Tag Archive artisan construction

Travaux de maçonnerie de gros œuvres : De quoi s’agit-il?

2021-07-15 Commentaires fermés sur Travaux de maçonnerie de gros œuvres : De quoi s’agit-il? By Kenzo Boyer

Tout le monde devra recourir aux services d’un maçon à un moment ou à un autre de sa vie. En effet, construire sa propre maison est l’un des rêves les plus idéalisés à notre époque. Toutefois, en maçonnerie, les gros œuvres comportent assez de particularités. Qu’est-ce qu’on entend par travaux de gros œuvres? Quelles en sont les particularités? Pourquoi un architecte doit-il intervenir dans les travaux de gros œuvres?

Travaux de gros œuvres: Qu’est-ce que c‘est?

Lorsqu’on parle des travaux de gros œuvres, beaucoup pensent aux travaux publics d’intérêt général ou encore aux travaux des bâtiments officiels. La définition des travaux de gros œuvre est toute autre et n’est nullement le fait seulement des travaux publics ou encore des grands bâtiments.

Ainsi, les travaux de gros œuvres concernent tous ceux qui participent à la stabilité et à la solidité d‘un bâtiment. JEAN BAPTISTE MARCON est un expert des travaux de gros œuvre. Il dirige de ce fait une entreprise qui dispose d‘une réelle expérience dans le domaine. Son entreprise peut également se muer en expert conseiller afin d‘aider les uns et les autres à mieux réussir leurs différents projets.

Travaux de gros œuvres: Les particularités

Les travaux de gros œuvres comportent de multiples particularités qu’il importe de connaître afin d’éviter toutes sortes de confusion. À cet effet, il faut souligner qu’en ce qui concerne le volet relatif à la maçonnerie, les travaux de gros œuvres concernent entre autres, les fondations, les poutres, les murs porteurs ou encore les planchers entre les étages.

Pour des travaux de gros œuvres de grande qualité, les experts misent énormément sur les voûtes, les enveloppes en structure tendues ou encore sur les coques. Il est également important de faire la différence entre les différents types de travaux de gros œuvres qui existent. Chaque type étant en accord avec le niveau d’avancement des travaux.

Ainsi, on parle tout simplement de gros œuvre, au tout début du chantier lorsque l’artisan maçon se trouve encore à l’étape de la fondation ou autres structures du genre. Par contre, on parle de gros œuvre fermé, lorsque le bâtiment se trouve à un stade avancé. En d’autres termes, le gros œuvre fermé comprend les travaux relatifs aux murs, à l’étanchéité ou encore à la toiture.

Toutefois, il est essentiel de retenir que les travaux de finition d‘une part, et ceux relatifs aux systèmes de canalisation de gaz, d‘électricité ou encore d’eau n‘entrent pas en ligne de compte dans la définition de gros œuvres fermés. Enfin, on ne saurait finir avec les particularités des gros œuvres sans aborder l’aspect financier.

Son prix dépasse ainsi les 50% du budget à allouer à la construction. Parfois, en fonction des spécificités des bâtiments, cette proportion peut rapidement grimper à 60% voire 65%. Dans tous les cas, il faut confier cette évaluation aux experts et ainsi éviter de spéculer en l‘air.

Travaux de gros œuvres: Pourquoi solliciter les compétences d’un architecte?

Beaucoup pensent que les travaux de gros œuvres ne sont que l‘apanage des artisans maçons oubliant de ce fait le rôle primordial qu’est censé jouer un architecte dans ce type de projet. En effet, il faut garder à l’esprit que l’intervention de l’architecte doit nécessairement précéder celle du maçon. Pour faire simple, impossible de se passer des compétences d’un architecte en amont d’un projet de gros œuvres.

Par définition, l’architecte est ce professionnel du bâtiment censé concevoir les plans avant l‘intervention des maçons. Mieux, il s’occupe également de la maîtrise d’œuvres sans oublier le suivi. Le rôle d’un architecte étant primordial pour la réussite de n’importe quel projet de gros œuvres, il est important de bien faire ce choix.

