différents designs comme les plaques et les tubes en plastique.

, ,

composition florale

Quel type de fleur offrir et pour quelle occasion ?

2020-08-27 Commentaires fermés sur Quel type de fleur offrir et pour quelle occasion ? By Yves Saint-Hilaire

Depuis longtemps, les fleurs sont synonymes de joie et de réconfort. Offrir des fleurs, c’est transmettre un message. Comme tous les messages, les compositions florales respectent un code bien précis À travers les couleurs, les espèces composant le bouquet et le type de composition. La signification et les circonstances durant lesquelles offrir ces fleurs viennent s’ajouter à ces codes. Pour réussir une composition originale dans les règles de l’art, il ne suffit pas de bien choisir les fleurs, mais d’arriver à bien composer le bouquet pour qu’il corresponde à la personne à qui l’offrir. Pour ce faire, l’intervention d’un artisan fleuriste s’impose.

Comment déterminer le bouquet à offrir ?

Afin de savoir quelle espèce de fleur choisir pour composer un bouquet, il faut déjà connaître les périodes de floraison. Ainsi, il est possible de choisir entre deux ou plusieurs espèces qui symbolisent la même chose.

Pour connaître les types de fleurs à offrir à une période précise de l’année, il est indispensable de s’adresser à un fleuriste professionnel. Il vous guidera et vous conseillera dans le choix des fleurs et de la composition adaptée selon l’occasion et la personne qui les recevra. L’amaryllis et la tulipe, par exemple fleurissent en début d’année et pendant 3 à 4 mois. En revanche, la période de floraison de l’iris ne dure qu’un mois : en mai.

Pour vous offrir les services d’un artisan fleuriste à Cognac, faites appel à TAMANGO FLEURS. Il propose toute une gamme de fleurs pour tout type de célébrations. Il crée et confectionne les bouquets.

La signification des couleurs pour les fleurs

Avant de choisir les fleurs à offrir, il est aussi nécessaire de connaître ce que la couleur représente.

  • Le rouge symbolise la passion et est souvent associé à l’amour.
  • Le blanc évoque la pureté et on le retrouve habituellement durant les mariages ou fiançailles.
  • Le vert est associé à la nature.
  • Le jaune symbolise l’énergie. C’est pourquoi on le retrouve pour célébrer une naissance ou un anniversaire.
  • L’orange, c’est la joie de vivre. Il peut aussi signifier le réconfort, mais n’est pas utilisé durant les obsèques.
  • La couleur rose représente la tendresse.

Les fleurs pour les cérémonies et célébrations

Pour n’importe quelle célébration, la fleur a toujours sa place. Qu’il s’agisse de joie ou de tristesse, il existe toujours une espèce adaptée pour présenter vos vœux.

L’espèce de fleur pour un mariage

Le mariage est une des occasions les plus propices pour offrir les fleurs. Toutefois, selon la tradition, chaque espèce de fleur symbolise une qualité. Dans ce cas, il est indispensable de bien faire le choix. Optez pour les fleurs délicates et hors du commun pour symboliser l’amour et la joie. L’anthurium, le dahlia et l’oeillet blanc évoquent l’amour et la fidélité. La tulipe fait référence aux promesses et le lys à la pureté des sentiments.

Pour une naissance

Lors des naissances, la couleur et la forme de la fleur symbolisent la joie. Dans ce cas, choisissez des espèces avec des couleurs vives, habituellement le jaune et l’orange qui représentent le bonheur. Le gerberas, le lilas et les primevères représentent la jeunesse avec ses grands pétales.

Pour une déclaration d’amour

Un classique, la rose rouge symbolise l’amour. Et les couples ne s’en lasseront jamais. Toutefois, pour sortir du lot, vous pouvez tout aussi bien opter pour le glaïeul pour envoyer un message d’émerveillement.

Pour des obsèques

Les fleurs ne sont pas faites que pour les moments de joie. En effet, elles peuvent également symboliser le réconfort en temps de tristesse, comme en cas de perte d’un proche. Dans ce cas, les roses blanches symbolisent l’immortalité. Les œillets blancs, le lys et le chrysanthème sont des espèces souvent associées à la notion d’éternité.

, ,

Focus sur le métier de vitrier-miroitier

2020-07-31 Commentaires fermés sur Focus sur le métier de vitrier-miroitier By Yves Saint-Hilaire

Depuis longtemps, mais surtout de nos jours, le verre occupe une place importante dans les constructions. Initialement utilisé pour laisser entrer la lumière dans un bâtiment, il est aussi utilisé dans la décoration désormais. La meilleure manière de bénéficier d’un usage optimisé du verre, c’est de retenir les services d’un vitrier-miroitier. Seul cet artisan est en mesure de répondre à vos attentes dans la manipulation de ce matériau.

