Category Archive Métier

Quel est le rôle d’un nettoyeur de scène de crime ?

2020-08-29 Commentaires fermés sur Quel est le rôle d’un nettoyeur de scène de crime ? By Yves Saint-Hilaire

Le nettoyeur de scène de crime ou «cleaner » dans les pays anglo-saxons est considéré comme une profession extrême. Ce métier hors du commun est encore rare et peu connu. En quoi consiste vraiment ce métier ? Qui peut l’exercer ? Les réponses !

En quoi consiste le métier du nettoyeur de scène de crime ?

Le nettoyeur de scènes de crime intervient, avec son équipe, dans les logements insalubres où une personne est décédée. En effet, on fait appel à ses services lorsqu’une vie s’est éteinte en laissant des traces ragoûtantes. Le métier consiste alors à désinfecter, nettoyer et remettre les lieux concernés dans un état sain et sécuritaire, tout en respectant à la lettre les procédures d’hygiène et de sécurité.

Le nettoyeur de scène de crime est confronté la plupart du temps à des scènes de morts violentes. Décontamination, désinfection, suppression d’odeur, lavage de taches de sang sont le quotidien de ce professionnel. Il traque les liquides incrustés et met de l’ordre pour que tout soit nickel. Il intervient après le passage des enquêteurs et des forces de l’ordre.

Un métier à vocation humaine

Le nettoyeur de scène de crime a un véritable rôle à jouer : accompagner les proches des victimes dans leur processus de deuil. Bien qu’il s’agisse d’un métier extrême, il y a avant tout une grande dimension humaine. Le nettoyeur se doit de prendre du recul devant des cas parfois difficiles psychologiquement et doit être doté d’une certaine capacité à gérer ses émotions.

Quelles sont les qualités requises pour un nettoyeur de scène de crime ?

Pour ce métier, être appliqué et soigneux ne suffit pas. Une bonne condition physique est également nécessaire, car il s’agit d’un métier très prenant.

De plus, un nettoyeur de scène de crime se doit de faire preuve de compréhension, d’empathie et de patience. En effet, les proches du défunt sont en général encore en état de choc au moment de l’intervention. L’échange et le dialogue font partie intégrante de la prise en charge.

Enfin, ce métier est très dur et nécessite un sang-froid à toute épreuve et un mental d’acier. Intervenir sur une scène de crime nécessite d’avoir le cœur bien accroché.

Concernant le diplôme, un nettoyeur de scène de crime doit être titulaire d’un CAP Agent de propreté et d’hygiène.

Quelles sont les exigences pour les nettoyeurs de scène de crime ?

Les scènes de crime impliquent naturellement des substances dangereuses, y compris du sang et des fluides corporels. Pour cette raison, des législations et des directives strictes ont été mises en place concernant leur nettoyage. Cela afin d’assurer la sécurité et le bien-être de toute personne qui utilise le bâtiment ou l’espace.

Selon la commune où est installée l’entreprise de nettoyage de scène de crime, des licences et des permis peuvent être requis :

    • Permis de transport de déchets médicaux
    • Enregistrement des transporteurs de déchets médicaux biologiques dangereux
    • Permis de spécialiste des déchets de scène de traumatisme
    • Enregistrement des transporteurs de déchets biomédicaux
    • Permis de transporteur de déchets infectieux
    • Certificat de licence de transporteur de déchets dangereux

Il est également important de noter que les matériaux contaminés doivent être éliminés correctement et ne peuvent pas être jetés avec les ordures ménagères. De ce fait, il est important pour le nettoyeur d’utiliser des véhicules adaptés, répondant aux normes régissant le transport des matières biologiques dangereuses.

D’après l’information diffusée par Le Parisien le 27 janvier 2017, il n’y avait que huit sociétés en France qui font ce travail. L’entreprise Bionettoyage Grand-Est à Nancy en fait partie.

, , , ,

Focus sur le métier de vitrier-miroitier

2020-07-31 Commentaires fermés sur Focus sur le métier de vitrier-miroitier By Yves Saint-Hilaire

Depuis longtemps, mais surtout de nos jours, le verre occupe une place importante dans les constructions. Initialement utilisé pour laisser entrer la lumière dans un bâtiment, il est aussi utilisé dans la décoration désormais. La meilleure manière de bénéficier d’un usage optimisé du verre, c’est de retenir les services d’un vitrier-miroitier. Seul cet artisan est en mesure de répondre à vos attentes dans la manipulation de ce matériau.