Pour le réussir, il faut se rappeler que le métier d’architecte est régi par un ordre. Ainsi, se rapprocher de cet ordre aiderait les uns et les autres à réussir ce choix.

, , , ,

Tout savoir sur le métier de maître d’œuvre

2021-06-17 Commentaires fermés sur Tout savoir sur le métier de maître d’œuvre By Contributor

Le maître d’œuvre (MOE) a pour principale mission de réaliser un ouvrage dans le secteur de la construction et de la rénovation. Il réalise ses missions sous certaines conditions (délais, coûts, etc.), en tant que coordinateur de chantier.

Toutefois, malgré ses principales missions, il est sous les ordres du porteur de projet, qui est le propriétaire de l’ouvrage.

Pour en savoir un peu plus sur ce métier, découvrez à travers cet article tous les aspects de cette profession : qualités requises, inconvénients, salaire….

Être maître d’œuvre, c’est faire quoi exactement ?

Le maître d’œuvre est un professionnel choisi par le maître d’ouvrage, afin de superviser les différentes phases de la conception de tout projet immobilier. Il est en charge d’organiser les travaux, de coordonner les équipes et de veiller à la bonne exécution du chantier jusqu’à sa livraison finale.

Étant amené à intervenir de la planification d’un projet jusqu’à la clôture des travaux, le maître d’œuvre a principalement pour missions :

  • L’étude du projet en réalisant les devis y afférent
  • La conception des plans de constructions
  • La rédaction et le dépôt des divers documents administratifs
  • Le choix et la gestion des différents prestataires pour le chantier
  • La coordination de tous les intervenants sur le chantier
  • Le suivi des travaux
  • Le respect du deadline
  • Le contrôle de la qualité finale avant la livraison au commanditaire.

Quelles sont les qualités requises pour être maître d’œuvre ?

La profession de maître d’œuvre en bâtiment requiert :

  • une organisation méthodique, pour mieux gérer son équipe et le chantier ;
  • de la rigueur et de la ponctualité, afin d’assurer un chantier de qualité, tout en respectant les délais et le budget du client ;
  • une capacité de gestion et de pilotage de toute une équipe, afin de pouvoir bien coordonner les différentes activités du chantier ;
  • de la polyvalence, tout en sachant les différents corps de métier en relation avec le bâtiment, ainsi que leurs rôles respectifs ;
  • un sens de la responsabilité, pour pouvoir prendre des décisions tout en sachant très bien gérer son stress et assumer ses actes. Ainsi, il se doit de résoudre les éventuels conflits sur le chantier, afin que celui-ci se déroule dans les meilleures conditions possibles ;
  • d’être créatif et réactif, en proposant des solutions innovantes aux clients ;

Quelles sont les études et formations pour pouvoir exercer ce métier ?

Il n’existe pas de formation obligatoire pour devenir maître d’œuvre. Toutefois, il est conseillé de suivre une formation dans le domaine du BTP ou de l’architecture.

Il existe d’ailleurs des formations dans le bâtiment accessible aux titulaires du baccalauréat, variant en fonction des établissements.

Par ailleurs, pour un niveau d’étude à partir d’un bac + 2, il est possible d’acquérir un diplôme DUT en Génie Civil. Mais également un BTS en études et économie de la construction, ou encore un BTS en bâtiment. Des diplômes qui peuvent tout à fait mener l’apprenant à d’autres métiers dans le secteur du bâtiment, dont : conducteur de travaux ou chef de chantier.

En outre, en poursuivant vos études, vous pourrez vous spécialiser à partir du bac +3, avec un diplôme de Licence Pro Bâtiment et Construction.

Toutefois, en suivant une année d’études supplémentaire avec votre diplôme d’Etat d’architecte (bac +5), vous pouvez devenir architecte HMNOP. Vous serez donc habilité à exercer la maîtrise d’œuvre en votre propre nom.