Pourquoi faire appel à un professionnel pour le travail du verre ?

Le travail du verre requiert un certain niveau d’expertise. En plus d’être fragile, ce matériau est très difficile à travailler. C’est pour cette raison qu’il est impératif de faire appel à un spécialiste en la matière pour le manipuler. De plus, seul un artisan vitrier miroitier possède les outillages nécessaires permettant de travailler le verre efficacement et en toute sécurité.

Tout ce que vous devez savoir sur le métier de vitrier-miroitier

Le vitrier-miroitier est artisan spécialiste des travaux sur le verre. Le plus gros du travail consiste à couper le verre avec précision. Puis, il s’occupe aussi de la fabrication et de l’assemblage des profilés qui vont servir de support pour le vitrage. Selon les cas de figure, les profilés peuvent être en bois, en métal ou encore en PVC. Ce qui implique que le vitrier-miroitier doit aussi être capable de travailler ces différents matériaux. En général, on fait appel cet artisan pour la fabrication de tout objet nécessitant l’utilisation de vitre : portes, fenêtres, vérandas, vitrines, parois de douche, balustrades, escaliers, baies vitrées, etc. Le vitrier-miroitier passe le plus clair de son temps sur le terrain en dehors des fois où il doit procéder à la découpe des vitres et à l’assemblage des profilés en atelier.

Le métier de vitrier-miroitier se divise en trois secteurs d’activité différents, à savoir :

-la fabrication du verre

-la transformation du verre en produit verrier

-la pose de vitrage sur chantiers.

Les qualités et compétences nécessaires pour exercer le métier de vitrier-miroitier

Il est à noter que la vitrerie-miroiterie est un travail manuel et physique. Donc, une bonne condition physique serait un atout non-négligeable pour ceux qui envisagent d’exercer ce métier. Ensuite, étant donné qu’il est amené à travailler soit en atelier au milieu des différentes machines soit sur chantier, cet artisan doit aussi avoir l’habitude de travailler dans un environnement bruyant. Une bonne capacité de concentration est aussi nécessaire lorsque vous manipulez le verre, car au moindre faux pas, celui-ci risque de se casser. La créativité, la minutie et la précision sont aussi des qualités indispensables pour devenir un bon vitrier-miroitier. Et enfin, il est également nécessaire d’avoir de bonnes bases en calcule et en représentation spatiale.

Comment devenir vitrier-miroitier ? Quelles formations suivre ?

Il n’existe pas d’école spécifique pour les vitriers-miroitiers. D’ailleurs, il n’existe pas non plus de diplômes entièrement dédiés à cette spécialité.

Néanmoins, si vous souhaitez embrasser cette carrière, il existe plusieurs moyens pour y parvenir :

-Préparation en 2 ans pour l’obtention d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle Construction d’Ouvrages du bâtiment, verre et matériaux de synthèse.

-Bac Professionnel Ouvrages du bâtiment qui se prépare en 3 ans.

-Après le bac, il y a aussi le Brevet de Technicien Supérieur Enveloppe du bâtiment, façade, étanchéité.

À propos de MIROITERIE PERUCCA : une entreprise spécialiste des travaux de vitrerie et de miroiterie intervenant aux environs de Paris.

Pour vos travaux de vitrerie et de miroiterie à Paris et ses environs, retenez les services des artisans de l’entreprise MIROITERIE PERUCCA. Étalie au 110 Rue Castagnary 75015 à Paris, cette entreprise possède une solide expérience dans les domaines de la vitrerie et de la miroiterie. La société réalise aussi la vente de produits verriers.

, ,

Petite histoire de l’horlogerie

2020-07-28 Commentaires fermés sur Petite histoire de l’horlogerie By Yves Saint-Hilaire

Jusqu’au XIVe siècle, la mesure du temps était assez imprécise. En effet, avant cette époque, on mesurait le temps à l’aide d’un cadran astronomique, d’une clepsydre ou d’un sablier. Ce n’est qu’au XVe siècle qu’une nouvelle industrie est née en Allemagne : celle de l’horlogerie. Elle a considérablement évolué avec l’apparition du ressort moteur. Et au fil des années, le progrès technique a permis de créer des horloges d’intérieur, d’extérieur, mais aussi des pendules de table ainsi que des montres. Cependant, le métier d’horloger ne commence à vraiment prendre forme qu’un peu plus tard. Au XVIe siècle, les procédés de fabrication ainsi que la forme des pièces s’améliorent. Avec la collaboration de mathématiciens renommés, les horloges astronomiques garnies d’automates voient le jour et se multiplient. C’est ainsi qu’au milieu du XVIe siècle, la première horloge astronomique de Strasbourg fut construite par les frères Habrecht. À cette époque, posséder une montre ou une horloge n’était pas donné à tout le monde. Seuls les gens fortunés pouvaient se les offrir.