Pourquoi faire appel à un professionnel pour le travail du verre ?

Le travail du verre requiert un certain niveau d’expertise. En plus d’être fragile, ce matériau est très difficile à travailler. C’est pour cette raison qu’il est impératif de faire appel à un spécialiste en la matière pour le manipuler. De plus, seul un artisan vitrier miroitier possède les outillages nécessaires permettant de travailler le verre efficacement et en toute sécurité.

Tout ce que vous devez savoir sur le métier de vitrier-miroitier

Le vitrier-miroitier est artisan spécialiste des travaux sur le verre. Le plus gros du travail consiste à couper le verre avec précision. Puis, il s’occupe aussi de la fabrication et de l’assemblage des profilés qui vont servir de support pour le vitrage. Selon les cas de figure, les profilés peuvent être en bois, en métal ou encore en PVC. Ce qui implique que le vitrier-miroitier doit aussi être capable de travailler ces différents matériaux. En général, on fait appel cet artisan pour la fabrication de tout objet nécessitant l’utilisation de vitre : portes, fenêtres, vérandas, vitrines, parois de douche, balustrades, escaliers, baies vitrées, etc. Le vitrier-miroitier passe le plus clair de son temps sur le terrain en dehors des fois où il doit procéder à la découpe des vitres et à l’assemblage des profilés en atelier.

Le métier de vitrier-miroitier se divise en trois secteurs d’activité différents, à savoir :

-la fabrication du verre

-la transformation du verre en produit verrier

-la pose de vitrage sur chantiers.

Les qualités et compétences nécessaires pour exercer le métier de vitrier-miroitier

Il est à noter que la vitrerie-miroiterie est un travail manuel et physique. Donc, une bonne condition physique serait un atout non-négligeable pour ceux qui envisagent d’exercer ce métier. Ensuite, étant donné qu’il est amené à travailler soit en atelier au milieu des différentes machines soit sur chantier, cet artisan doit aussi avoir l’habitude de travailler dans un environnement bruyant. Une bonne capacité de concentration est aussi nécessaire lorsque vous manipulez le verre, car au moindre faux pas, celui-ci risque de se casser. La créativité, la minutie et la précision sont aussi des qualités indispensables pour devenir un bon vitrier-miroitier. Et enfin, il est également nécessaire d’avoir de bonnes bases en calcule et en représentation spatiale.

Comment devenir vitrier-miroitier ? Quelles formations suivre ?

Il n’existe pas d’école spécifique pour les vitriers-miroitiers. D’ailleurs, il n’existe pas non plus de diplômes entièrement dédiés à cette spécialité.

Néanmoins, si vous souhaitez embrasser cette carrière, il existe plusieurs moyens pour y parvenir :

-Préparation en 2 ans pour l’obtention d’un Certificat d’Aptitude Professionnelle Construction d’Ouvrages du bâtiment, verre et matériaux de synthèse.

-Bac Professionnel Ouvrages du bâtiment qui se prépare en 3 ans.

-Après le bac, il y a aussi le Brevet de Technicien Supérieur Enveloppe du bâtiment, façade, étanchéité.

À propos de MIROITERIE PERUCCA : une entreprise spécialiste des travaux de vitrerie et de miroiterie intervenant aux environs de Paris.

Pour vos travaux de vitrerie et de miroiterie à Paris et ses environs, retenez les services des artisans de l’entreprise MIROITERIE PERUCCA. Étalie au 110 Rue Castagnary 75015 à Paris, cette entreprise possède une solide expérience dans les domaines de la vitrerie et de la miroiterie. La société réalise aussi la vente de produits verriers.

, ,

À la découverte du métier d’un coiffeur visagiste

2020-07-28 Commentaires fermés sur À la découverte du métier d’un coiffeur visagiste By Yves Saint-Hilaire

Toutes les femmes ont déjà rêvé de changer de coupe de cheveux. Cependant, certaines coupes ne vont pas à tout le monde. Pour avoir un meilleur résultat, il est conseillé de consulter un coiffeur visagiste. Ce spécialiste saura choisir une coupe qui mettra en valeur votre visage. Celle-ci sera adaptée aux traits de votre visage. Pour en savoir plus sur son métier, nous vous invitons à lire ces quelques lignes.

Un coiffeur visagiste, c’est qui ?