Quel salaire perçoit en moyenne un maître d’œuvre ?

Le maître d’œuvre peut tout à fait exercer le métier d’architecte, tout comme le métier de technicien du secteur public ou privé.

En exerçant le métier d’architecte, son salaire brut initial en début de carrière, sera aux environs de 26 000 € par an, puis évoluera en fonction de ses années d’expérience.

Par contre, lorsqu’il exerce le rôle de technicien, il débutera sa carrière avec un salaire moyen de 22 000 € par an.

En bénéficiant d’un poste d’ingénieur, il peut espérer gagner aux environs de 35 000 € par an moyennant son expérience dans le secteur du BTP.

, , ,

Entre maçon et constructeur, lequel choisir ?

2021-04-28 Commentaires fermés sur Entre maçon et constructeur, lequel choisir ? By Yves Saint-Hilaire

Si vous envisagez de construire une maison, vous êtes amené à faire un choix quant au prestataire qui prendra en charge les travaux. Il est souvent difficile de décider vers quel professionnel se tourner : un artisan maçon ou un constructeur. Pour choisir celui à contacter, faites un point sur le rôle et les prestations de chacun d’entre eux.

Artisan maçon

Sachez avant tout que le travail d’un maçon s’oriente surtout vers les gros œuvres.

Un maçon est d’abord un spécialiste de la construction. Il est donc en mesure de construire tout un bâtiment : la réalisation des fondations, le ferraillage, le coulage de dalles, l’élévation des murs, etc. Mais il est aussi très habile dans les travaux de rénovation : la réparation des murs endommagés, etc.

Il est possible de devenir maçon sans diplôme. En effet, s’il possède une expérience professionnelle de 3 ans ou plus dans les travaux de maçonnerie, il peut obtenir une attestation de reconnaissance venant de la Chambre de métier et de l’artisanat. Cette attestation lui permettra d’exercer son travail de maçon.

Concernant les diplômes, il est possible de devenir maçon en suivant ces formations : CAP maçon / constructeur en béton armé du bâtiment ; CAP constructeur en ouvrages d’art ; Brevet Professionnel maçon ; Bac Professionnel technicien du bâtiment ; BTS en bâtiment.

Si vous souhaitez donc construire une maison dont vous avez déjà établi le plan, vous pouvez vous tourner vers un maçon. Il réalisera les travaux conformément à vos souhaits et à vos besoins.

Cependant, vous pourrez faire face à des risques. En effet, sachez qu’en cas de dommages, vous ne serez pas couvert étant donné qu’il ne dispose pas de garantie ? Il n’est pas non plus facile de gérer le budget si vous faites appel à un maçon.

Constructeur

Si vous voulez que votre projet soit réalisé dans les meilleurs délais, un constructeur s’avère être plus avantageux. De plus il peut vous proposer un tarif moins élevé.

Il maîtrise parfaitement tous les travaux liés à la construction d’une maison et peut vous proposer des plans sur lesquels vous pourrez vous inspirer. Il se chargera de l’organisation et du suivi du chantier ainsi que les démarches administratives nécessaires.

Avec un constructeur, vous signez un contrat de construction de maison individuelle (CCMI), ce qui vous offrira une certaine tranquillité d’esprit. De plus, il doit souscrire une assurance professionnel pour veiller au bon déroulement des travaux.

rénovation bâtiment

Guide pour choisir son artisan pour la rénovation

2020-04-28 Commentaires fermés sur Guide pour choisir son artisan pour la rénovation By Yves Saint-Hilaire

Construire et rénover sont des projets d’envergure qui nécessitent la mobilisation de moyens techniques et financiers importants. De ce fait, il est indispensable de tout mettre en œuvre pour que l’ensemble des travaux se passent sans encombre. Pourtant, le choix de l’entreprise qui prendra en charge leur réalisation est d’une grande importance. Cela n’est, toutefois, pas facile avec les nombreuses offres sur le marché. Cependant, il existe des critères qui permettent de choisir sereinement ces professionnels.