En 1544, la ville de Paris promulgue les statuts d’une corporation d’horlogers.

Et au même moment, en Bavière, à Augsbourg et à Nuremberg, les artisans horlogers commencent également à se spécialiser dans la fabrication d’horloges à automates. Voilà pour la petite histoire de la naissance de l’horlogerie et du métier d’horloger.

Focus sur le métier d’horloger

De nos jours, l’horloger désigne celui dont le métier consiste à créer, à monter, à régler, à ajuster et à réparer les différents appareils qui servent à mesurer le temps. Il peut s’agir d’une montre, d’une horloge bien sûr, mais aussi d’une pendule ou d’un réveil. L’horloger doit maîtriser à la perfection toutes les étapes de la création de ces types d’appareils. Voici les principales tâches que ces types de professionnels peuvent effectuer :

-Assurer l’assemblage des minuscules pièces qui composeront la montre.

-Détecter, comprendre et résoudre tous les éventuels dysfonctionnements du système.

-En véritable expert qu’il est, l’horloger doit aussi être capable de fabriquer lui-même des pièces qu’il ne peut pas trouver chez des fournisseurs.

-Certains horlogers travaillent aussi en boutique. Dans ce cas précis, leur rôle est de conseiller les clients dans leurs achats.

Il est inutile de préciser que la réalisation de ces différentes tâches nécessite certaines qualités.

Les principales qualités requises pour exercer le métier d’horloger

Avant toute chose, la première qualité que doit avoir un horloger, c’est l’habileté manuelle. En effet, il doit agir avec précision et minutie lors de l’assemblage des différentes pièces. Ensuite, ce professionnel doit aussi avoir une bonne condition physique. C’est tout à fait normal vu qu’il est amené à travailler pendant des heures d’affilée et, le plus souvent, dans des positions pas toujours confortables.

Le métier d’horloger demande également de la rigueur et une bonne organisation. Ces qualités sont nécessaires pour qu’il puisse répondre aux demandes de ses clients dans le respect des délais convenus.

Les formations à suivre pour être horloger

Il existe différents diplômes et formations qui peuvent conduire au métier d’horloger. Voici une petite liste des différents cursus à suivre pour vous permettre d’embrasser cette carrière.

-Tout d’abord, pour le niveau CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle), vous avez le CAP horlogerie.

-Pour le niveau Bac, vous avez trois possibilités : le Bac professionnel microtechniques, le titre professionnel d’horloger ou encore le BMA (Brevet de Metiet d’Art horlogerie).

-Il existe aussi une formation de niveau Bac + 3 qui aboutit à l’obtention du DN MADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design mention : instrument).

-Et enfin, il y a aussi des formations pour les personnes qui sont déjà en activité :

La CQP (Certificat de Qualification Professionnelle organisé par la branche horloger-rhabilleur

La certification Wostep

La CQP montre à complication.

, ,

Les origines du tatouage

2020-07-12 Commentaires fermés sur Les origines du tatouage By Yves Saint-Hilaire

Ces derniers temps, le tatouage a le vent en poupe. En effet, chaque année, on dénombre de plus en plus de salons de tatouage au Canada, mais également partout dans le monde, et surtout aux États-Unis. Mais savez-vous quelles sont les origines de cet art corporel très apprécié, surtout chez les jeunes. En vérité, très peu d’historiens ont consacré leur temps à étudier l’origine du tatouage. D’autant plus que son histoire est assez complexe. Néanmoins, il existe de nombreux éléments de réponse qui permettent de plus ou moins retracer son histoire.

En 1991, les historiens ont pu en savoir un peu plus sur l’histoire du tatouage suite à la découverte du corps momifié d’un chasseur néolithique (datant de 5300 av J.C selon les spécialistes). Ce dernier était piégé dans un glacier. Armé d’un arc et d’une hachette en cuivre, cet homme portait d’étranges tatouages au niveau du dos, des jambes et des chevilles. Les tatouages étaient composés de traits très fins disposés en croix. Il s’agit du premier tatouage connu jusqu’à ce jour.