Diplômé, un coiffeur visagiste travaille dans le secteur de la beauté. Ses formations se portent sur la coiffure et l’esthétique. Il est spécialisé dans le domaine du visagisme. Ce dernier consiste à savoir maquiller ou à coiffer en fonction des courbes du visage. Il étudie chaque trait de votre visage afin de réaliser la coupe, la coloration ou le maquillage le plus adapté.

Quels sont les services d’un coiffeur visagiste ?

Un coiffeur visagiste effectue toutes les coupes de cheveux. Que vous souhaitez avoir une nouvelle frange, une coupe dégradée, une coupe au carré, etc., il peut vous la réaliser. Il vous conseille sur le style le plus adapté aux courbes de votre visage.

Outre la coupe, le coiffeur visage se charge aussi de la coloration des cheveux. Il peut faire des mèches, une coloration complète, un balayage… La différence est qu’il étudie votre carnation avant de vous proposer la teinte qui fera ressortir les traits de votre visage.

Le coiffeur visagiste travaille aussi dans le domaine du maquillage. Il saura choisir le style de maquillage qui fera ressortir votre regard et qui embellira au mieux votre visage.

Quelles sont les formations d’un coiffeur visagiste ?

Pour exercer le métier d’un coiffeur visagiste, il faut être diplômé. En effet, vous devez avoir un CAP, un brevet professionnel coiffure et un brevet de maîtrise. Pour cela, il faudra suivre quelques formations.

Ainsi, la formation CAP vous permet d’acquérir les techniques de base du métier de coiffeur visagiste. Vous apprendrez, en un ou 3 ans, l’hygiène, la préparation, l’application et le rinçage des produits de beauté ainsi que l’art de la coupe et du maniement des appareils de coiffage.

Pour le brevet professionnel coiffure, vous avez le choix entre 2 options : styliste-visagiste ou coloriste-permanentiste. Le premier est dédié au coiffage mixte, au travail sur les cheveux longs et à l’entretien pilo-facial. Le second est plutôt axé sur la coloration permanente, l’effet des couleurs et le défrisage. L’étude dure un an.

Le brevet de maîtrise, quant à lui, vous permet de vous perfectionner dans les secteurs de la commercialisation des produits, de la gestion économique du salon de beauté et des ressources humaines.

Pourquoi faire appel aux services d’un coiffeur visagiste ?

S’adresser à un coiffeur visagiste est plus avantageux que s’adresser à un simple coiffeur. Grâce à sa maîtrise de la filière visagisme, il saura vous proposer la coupe de cheveux qui mettra le plus en valeur votre visage. En effet, il étudie votre morphologie, les traits de votre visage et votre personnalité afin de trouver la coupe qui vous ira au mieux.

En parallèle, il prend compte de vos goûts et de vos attentes. Il vous aide à choisir et saura force de proposition. Il vous donne aussi des conseils avisés que ce soit pour la coupe, la coloration ou le maquillage. Toutefois, la décision finale vous appartient.

Où trouver le meilleur coiffeur visagiste ?

Vous pouvez vous rendre dans les grands salons de coiffure pour trouver un coiffeur visagiste. Si vous recherchez le meilleur, n’hésitez pas à vérifier ses compétences et ses formations avant de vous lancer. Pour ce faire, vous pouvez consulter le site du salon de coiffure. Vous trouverez ainsi les réalisations du coiffeur visagiste.

D’un autre côté, n’oubliez pas de comparer les tarifs. Dans tous les cas, vous devez prévoir entre 100 à 400 euros pour une séance.

,

Stratégie marketing : pourquoi pas la personnalisation de vêtements ?

2020-07-20 Commentaires fermés sur Stratégie marketing : pourquoi pas la personnalisation de vêtements ? By Yves Saint-Hilaire

La personnalisation des vêtements est un bon moyen pour gagner en notoriété et pour se faire connaître auprès du public. Cet outil marketing est obligatoire dans certains secteurs d’activité comme la médecine, la restauration et l’hôtellerie. À l’origine, la confection de tenues personnalisées était surtout prisée pour son côté pratique, mais aujourd’hui, elle est devenue une pratique indissociable de l’univers entrepreneurial. Pourquoi ? Lisez cet article et vous le saurez.