Choisir selon l’expérience

Une entreprise professionnelle a certainement œuvré pendant des années dans son domaine. Cela garantit la maîtrise des techniques afin d’assurer la qualité des travaux, notamment ceux relatifs à la construction. Ainsi, la qualité de la fondation est assurée. Le choix de l’entreprise ne doit donc pas être pris à la légère.

Pour les travaux de rénovation, l’efficacité est de mise. Voilà pourquoi, il faut augmenter l’efficacité énergétique de l’habitation dans le cadre de la rénovation énergétique. Cela permet, ensuite, de réduire la consommation d’énergie et de rendre la maison plus écologique.

Vérifier la réputation de la société sur internet

Connaître les avis des clients sur les services fournis par une entreprise permet de se faire une idée de ses compétences. Ces informations sont habituellement disponibles sur son site officiel. Elles sont souvent accompagnées de photos de ses réalisations ce qui vous permet d’évaluer la qualité de ses prestations.

La qualité de travail et le professionnalisme, les maître-mots

Une entreprise professionnelle se reconnaît facilement par la qualité des travaux accomplis. De ce fait, il est indispensable de déceler cet atout, par exemple, dans la recherche de professionnels de la construction ou de la rénovation. Cela concerne l’accueil, les services proposés et leur qualité.

Les certifications, des indicateurs fiables

Avec ce critère, le choix des sociétés pour vous accompagner et pour réaliser vos projets de construction et de rénovation n’a jamais été aussi fiable. En effet, les certifications sont la preuve tangible de l’aptitude d’une société à exercer dans le domaine. Connaître la signification des certifications permet aussi de faciliter grandement la recherche de professionnels.

Située à Montauban, l’entreprise EPR BÂTIMENT est spécialisée dans les travaux de couverture et de maçonnerie générale. Pour l’ensemble de votre projet, optez pour une entreprise qualifiée et bénéficiez d’une prise en charge personnalisée.

La certification RGE, gage de la qualité des travaux

Les sociétés certifiées RGE (Reconnue Garant de l’Environnement) possèdent des qualités renforcées dans leurs compétences respectives. Même si cela concerne surtout la performance énergétique, elle touche toutes les étapes de la construction et de la rénovation.

Quels sont les avantages ?

À part l’assurance de la qualité des prestations offertes, les particuliers qui font appel à des entreprises qualifiées bénéficient de résultats hautement satisfaisants tant sur la qualité de travail que sur la performance énergétique. Des économies sont donc réalisées sur les installations ou les constructions.

De plus, ces travaux sont éligibles à des aides fiscales venant de l’État pour soutenir la transition énergétique et la valorisation de l’utilisation des énergies renouvelables.

La certification RGE Qualibat

Qualibat est un organisme créé en 1949 qui qualifie les certifications des entreprises spécialisées dans la construction et la rénovation de bâtiment à Montauban. Il délivre les labels et assure par la même occasion la qualité de travail ainsi que la maîtrise dans leurs domaines respectifs.

Le label ECO artisan

Il concerne les entreprises qui œuvrent dans la rénovation des éléments de la maison qui influent sur la performance énergétique. Ainsi, une société spécialisée dans la couverture de la toiture, par exemple, peut être certifiée. Cela garantit l’efficacité et la qualité de son travail dans ce domaine.

Pour les énergies renouvelables

Dans ce contexte, il existe plusieurs types de labels. Ils diffèrent selon les travaux que les sociétés réalisent.