Avant cette découverte, on considérait que le premier tatouage connu était celui d’une momie égyptienne qui datait de 2200 ans avant J.C. Après analyse, les historiens ont établi que les tatouages retrouvés sur cette momie étaient réalisés dans un but médical puisque ceux-ci étaient situés au niveau des articulations. Ce qui laissait alors supposer qu’ils étaient pratiqués pour avoir un effet thérapeutique sur l’arthrose.

D’un côté, beaucoup de chercheurs avancent l’hypothèse que les origines du tatouage seraient accidentelles. En effet, autrefois, les hommes enduisaient leurs blessures de sève végétale pour éviter une hémorragie. Et en cicatrisant, la sève provoquait une coloration de la zone où il y avait la plaie.

Histoire du tatouage tribal

Comme vous l’aurez sans doute constaté ces dernières années, le tatouage tribal est très à la mode. Il s’agit d’un style de tatouage caractéristique de l’art corporel des tribus polynésiennes. Vous l’aurez compris, les tatouages tribaux proviennent alors de la Polynésie.

Les premiers récits parlant du tatouage tribal datent d’il y a pas longtemps, aux alentours du 19e Siècle. Le plus célèbre étant le récit du sieur E. Robarts. Selon ses écrits, les origines du tatouage tribal remontent à plusieurs millénaires. Ainsi, on peut qualifier le touage tribal polynésien comme étant la plus ancienne forme d’art corporel. Selon les cas de figure, chaque tatouage tribal avait un sens et un rôle bien précis. En effet, chaque dessin véhicule des valeurs. Dans certaines tribus, il servait à identifier une personne comme étant membre ou non d’un groupe local. Dans d’autres cas, il servait à exprimer une croyance religieuse, spirituelle ou magique. En outre, le tatouage tribal peut aussi juste représenter une conviction personnelle.

À titre d’exemple, chez les tribus des îles Samoa, le tatouage représente les symboles de l’historique des lignées. Ainsi, les tatouages permettent de connaître l’ordre de naissance d’une personne, mais aussi sa place dans une tribu. Et pour les tribus Maoris, le tatouage avait aussi des significations sociales. Il permet de distinguer les tribus, mais également de scinder les rangs dans une même tribu.

Pour la petite histoire, c’est vers la fin des années 70 et le début des années 80 que le tatouage tribal a été adapté au tatouage moderne.

Découvrez ENIGMA TATTO : votre spécialiste du tatouage à Montréal

Pour ceux qui souhaitent faire réaliser des tatouages à Montréal et ses environs, rendez-vous chez ENIGMA TATTO. Située au 3938, rue Saint-Denis H2W 2M2, à Montréal, ce salon réalise tous types de tatouages : maori, polynésien, etc. Ouvert depuis plus de 16 ans, le salon accueille aussi bien les hommes que les femmes. Son équipe de tatoueurs expérimentés vous garantit des travaux de grande qualité.

, ,

photographe

Immortalisez votre union grâce à la photographie de mariage

2020-06-24 Commentaires fermés sur Immortalisez votre union grâce à la photographie de mariage By Yves Saint-Hilaire

Dans le cadre de la préparation du plus beau jour de votre vie, lla séance photo occupe une place plus importante. Elle permet de garder le souvenir de ce moment exceptionnel. Le photographe doit être réservé plusieurs jours, voire plusieurs semaines ou mois avant le jour J. En effet, l’agenda de ce professionnel est habituellement très chargé. Néanmoins, il vous accompagnera pendant toutes les étapes de la cérémonie pour immortaliser chaque instant de votre union.

Les photos avant le mariage

Les séances photos peuvent se dérouler dès les phases de préparation du mariage, selon le type de contrat que vous avez conclu. Cela permet d’immortaliser toutes les démarches de la préparation de votre grand jour. Ainsi, vous pourrez retracer chronologiquement le déroulement de votre mariage en photos.

C’est également un moment pour faire le point avec le photographe. Dans ce cas, il se familiarise avec les détails du programme et du déroulement de la cérémonie. Ainsi, quand arrivera le grand jour, le photographe sera mieux préparé matériellement.

Les séances de photos avant le mariage sont une bonne idée, bien que difficiles à réaliser. En effet, sa réussite dépend du temps dont vous disposez pour la préparation. Elles dévoilent les tenues des futurs mariés avant le grand jour.

Les séances photos après la cérémonie

C’est un choix assez inhabituel, mais certains couples préfèrent organiser leurs séances photos quelques jours après la cérémonie. Cela leur permet de poser plus détendu, quand le stress des préparatifs aura complètement disparu.

Pour les adeptes du concept trash the dress, c’est également le moment idéal. La séance photo décalée est un moyen unique d’immortaliser le nouveau couple. Elle doit être discutée en avance avec le photographe. Ce dernier choisira ensuite l’endroit et le décor nécessaire pour assurer la réussite de la séance.