Pour le côté pratique

Il paraît invraisemblable de voir des médecins, des docteurs et des infirmiers sans porter de blouses. En effet, dans le secteur médical, la tenue de travail revêt essentiellement une fonction pratique. Pour des raisons d’hygiène, il est obligatoire de mettre la blouse dans les hôpitaux, les cabinets médicaux, les centres de santé et les laboratoires. Le même principe est appliqué dans le domaine de la restauration. Les chefs cuisiniers doivent porter le fameux tablier de cuisine pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Dans le domaine de l’artisanat (plomberie, maçonnerie…), porter une combinaison est nécessaire car elle permet de classer le matériel et les outils et de se protéger en cas d’accident. Dans certains métiers à haut risque (pilote de chasse, ouvrier de maintenance, éboueur, marin-pêcheur…), le droit du travail a même rendu le port de vêtements de travail personnalisés obligatoire.

Pour gagner en popularité

Outre le côté pratique, le port de vêtement personnalisé permet aussi de promouvoir l’image d’une entreprise. À l’instar des autres stratégies de communication usuelles comme les flyers, les affiches et les campagnes publicitaires, cette technique est idéale pour redorer le blason d’une société. En voyant des techniciens portant des uniformes uniques, les clients, les partenaires et les collaborateurs auront une bonne impression. D’ailleurs une tenue affichant un logo, un slogan ou une couleur spécifique facilitera grandement l’identification d’une entreprise, surtout lors des séminaires, des salons, des manifestations et des événements publics.

Pour valoriser les employés

Mettre en place une tenue unique pour l’ensemble des employés permet de les montrer qu’ils forment une seule et même équipe, qu’ils sont importants et surtout qu’ils jouent un rôle important dans l’épanouissement et le développement de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. Voilà pourquoi, les grandes firmes comme les concessionnaires automobiles et les fabricants de chaussures font souvent porter des vêtements de travail personnalisés à leurs employés.

Pour faciliter la cohésion entre les employés

Pour instaurer une ambiance conviviale, créer une dynamique de groupe et favoriser la productivité des employés, bon nombre de sociétés ont eu recours à la création de vêtements personnalisés. Le fait de mettre une tenue de travail renforce le sentiment d’appartenance à un groupe et contribuera au bien-être des employés au travail. À l’image d’un club de sport où les joueurs portent tous les mêmes maillots et les mêmes survêtements, les vêtements de travail personnalisés favorisent l’esprit d’équipe et ne peut qu’être bénéfique pour une entreprise.

Les différentes techniques de personnalisation

Il existe principalement 3 techniques de personnalisation : la broderie, la sérigraphie textile et l’impression numérique textile.

– La broderie

Cette méthode de personnalisation consiste à broder des images sur un vêtement. C’est une technique très ancienne. Elle permet de réaliser un dessin, une esquisse, un mot ou bien un motif.

– La sérigraphie textile

C’est la technique d’imprimerie favorite des entreprises. Elle permet d’obtenir des résultats très précis. Contrairement à ce que l’on peut penser, la sérigraphie textile est un procédé ancestral. La différence est qu’aujourd’hui, elle est réalisée via des ordinateurs.

– L’impression numérique textile

L’impression numérique textile est un procédé permettant de créer un rendu sans relief. Le visuel est imprimé à même le textile. Les encres pénètrent en profondeur dans les fibres du tissus, ce qui offre un aspect visuellement très agréable.

, ,

Les origines du tatouage

2020-07-12 Commentaires fermés sur Les origines du tatouage By Yves Saint-Hilaire

Ces derniers temps, le tatouage a le vent en poupe. En effet, chaque année, on dénombre de plus en plus de salons de tatouage au Canada, mais également partout dans le monde, et surtout aux États-Unis. Mais savez-vous quelles sont les origines de cet art corporel très apprécié, surtout chez les jeunes. En vérité, très peu d’historiens ont consacré leur temps à étudier l’origine du tatouage. D’autant plus que son histoire est assez complexe. Néanmoins, il existe de nombreux éléments de réponse qui permettent de plus ou moins retracer son histoire.

En 1991, les historiens ont pu en savoir un peu plus sur l’histoire du tatouage suite à la découverte du corps momifié d’un chasseur néolithique (datant de 5300 av J.C selon les spécialistes). Ce dernier était piégé dans un glacier. Armé d’un arc et d’une hachette en cuivre, cet homme portait d’étranges tatouages au niveau du dos, des jambes et des chevilles. Les tatouages étaient composés de traits très fins disposés en croix. Il s’agit du premier tatouage connu jusqu’à ce jour.

Avant cette découverte, on considérait que le premier tatouage connu était celui d’une momie égyptienne qui datait de 2200 ans avant J.C. Après analyse, les historiens ont établi que les tatouages retrouvés sur cette momie étaient réalisés dans un but médical puisque ceux-ci étaient situés au niveau des articulations. Ce qui laissait alors supposer qu’ils étaient pratiqués pour avoir un effet thérapeutique sur l’arthrose.