  • Quali’sol pour les équipements de l’énergie solaire et thermique
  • Quali’Bois pour valoriser le bois comme source de chauffage
  • Quali’forage pour encourager l’utilisation de la géothermie
  • Quali’Pv pour les panneaux solaires photovoltaïque

, ,

L’importance du métier de couvreur

2020-02-28 Commentaires fermés sur L’importance du métier de couvreur By Yves Saint-Hilaire

La toiture est un élément important d’une maison. Elle a pour rôle de protéger l’ensemble de la structure, et par la même occasion ses occupants. Une bonne couverture vous garantit confort et sécurité au quotidien. De ce fait, les travaux de toiture ne doivent pas être pris à la légère lors de la construction ou de la rénovation d’une maison. En général, une couverture solide a une longévité de 15 ans. Au-delà de cette période, vous devez envisager d’effectuer des travaux de rénovation.
Par ailleurs, sachez qu’il existe différentes formes de toitures. Chacune a ses caractéristiques, ses avantages et ses inconvénients. Afin de vous aider à y voir plus clair, voici un petit comparatif.

-La toiture en pente
Malgré les différentes possibilités, la toiture en pente reste le modèle le plus apprécié des propriétaires de maison. En effet, elle reste la plus plébiscitée, car elle convient parfaitement aux régions pluvieuses et neigeuses. Grâce à la pente, l’évacuation d’eau se fait assez facilement et la neige a du mal à s’y entasser. Mais au moment de sa réalisation, attention tout de même au degré de la pente. Pour le déterminer, de nombreux paramètres doivent être pris en compte : la hauteur du pignon, le nombre de versants, la largeur du toit, la surface habitable, l’environnement, le type de matériau utilisé, etc. Vous l’aurez compris, le calcul de la pente minimale d’une toiture est une opération assez complexe. C’est pourquoi il convient de confier les travaux à un professionnel. Seul un couvreur qualifié pourra vous garantir une réalisation solide, durable et esthétique.
En ce qui concerne ses points forts, la toiture en pente est moins chère à réaliser que les autres formes de toiture.
Le seul point négatif qu’on peut attribuer à ce type de toiture, c’est la complexité de sa réalisation.

-La toiture arrondie
De son côté, la toiture arrondie est considérée par les spécialistes comme étant le type de toiture le plus écologique. Nous allons voir pourquoi.
Selon les spécialistes en matière de couverture, la toiture en pente possède une surface extérieure moins importante que la toiture arrondie. Ce qui lui permet de limiter les déperditions de chaleur. Par ailleurs, si vous envisagez d’aménager vos combles, ce type de toiture permet de profiter d’un plus grand espace. De plus, la toiture arrondie peut s’adapter à tous types de constructions, même les maisons de style contemporain.
Cependant, la réalisation de ce type de toiture est assez onéreuse par rapport à la toiture en pente.

-La toiture-terrasse
Habituellement de forme aplatie, la toiture-terrasse était auparavant réservée aux immeubles collectifs. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, de nos jours, de nombreux propriétaires choisissent la toiture-terrasse comme couverture de leurs maisons individuelles. Selon vos préférences, vous avez le choix entre une toiture-terrasse accessible ou non-accessible. Ce type de toiture offre de nombreux avantages puisqu’on peut y installer des panneaux solaires dans le cas où elle est non-accessible. Et pourquoi ne pas opter pour une toiture-terrasse végétalisée ? Les végétaux assurent une bonne isolation thermique de la toiture en hiver comme en été.
Le seul petit bémol avec ce type de couverture, c’est sa réalisation qui est un peu onéreuse. Cependant, l’investissement en vaut la peine.

La nécessité de faire appel à un couvreur
Comme nous l’avons déjà souligné un peu plus tôt, la toiture est un élément important d’une maison. Que ce soit dans le cadre d’une construction en neuf ou en rénovation, de nombreux calculs doivent être effectué lors de sa mise en place. Seul un couvreur professionnel possède les compétences nécessaires à la bonne réalisation des travaux. C’est pourquoi il est indispensable de faire appel à ce type spécialiste.

, ,

Focus sur le métier du maître d’œuvre

2020-02-03 Commentaires fermés sur Focus sur le métier du maître d’œuvre By Yves Saint-Hilaire

Il est souvent nécessaire de faire appel à un maître d’œuvre lors de la construction de sa maison. En effet, mis à part l’architecte, c’est la personne qui est en charge de la supervision du bon déroulement des travaux. Beaucoup de personnes le confond avec l’architecte et le maître d’ouvrage, alors que leurs prestations sont diamétralement opposées. Dans cet article, vous saurez tout sur le vrai travail du maître d’œuvre.

