Tag Archive métier artisan

Commandez votre propre instrument à cordes chez un luthier

2020-01-28 Commentaires fermés sur Commandez votre propre instrument à cordes chez un luthier By Yves Saint-Hilaire

Le luthier est une personne spécialisée dans la fabrication d’instruments de musique à cordes pincées ou frottées. Pour vous offrir un alto, violon ou violoncelle de qualité, vous devez en acheter ou en commander. Si vous optez pour la deuxième option, trouvez dans cet article tous les avantages que vous pouvez en bénéficier.

La lutherie, c’est quoi ?

En général, la lutherie consiste en la fabrication d’instruments à cordes, que celles-ci soient frottées ou pincées. Mais de nos jours, certaines personnes considèrent également le luthier comme étant un fabriquant d’instruments de percussion ou à vent. Celui-ci ne fait pas seulement que créer, il est également spécialisé dans le réglage, la restauration, la réparation, ainsi que la vente de ces instruments. Cet artisan fabrique manuellement divers instruments tels que les violoncelles, les violons, les altos et les contrebasses. Mais lequel est le plus avantageux : en acheter ou en commander ?

Les avantages d’un ancien instrument

Il est impossible de quantifier de façon très précise la qualité du son d’un instrument. Mais un instrument ancien est-il mieux qu’un autre moderne ? N’oubliez pas que les instruments anciens sont des œuvres d’art qui ont été utilisés dans le passé par des grands musiciens. Aussi, le prix d’un violoncelle ancien peut facilement s’élever entre 20 000 et 40 000 euros. D’ailleurs, c’est le seul inconvénient de ces anciens instruments. Par contre, ils donnent un son de très haute qualité. C’est donc un moyen très efficace, lors d’une revente, de faire fructifier son argent. Pour cela, il faut que l’instrument en question soit bien entretenu.

Les avantages de commander un instrument chez un luthier

Pour qu’un luthier puisse fabriquer un instrument à cordes, comme le violon, le violoncelle ou l’alto, il lui faut entre 150 et 300 heures de travail. Cela confirme que consacrer autant de temps a forcement un prix. D’un côté, ces œuvres sont bien soignés et peuvent être un choix très intéressant. D’un autre côté, un musicien peut être rebuté par le coût d’un instrument fabriqué par le luthier. En effet, on parle de quelques milliers d’euros, ou même jusqu’à des dizaines de milliers. D’ailleurs, cet artisan peut vendre sa production à un prix extrêmement élevé. Par contre, un vendeur propose un coût raisonnable, généralement entre 5 000 et 10 000 euros.

Mais un grand musicien saura très vite faire la différence quand il fait l’achat d’un instrument chez un vendeur ou chez un luthier. Ce que ce dernier fabrique s’agit plutôt d’un objet d’art en plus d’être un simple instrument.

Comment le luthier fabrique t-il un violon ?

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que le violon est généralement fait de bois nobles. D’ailleurs, c’est pour cela que cet instrument est dit élégant. Pour en fabriquer, il faut suivre quelques étapes :

Étape 1 : la fabrication du corps du violon

En premier lieu, prenez une planche d’érable et séparez-la en deux. Il ne faut jamais utiliser de clous ou de vis pour les rassembler, mais plutôt de la colle. Après séchage, il faut égaliser toute la surface à l’aide d’un rabot. En second lieu, il faut dessiner un contour sur cette même planche en utilisant un parton, tracez-le et puis, faites la découpe. Pour affiner la surface, le luthier utilise un rabot.

Étape 2 : la fabrication des éclisses

Cette étape consiste à humidifier des fines bandes d’érable et de les plier. Elles seront ensuite fixées sur un moule, en appliquant des contre-éclisses en même temps.

Étape 3 : la fabrication de la table et la finition

Celle-ci est aussi appelée « l’avant du violon ». Elle sera collée avec la partie précédente de l’instrument. La tête et la manche du violon seront ensuite assemblées au corps. Puis, le luthier placera la touche déjà façonnée, et glissera les cordes sur le corps de l’instrument. Pour terminer, il met quelques couches de vernis, puis effectue un polissage à l’huile pour obtenir une surface lisse et brillante.

, ,

L’artisanat – Définition et caractéristiques

2020-01-10 Commentaires fermés sur L’artisanat – Définition et caractéristiques By Yves Saint-Hilaire

Pour la plupart d’entre nous, le terme artisan suggère que le fabricant est hautement qualifié et a créé son produit avec une attention aux détails et un sens de la beauté. Idéalement, le produit devrait également contenir une marque de qualité là où le toucher de la main humaine a fait la différence.