La couverture de l’événement

Quand arrive enfin le jour tant attendu, l’ensemble des préparatifs sont terminés. Il en est de même pour le photographe qui se prépare maintenant à couvrir l’ensemble de la cérémonie. Dans ce cas, il immortalise les moments forts du mariage. De ce fait, la quantité de photos prises importe beaucoup. Ainsi, la plupart d’entre elles sont prises sur le vif. La technique et le savoir-faire du photographe sont ici très sollicités, car tout est question de timing.

Les moments forts de la cérémonie

Outre la couverture de l’ensemble de la cérémonie, il existe des moments inédits qui nécessitent une préparation au préalable du photographe et de son matériel.

Le serment est le moment le plus important lors du mariage. C’est un instant très attendu des futurs mariés, des invités et surtout du photographe. Il doit également être à l’affût lors de la délivrance des bagues. C‘est un moment assez furtif. Donc, l’agilité et la rapidité sont de rigueur.

Une fois que la cérémonie bat son plein, il devient difficile pour les amoureux de trouver du temps mort pour la séance photos. Pour garantir sa réussite, elle ne s’improvise pas. L’essentiel est de l’inclure dans le timing du déroulement de l’ensemble de la cérémonie.

Les photos de groupe

C’est une séance qui a lieu après la cérémonie. Elle rassemble les invités, la famille, les amis et proches des mariés. Il revient au photographe de choisir l’endroit et l’angle idéals pour réussir la photo.

Le post-traitement des photos

La retouche de photos fait partie des techniques utilisées par les photographes. Contrairement aux idées reçues, ce terme ne signifie pas corriger, ni truquer la photo. Elle consiste à développer les images et leur donner le ton voulu lors de la prise. Cela est indispensable pour un rendu quasi-parfait de vos photos.

Pour vos événements, optez pour la qualité et le professionnalisme

Le STUDIO PHOTO MATHIS, vous propose toute une panoplie de services concernant la photographie à Erstein. Professionnel dans le domaine, il réalise vos photos de famille, vos portraits et couvre tous vos événements. Ainsi, pour assurer la réussite de vos séances photos, n’hésitez pas à solliciter ses services.

, ,

démolition des ouvertures

Quels sont les rôles des maçons ?

2020-05-01 Commentaires fermés sur Quels sont les rôles des maçons ? By Yves Saint-Hilaire

Le maçon est l’un des professionnels que vous devrez contacter lors de la construction ou la rénovation de votre maison. Il peut se charger de différents travaux tels que la construction des murs, des allées et de la clôture. Vous souhaitez pratiquer ce métier ? Découvrez dans cet article, tout ce que vous devez savoir pour y parvenir.

Fonctions et responsabilités du maçon

Les maçons interviennent à la fois dans les travaux de gros œuvre, de second œuvre et de finitions. Au cours de la construction d’un bâtiment, il a aussi la responsabilité de déterminer les défaillances dans une structure et de les signaler à l’architecte. Parfois, il peut se charger de la démolition des ouvertures se trouvant dans les murs, les plafonds et les planchers.

Quelles sont les études à suivre pour pouvoir exercer ce métier ?

Vous devez avoir au moins 18 ans et posséder un diplôme d’études secondaires avant de suivre une formation professionnalisante en maçonnerie. Selon la spécialisation, celle-ci peut durer entre trois ou quatre ans.

IMPORTANT : une fois votre diplôme en poche, il serait judicieux d’investir dans un véhicule. Cela vous permettra d’intervenir rapidement sur les chantiers qui vous seront proposés.

Aptitudes et compétences des maçons

Si vous souhaitez devenir maçon, vous devez remplir certains critères.

Condition physique : les maçons doivent régulièrement soulever des équipements et du matériel très lourds. De ce fait, il serait judicieux d’être en bonne santé et de vous préparer physiquement à ces éventualités.

Précision et réactivité : la durée des travaux dépend en grande partie du savoir-faire du maçon. De ce fait, il se doit d’être à la fois précis et réactif. Par exemple, en tant que professionnel, vous devrez appliquer des couches de mortier et les lissés très rapidement.

Créativité : à part le côté « bâtisseur », la plupart des propriétaires attendent de leur maçon qu’il ait l’esprit créatif. Alors, pour satisfaire vos éventuels clients, il serait judicieux d’apprendre à façonner vos matériaux pour qu’ils soient à la fois attrayants et fonctionnels.