Le rôle du maître d’œuvre

Une fois que vous avez votre projet de construction en tête, c’est le maître d’œuvre qui vous aidera à le concrétiser. Il se chargera notamment de chercher les entreprises et les professionnels qui pourront intervenir pendant toutes les étapes de la construction. Il vous assistera aussi au cours de vos entretiens avec chacun d’entre eux. Vous pouvez également solliciter son aide lors de la constitution de votre dossier pour obtenir le permis de construire et la rédaction des documents techniques. Enfin, le maître d’œuvre coordonne les travaux afin qu’ils se déroulent rapidement et dans les délais impartis.

 

La différence entre un maître d’œuvre et un maître d’ouvrage

Le maître d’œuvre est le professionnel (ou l’entreprise) qui est engagé pour superviser le bon déroulement des travaux. Le maître d’ouvrage, quant à lui, est le propriétaire du bâtiment en construction. Il ne dispose pas forcément des compétences requises en architecture, et voilà pourquoi, il doit solliciter la présence du maître d’œuvre.

 

La différence entre un maître d’œuvre et un architecte

La principale différence entre ces deux professionnels réside au niveau de leurs études. En effet, il est nécessaire de suivre une formation en bâtiment et de passer un diplôme d’État pour devenir architecte, ce qui n’est pas forcément le cas pour les maîtres d’œuvres. En outre, au cours de sa formation, l’architecte apprend tous les rouages et les contraintes de la construction d’un bâtiment ; tandis que le maître d’œuvre, lui doit apprendre sur le tas.

Les prestations qui ne sont pas prises en compte par le maître d’œuvre

Que ce soit pour le choix des artisans, leurs salaires et même lors de la conception du plan, le maître d’œuvre doit seulement donner son avis. Il ne doit pas imposer son point de vue au maître d’ouvrage. En outre, il n’est pas non plus habilité à intervenir pour des transactions de payements à la place du propriétaire.

 

Le contrat de maîtrise d’œuvre

Il est toujours judicieux de préserver une preuve écrite de tous les accords établis entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre, car cela permet d’éviter tout malentendu et litige à posteriori. Le plus judicieux est de les retranscrire sur un contrat de maîtrise d’œuvre. Vous devez y inscrire les missions et les prestations exactes du maître d’œuvre, sans oublier le pourcentage de sa rémunération. Le devis de prestations de chaque artisan qu’il aura amené doit également s’y trouver. Enfin, il est aussi important d’y inscrire toutes les clauses de garanties perçues au cours de la construction.

Le tarif de la prestation d’un maître d’œuvre

Le salaire d’un maître d’œuvre est très variable. En général, il perçoit un pourcentage sur la somme totale déboursée au cours de la construction dont la valeur est comprise entre 6 % et 12 %. Par exemple, si le propriétaire a déboursé jusqu’à 60000 euros (hors taxes), lors de la construction de la maison, alors le maître d’œuvre peut toucher un salaire entre 3600 et 7000 euros. Ce pourcentage varie également en fonction du travail qu’il a entrepris sur le chantier. Par exemple, s’il n’a fait que coordonner le travail sans faire de suivi, il ne touche que dans les 3 à 5 %.

 

L’entreprise SOCOREM

L’entreprise SOCOREM intervient dans la construction, l’aménagement et la rénovation de tous les types de bâtiments dans La Seine-et-Marne. Ses maîtres d’œuvres peuvent se charger de la conception et la planification de votre maison dans les moindres détails. En outre, grâce à leur savoir-faire, ils pourront toujours trouver une solution pour mener à bien la construction quelles que soit les difficultés et contraintes auxquelles vous aurez à faire face.

, ,

Comment créer une entreprise artisanale ?