Aussi satisfaisants que ces critères puissent paraître, ils ne nous mènent que si loin. En fait, utiliser le mot « conçu » pour impliquer un savoir-faire, comme le font de nombreuses entreprises aujourd’hui, est quelque chose de trompeur. L’artisanat, au sens le plus large du terme, est un mode de vie. Il s’agit d’engager pleinement nos têtes, nos mains et nos cœurs dans nos travaux. Il s’agit d’adhérer à un ensemble de valeurs et de principes qui produisent des objets qui sont non seulement fonctionnels et beaux, mais qui contribuent également à un mode de vie durable.

Si on doit caractériser le fait d’être artisan, cela peut se présenter comme suit :

– Un artisan doit être motivé par la maîtrise plutôt que par l’obtention d’un statut.

– Un artisan est prêt à faire des sacrifices en matière de finances, de temps libre et de relations.

– Un artisan doit croire en la valeur finale de ce qu’il crée.

– Un artisan doit savoir équilibrer une passion pour l’histoire et la tradition avec une volonté d’innover.

– Un artisan doit toujours planifier et réfléchir avant d’entamer une tâche.

– Un artisan doit s’immerger dans sa tâche et se concentrer constamment sur son travail.

– Un artisan doit faire en sorte que ses heures de travail deviennent une habitude de la vie quotidienne.

– Un artisan doit être continuellement à la recherche de nouvelles perspectives.

Aujourd’hui, l’artisanat est aussi pertinent, sinon plus, que jamais. C’est une façon de penser et de faire où l’humanité est en phase avec la nature, et non contre elle. Cela mène à un monde construit pour durer. Le souci commun dont nous devons avoir c’est de trouver quelque chose que nous devons faire pour résoudre les problèmes difficiles auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, dans notre environnement, dans nos emplois et dans nos relations humaines, à la fois ici au pays et dans le monde.

Que fait réellement un artisan ?

Ils ne travaillent pas pour l’argent

Il est à noter que quelques artisans étaient devenus riches grâce à leur métier, mais ce n’est pas un cas généralisé, au contraire, il est assez rare de voir un artisan s’enrichir de sa passion. Pourtant, tous ont dit que s’ils avaient commencé leur carrière en se souciant de bien gagner leur vie, ils n’auraient jamais investi le temps qu’il faut pour devenir suffisamment bon pour bien vivre.

Si ce n’est pas pour de l’argent, alors quoi ?

À maintes reprises, ces artisans ont parlé d’un sentiment qu’ils ressentent lorsqu’ils donnent le meilleur de leur talent. Comme de grands athlètes dont l’esprit et le corps travaillent en synchronisation, les bons artisans entrent dans une « zone ». Les heures semblent passer en quelques minutes. Ils décrivent même la sensation comme « addictive ».

Les outils ne font pas l’artisan

Il se peut qu’il existe des magasins pleins de beaux outils qui permettent de produire des œuvres en une quantité considérable, mais dont la qualité laisse à désirer, tandis que certains artisans travaillent avec des outils assez humbles tout en réalisant un travail magnifique. La créativité, selon eux, est le seul outil irremplaçable.

Les compétences ne font pas non plus l’artisan

Cela peut sembler étrange, mais l’auteur explique que, comme le grand saxophoniste de jazz Charlie Parker a conseillé à un musicien débutant de pratiquer les gammes toute la journée, tous les jours pendant une décennie, puis de les oublier. Les compétences mécaniques doivent devenir une seconde nature.

En d’autres termes, n’importe qui peut passer une décennie à apprendre la mécanique d’un métier. Mais au final, il ne sera jugé que sur la musique qu’il fait à partir des gammes qu’il a apprises.

Le travail est une loi naturelle

Le fil conducteur est une croyance en l’importance de préserver les méthodes traditionnelles, de transmettre un respect de l’excellence, de ressusciter une niche dans l’histoire… tout cela se conjugue pour « transformer le mécanicien d’artisan en artiste ».

L’image est importante

L’image de cet artisan régulier, travailleur mais pas trop brillant était probablement toujours un mythe, une mauvaise presse de penseurs dénigrant ceux qui se salissaient les mains.

Ils ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers

Les bons artisans sont obligés de faire leur travail différemment chaque fois qu’ils le font. Ce n’est pas seulement un engagement à s’améliorer constamment, c’est plutôt une obsession psychologique.

La perfection n’est pas le but

Bien que cela puisse sembler étrange, on doit penser que les artisans ne s’attendent pas à atteindre la perfection. Pourtant, ils s’efforcent d’approcher la perfection, de la concevoir, de la viser, puis de maîtriser les possibilités et les limites des outils et des matériaux…».

L’amour des matières premières est toujours frais

Qui sait pourquoi, mais les bons artisans se souviennent toujours de la beauté de leurs matières premières. C’est comme voir l’homme ou la femme que vous aimez pour toujours jeune.

, ,