Environnement de travail

Être maçon est un métier ardu qui nécessite beaucoup d’endurance. En effet, vous serez sûrement amené à rester debout pendant plusieurs heures sans interruption. Parfois, vous aurez également à vous pencher, et même à vous agenouiller. Par ailleurs, même si la plupart des professionnels se protègent énormément (port de protection), les accidents de chantier sont encore très courants. Si vos travaux se déroulent en intérieur, vous devrez supporter la poussière et la saleté. Par contre, s’ils sont en extérieur, vous devez apprendre à vous adapter à la météo. Il se peut qu’à cause de certaines circonstances, vous soyez même amené à interrompre les travaux un certain temps. De ce fait, à part la préparation physique, il serait aussi judicieux de se préparer mentalement.

Les horaires de travail du maçon

En général, un maçon travaille à temps plein et réalise beaucoup d’heures supplémentaires. Par ailleurs, grâce à la diversité de ses prestations, il est sollicité que ce soit en construction ou en rénovation. Vous pouvez,, par exemple contacter l’entreprise ASM qui se trouve à Lyon. Son équipe peut intervenir au cours de toutes les étapes du gros œuvre, mais également pour la pose de carrelage, de plâtrerie, etc.

 Le salaire des maçons

Le maçon est un artisan libre. Son salaire n’est pas fixe et dépend de plusieurs critères comme la durée et la difficulté des travaux. Au début de sa carrière, il ne perçoit que le Smic minimal de 1 480 euros. Toutefois, une fois qu’il est installé à son compte, alors, sa valeur augmentera petit à petit. Ainsi, au bout de 2 ou 3 ans, il peut gagner jusqu’à 5 400 euros par mois.

, ,

Focus sur la charpente

2020-04-16 Commentaires fermés sur Focus sur la charpente By Yves Saint-Hilaire

Vous voyez votre toiture tous les jours. Mais beaucoup oublient que celle-ci ne peut pas tenir en place et assurer son rôle de protecteur sans la charpente. En effet, c’est un élément primordial d’une maison traditionnelle. C’est même l’un des principaux constituants d’une maison. Qu’est-ce qu’une charpente ? Quels sont les points forts et les points faibles de ce type d’ossature ? Quels sont les différents types de charpentes ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur la charpente dans cet article.

Qu’est-ce que la charpente ?

La charpente est un assemblage de pièces préfabriquées qui constitue l’élément essentiel d’une maison. Selon les cas de figure, elle peut être fabriquée avec différents matériaux tels que le bois (charpente traditionnelle), le métal ou encore le béton. Installée au-dessus du mur porteur, c’est l’ossature principale d’une maison traditionnelle. Son rôle principal est de soutenir la couverture. Mais elle joue aussi un rôle important dans la protection et l’isolation d’une maison. On distingue différents types de charpentes.

-La charpente traditionnelle en bois
Ce type de charpente est issu d’un savoir-faire ancestral. Généralement fabriquée avec du bois massif, elle reste le choix privilégié des propriétaires pour constituer l’ossature d’une maison traditionnelle. D’un esthétisme remarquable, elle est souvent laissée apparente dans les combles pour mettre la maison en valeur. Ce qui est remarquable avec ce type de charpente, c’est qu’il s’adapte à tous les types de toitures traditionnelles. En effet, la charpente traditionnelle est conçue d’une manière très souple et modulable, ce qui lui permet de s’adapter à toutes les configurations de maison. Et n’oublions pas qu’elle est fabriquée avec du bois massif, ce qui lui permet de supporter une charge très importante.

-La charpente à fermette
Constituant une alternative de choix à la charpente traditionnelle, ce type d’ossature peut également être utilisé lors de la construction d’une maison. D’autant plus qu’elle a l’avantage d’être peu onéreuse. La charpente à fermette est constituée de planches en bois fixées sous presse. En général, elle pèse environ 150 kg par mètre carré.
D’un côté, sachez que ce type de charpente est très apprécié du fait qu’il permet une isolation facile de la toiture. Mais par contre, il ne permet pas d’aménager les combles. Donc, ce type de charpente est essentiellement utilisé lorsque le propriétaire ne prévoit pas d’aménager ses combles à l’avenir.

-La charpente en lamellé collé
Comme les deux premières, la charpente en lamellé collé est également fabriquée avec du bois. Ce type d’ossature est moins connu du fait qu’il est moins couramment utilisé. Sinon, la charpente en lamellé collé est constituée de lamelles de bois collées entre elles, d’où son nom. Selon les cas de figure, elle peut être soutenue par des pièces en bois massif ou des pièces métalliques.