2019-10-31 Commentaires fermés sur Comment créer une entreprise artisanale ? By Yves Saint-Hilaire

Vous êtes jeune et vous voulez entrer dans le monde du travail ? Trouver un métier est devenu une tâche ardue de nos jours. Cet article vous donne l’opportunité de créer votre propre entreprise.

Les diverses démarches

Pour pouvoir aboutir à une création d’une société, il y a des démarches à suivre.

    • Les formalités

La réglementation de votre activité est essentielle. Complétez quelques formulaires auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour que votre petite entreprise artisanale soit créée officiellement. Vous obtiendrez un numéro d’immatriculation vous permettant d’accélérer le traitement de vos dossiers. Le CFE est en quelque sorte la chambre de métiers et de l’artisanat. Cet organisme prend en charge la transmission de vos documents administratifs comme l’URSSAF, caisse maladie régionale, répertoire des métiers, services des impôts aux organismes compétents.

    • Ouvrez un compte bancaire

En parlant d’entreprise, ouvrir un compte bancaire est important. Cela facilite le traitement financier de vos activités. Vous pouvez également mieux contrôler les flux de trésorerie. Ce compte en banque doit porter le nom de l’entreprise en tant que personne morale.

    • Trouvez un assureur

Parfois, il y a des risques à prendre en exerçant le métier, de même, un accident de travail peut arriver. Souscrire une assurance est donc très important. Le type d’assurance à laquelle vous devrez adhérer dépend du type de travail que vous effectuez.

    • La poste

Il est préférable de donner à la poste les renseignements (coordonnées et contact) concernant votre entreprise.

Déterminez le statut juridique de votre entreprise

Optez pour le meilleur statut juridique pour assurer le bon fonctionnement de votre petite entreprise. Cela va déterminer les responsabilités de l’artisan, définir le régime fiscal et l’effectif des employés.

  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée ou EIRL

Le dirigeant cotise au Régime social des Indépendants ou RSI est déclaré non salarié. Le patrimoine qu’il a affecté limite sa responsabilité vis à vis de l’entreprise.

  • L’entreprise individuelle

L’artisan est considéré comme un travailleur non salarié. Ses responsabilités sont limitées sur ses biens (personnels et professionnels). De plus, l’EI ne délimite pas le capital social minimum.

  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

Étant une société à responsabilité limitée à associé unique, l’artisan reste travailleur non salarié.

  • La SASU ou Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle

Les biens de l’artisan sont séparés totalement du patrimoine de la société. En revanche, il est déclaré comme dirigeant salarié.

Trouvez une personne compétente pour vous aider à déterminer le le statut juridique adapté à votre entreprise. En général, le nombre d’employés d’une entreprise artisanale est fixé à 10 personnes maximum.

Élaborez un projet

Cela consiste à chercher un projet réalisable et bénéfique pour en tirer profit. Les métiers peuvent être divisés en plusieurs catégories comme le bâtiment, l’alimentation, la fabrication et les services. On peut aussi les définir en rangeant par classement tels que le secteur primaire, secondaire et tertiaire.

    • Le secteur primaire

Il regroupe toutes les activités en rapport avec les matières premières telles que l’agriculture, l’élevage, la pêche ou l’activité minière. Étant la plus vaste source d’exploitation dans le monde, il fournit des matières brutes et de l’énergie. Les activités relatives à ce domaine sont vastes.

    • Le secteur secondaire

Il rassemble les types d’activités industrielles telles que la transformation des matières premières. Vous pouvez trouver un projet en se centrant dans l’un de ces activités.se rapportant au secteur du bâtiment au de la construction.

    • Le secteur tertiaire

Il englobe toutes les activités qui ne sont ni dans le premier secteur ni dans le second. On peut citer le commerce, le transport, la restauration, l’immobilier, les services liés aux entreprises ou aux particuliers, l’informatique et la communication, la santé, l’administration publique, l’enseignement…

En prenant connaissance de ces informations, vous ne devrez pas avoir du mal à trouver des idées de projets. . Vous pouvez par exemple créer un projet de création d’entreprises de production et de transformation d’une matière première.