-La charpente en béton
Illustration parfaite de l’évolution des techniques de construction, la charpente en béton est de plus en plus appréciée pour la construction d’une maison. Cela vient notamment du fait qu’elle offre de nombreux avantages. D’une robustesse remarquable, elle est très facile à monter. Mais son principal atout comparé aux trois autres précédentes, c’est qu’elle ne nécessite aucun entretien.

-La charpente métallique
Vous l’aurez sans doute compris, le bois et le béton ne sont pas les seuls matériaux pouvant être utilisés pour la construction de charpente. La preuve est qu’il existe aussi des charpentes métalliques. Les pièces de ce type d’ossature sont assemblées de la même manière que les charpentes en bois. La charpente métallique est particulièrement appréciée pour la construction de maisons de style moderne.

LEROY : votre spécialiste des travaux de charpente à Bernay

Pour la réalisation de vos travaux de charpente à Bernay et ses environs (Évreux, Lisieux, etc.), contactez l’entreprise LEROYÉtablie au Hameau De Camfleur 27470 à Fontaine-L’Abbé, cette entreprise excelle dans la rénovation de charpentes.

, ,

Le métier d’ébéniste

2020-04-16 Commentaires fermés sur Le métier d’ébéniste By Yves Saint-Hilaire

Si on vous dit ébéniste, vous pensez tout de suite au travail du bois. L’ébéniste est passé maître dans l’art de travailler le bois. La mission principale de cet artisan est de façonner le bois pour fabriquer, restaurer ou reproduire des meubles. Ce qui différencie l’ébéniste des autres artisans qui travaillent le bois, c’est qu’il est en mesure de reproduire des meubles de toutes les époques et de tous les styles. Mais saviez-vous que le métier d’ébéniste se présente sous différentes déclinaisons ? En effet, il existe différents types d’ébénistes. Et chacun a sa spécialité. Pour vous aider à en savoir plus sur ce métier, voici une petite liste des différents types d’artisans ébénistes que vous pouvez solliciter pour diverses prestations.

Les différentes déclinaisons du métier d’ébéniste

Le menuisier ébéniste

Cet artisan est spécialisé dans la conception, la fabrication et la pose de différents éléments d’aménagement extérieurs en bois tels que les vérandas et les fenêtres. Il fabrique aussi des éléments d’aménagement intérieurs comme les escaliers, les placards ou encore les portes. Selon les besoins et les exigences du client, la fabrication peut se faire sur mesure ou en série. Par ailleurs, sachez que le menuisier ébéniste est un prestataire novateur comparé à ses confrères puisqu’il utilise d’autres matériaux que le bois, notamment l’aluminium, le PVC et les panneaux de fibre.

L’ébéniste artisan

C’est l’ébéniste traditionnel que l’on connaît tous. Il est spécialisé dans la conception et la fabrication de meubles en bois tels que les chaises, tables, armoires, commodes, etc. L’ébéniste artisan maîtrise à la perfection les différentes techniques pouvant être mis en œuvre dans la fabrication de mobilier en bois. Selon les cas de figure, ce type d’artisan peut vendre ses ouvrages dans sa propre boutique ou en collaboration avec d’autres commerçants. Généralement, les meubles fabriqués par les ébénistes artisans sont produits en exemplaire unique ou en édition limitée. Les plus talentueux et les plus créatifs d’entre eux se voient attribuer le titre d’ébéniste d’art. Justement, nous allons parler de cette catégorie d’artisan.

L’ébéniste d’art

Comme nous venons de le préciser, c’est un titre attribué aux ébénistes les plus talentueux et les plus créatifs. Donc, c’est l’artisan que vous devez contacter pour la conception et la fabrication de meubles originaux et décoratifs. Pour vous aider à vous faire une idée sur la qualité de leurs fabrications, sachez que les meubles produits par les ébénistes d’art sont vendus, soit dans des galeries d’art soit durant les ventes aux enchères. Et comme vous pouvez vous y attendre, les prix sont souvent très élevés.

L’ébéniste restaurateur

L’ébéniste restaurateur est spécialisé dans la restauration de meubles d’époque. En effet, même s’ils sont robustes, les meubles anciens ne pourront pas résister à l’usure du temps et aux différentes agressions. D’où la nécessité de faire appel aux services d’un ébéniste restaurateur à un moment donné. Cet artisan dispose des compétences requises pour redonner tous leurs éclats à vos meubles anciens.

L’ébéniste agenceur

Cet artisan est spécialisé dans la fabrication, mais aussi l’agencement et l’installation de meubles en bois. En général, on fait appel à ce type d’artisan dans le cadre d’un projet d’aménagement intérieur. Il s’occupera de fabriquer les différents éléments qui vont constituer un ensemble. Les meubles sont élaborés à partir d’un plan qu’on lui fournit.

EBENISTERIE DU RANELAGH : au service des particuliers et des professionnels depuis plus d’un siècle.

Vous êtes à la recherche d’un ébéniste de confiance dans la région Île-de-France ? Adressez-vous à l’EBENISTERIE DU RANELAGH. Située au 72 Rue Du Ranelagh 75016 à Paris, l’entreprise réalise la création, mais aussi la reproduction et la restauration de meubles d’époque. Son équipe est aussi en mesure de prendre en main vos différents projets d’agencement intérieur.

, ,

Conseils pour fabriquer soi-même ses paniers et ses sacs en raphia

2020-03-17 Commentaires fermés sur Conseils pour fabriquer soi-même ses paniers et ses sacs en raphia By Yves Saint-Hilaire

Les paniers en raphia sont aujourd’hui très en vogue. Ils peuvent servir de sac de courses ou d’accessoire pour accompagner les plus belles tenues. Est-il possible d’en fabriquer soi-même ? La réponse est oui. Voici quelques conseils sur la conception d’un panier en raphia, les matières-premières nécessaires et les techniques de fabrication.

Les matières-premières

Pour fabriquer un panier en raphia, vous aurez besoin :

  • De plusieurs plaques de liège de 10 mm d’épaisseur,

  • De cure-dents,

  • D’une colle à bois,

  • De perles en bois,

  • De raphia (coloré ou naturel).

L’endroit idéal pour trouver du raphia

Vous trouverez du raphia dans différents endroits et magasins conçus à cet effet. Par ailleurs, vous pourrez passer commande en ligne et vous faire livrer directement chez vous. Cette dernière solution est la plus pratique.

Les fibres se vendent en pelote ou au kilo dans certains cas. Elles proviennent de pays tels que l’Algérie, Madagascar, etc.

Le design

Le deuxième élément à considérer dans la fabrication d’un panier en raphia est le design. Pour un début, optez pour un modèle de panier simple, sans trop de détails. Vous pouvez vous inspirer sur internet ou à travers les photos de stars.

Le choix des couleurs

Si vous avez une préférence pour le raphia coloré, ce guide vous sera utile. En effet, vous pourrez choisir entre une multitude de couleurs. Toutefois, pour vous aider, ci-dessous une sélection des couleurs les plus tendances.

Pour un modèle de sac en raphia, optez pour une couleur unie. Les couleurs en vogue sont le bleu, le jaune moutarde, le vert émeraude, le grenat et le marron.

Vous pouvez aussi combiner deux ou plusieurs couleurs. Pour un sac deux tons, les coloris à la mode sont le bleu et le naturel, le rose et le grenat, le jaune et le grenat…

Le mode de fabrication pour les débutants

Si c’est votre première fois, suivez ces directives à la lettre. Elles sont simples, précises et faciles à réaliser.

D’abord, découpez les plaques de liège en fonction de la forme et du design de votre panier. Vous aurez le choix entre la forme ovale, ronde, carrée ou rectangle, pourquoi pas.

La deuxième étape est de placer les cure-dents sur les bords du socle en liège. Durant l’opération, assurez-vous de conserver le même espace entre les cure-dents pour uniformiser le résultat. Pensez également à avoir un nombre impair pour faciliter le tressage. Une fois cette étape terminée, réalisez une boucle avec le raphia et passez-la sur les cure-dents. Tressez en procédant comme suit : une fois devant, une fois derrière le cure-dent, une fois devant, une fois derrière le cure-dent et ainsi de suite. Gardez ce rythme jusqu’à ce que vous arrivez au bout des cure-dents.

La dernière étape est de mettre de la colle sur le bout du cure-dent avant de placer une perle de bois au-dessus. Remettez de la colle par-dessus pour fixer la perle.

Il vous est aussi possible d’utiliser des tissus Rabane pour personnaliser votre sac ou votre panier en raphia. Ce type de tissu est réalisé à partir d’un tissage de raphia et est disponible en grande surface. Il se vend par mètre et se décline en plusieurs couleurs.

Des artisans à votre service

Vous pouvez solliciter les services d’un artisan professionnel pour vous enseigner les bases de la fabrication d’un panier ou d’un sac en raphia. Le spécialiste pourra aussi vous conseiller pour améliorer le rendu et vous apprendre les techniques visant à obtenir un résultat rapide.

N’hésitez pas à faire des échanges avec les passionnés de raphia sur les forums qui peuvent être très enrichissants.

, , , ,