Faites une étude de marché

    • Analyse de la concurrence

Effectuez une étude de marché est essentiel avant de démarrer un projet pour voir le pourcentage d’occupation des concurrents. Si c’est un marché monopolisé, le projet est profitable, car il n’existe qu’un seul concurrent. Un marché concurrentiel peut être exploitable car le marché entier n’est pas saturé. Par contre, votre projet est ni réalisable ni profitable si la totalité du marché est occupée par la concurrence .

  • Étudier l’offre et la demande

Quels sont les clients cibles ? Vos produits ou services artisanaux répondent-il à l’attente de votre clientèle  ? Est-ce un bien ou service fondamental au besoin d’une personne ? Tels sont les points importants à étudier avant la réalisation de votre projet. Le meilleur choix est de trouver un métier qui répond à ces critères.

En mettant en œuvre une bonne étude financière, vous arriverez sans difficulté à créer votre propre société. En effet, cela ne nécessite pas une grand investissement. Démarrez avec ce que vous avez et au fur et à mesure de votre avancée, trouvez une autre source de financement

, ,

Bâtiment : les artisans des travaux de second œuvre

Après avoir réussi à ériger la structure principale d’un bâtiment, il est temps de passer aux choses sérieuses : les travaux de finition. À partir de cette étape de la construction, les artisans des travaux de second œuvre prennent place sur le chantier. Leurs missions principales consistent à aménager et à équiper le bâtiment, ainsi que de rendre ce dernier habitable et confortable. Qui sont ces artisans ?

Le menuisier

Avec le maçon, le menuisier figure parmi les artisans qui restent en permanence sur un chantier de construction jusqu’à la remise des clés au propriétaire. En effet, le menuisier intervient souvent dans les travaux de gros œuvre dans la fabrication et l’installation de toutes structures en bois. C’est le cas lorsque l’artisan menuisier maîtrise les techniques de charpenterie et s’occupe de la fabrication, ainsi que la pose de la charpente en bois. Lors des travaux de second œuvre, le menuisier conçoit, fabrique et installe divers ouvrages : portes, fenêtre, escaliers, vérandas, terrasses, etc.

L’électricien

Rendre un bâtiment habitable passe par l’électrification. C’est le métier de l’artisan électricien. Il effectue tous les travaux d’installation électrique, allant du raccordement du bâtiment à un réseau de distribution jusqu’à l’installation de différents appareils électriques. Le métier d’électricien est assez technique, mais reste artisanal. En effet, de la conception des plans d’installation à la mise en œuvre, l’artisan doit faire appel à quelques compétences techniques. En revanche, tous les travaux de pose de fils, de câbles, d’armoires et de tableaux électriques sont faits à la main, avec quelques outils.

Le plombier

L’artisan de l’acheminement, de la distribution et de l’évacuation de l’eau dans un bâtiment est le plombier. C’est pourquoi il est l’un des premiers artisans à intervenir sur un chantier après les travaux de second œuvre. Le repérage du passage des canalisations et de l’emplacement de différents équipements figure parmi ses premières missions. Le plombier installe toute la tuyauterie du bâtiment et assure le raccordement au réseau de distribution. C’est également l’artisan installateur de tous les équipements sanitaires dans la salle de bains.

Ceci peut vous intéresser aussi https://www.guide-artisans.com/top-3-des-artisans-du-batiment/

Le chauffagiste

L’artisan installateur thermique ou chauffagiste travaille pour le confort des futurs occupants d’un bâtiment. La pose des systèmes de chauffage est sa principale mission, mais il peut également installer la climatisation et la ventilation d’un bâtiment. Le chauffagiste est un artisan qualifié dans plusieurs autres domaines comme la plomberie et l’électricité. En effet, au cours de ses interventions, il est amené à poser des réseaux de tuyauterie et à installer des appareils électriques comme les chaudières, les radiateurs, les ventilateurs, etc.

, , , ,