D’un côté, beaucoup de chercheurs avancent l’hypothèse que les origines du tatouage seraient accidentelles. En effet, autrefois, les hommes enduisaient leurs blessures de sève végétale pour éviter une hémorragie. Et en cicatrisant, la sève provoquait une coloration de la zone où il y avait la plaie.

Histoire du tatouage tribal

Comme vous l’aurez sans doute constaté ces dernières années, le tatouage tribal est très à la mode. Il s’agit d’un style de tatouage caractéristique de l’art corporel des tribus polynésiennes. Vous l’aurez compris, les tatouages tribaux proviennent alors de la Polynésie.

Les premiers récits parlant du tatouage tribal datent d’il y a pas longtemps, aux alentours du 19e Siècle. Le plus célèbre étant le récit du sieur E. Robarts. Selon ses écrits, les origines du tatouage tribal remontent à plusieurs millénaires. Ainsi, on peut qualifier le touage tribal polynésien comme étant la plus ancienne forme d’art corporel. Selon les cas de figure, chaque tatouage tribal avait un sens et un rôle bien précis. En effet, chaque dessin véhicule des valeurs. Dans certaines tribus, il servait à identifier une personne comme étant membre ou non d’un groupe local. Dans d’autres cas, il servait à exprimer une croyance religieuse, spirituelle ou magique. En outre, le tatouage tribal peut aussi juste représenter une conviction personnelle.

À titre d’exemple, chez les tribus des îles Samoa, le tatouage représente les symboles de l’historique des lignées. Ainsi, les tatouages permettent de connaître l’ordre de naissance d’une personne, mais aussi sa place dans une tribu. Et pour les tribus Maoris, le tatouage avait aussi des significations sociales. Il permet de distinguer les tribus, mais également de scinder les rangs dans une même tribu.

Pour la petite histoire, c’est vers la fin des années 70 et le début des années 80 que le tatouage tribal a été adapté au tatouage moderne.

Découvrez ENIGMA TATTO : votre spécialiste du tatouage à Montréal

Pour ceux qui souhaitent faire réaliser des tatouages à Montréal et ses environs, rendez-vous chez ENIGMA TATTO. Située au 3938, rue Saint-Denis H2W 2M2, à Montréal, ce salon réalise tous types de tatouages : maori, polynésien, etc. Ouvert depuis plus de 16 ans, le salon accueille aussi bien les hommes que les femmes. Son équipe de tatoueurs expérimentés vous garantit des travaux de grande qualité.

, ,

Quelles sont les différents types de soudage ?

2020-06-25 Commentaires fermés sur Quelles sont les différents types de soudage ? By Yves Saint-Hilaire

Le soudage est un moyen utilisé pour assembler les pièces en métal. L’avantage du soudage par rapport au rivetage ou au vissage est que l’assemblage est définitif. Le soudage peut être réalisé de différentes manières. Il est aussi souvent confondu avec d’autres techniques d’assemblage de métaux telles que le brasage. Savoir différencier ces deux techniques vous aidera à mieux choisir la méthode à adopter pour l’assemblage de vos pièces.

Différence entre soudage et brasage

Le brasage consiste à assembler deux métaux de natures différentes. Le soudage est l’assemblage de deux métaux de même nature. Pour le brasage, l’assemblage nécessite l’utilisation d’un métal d’apport qui est de nature différente des 2 métaux à assembler. Pour le soudage en revanche, le métal d’apport est le même que les pièces à assembler.

Le soudage TIG

TIG est un acronyme de Tungsten Inert Gas, qui vient du type de gaz utilisé pour le processus (de l’argon ou de l’hélium). Le soudage TIG a pour avantage de fonctionner avec différents types de métaux. Le résultat est aussi esthétique. Il permet également d’atteindre des zones souvent inaccessibles avec d’autres procédés.

Le soudage MIG

Le soudage MIG est souvent pratiqué dans le domaine industriel et de la construction de navire. Cette technique est appliquée pour le soudage d’aciers doux, d’aciers inoxydables, d’aluminium, de nickel et de cuivre. C’est un procédé semi-automatisé. Un arc électrique est utilisé pour produire la chaleur nécessaire au soudage. Un fil d’apport de 0,6 à 1,6 mm de diamètre et de même nature que les pièces à souder est inséré dans le tube de la torche. Il est utilisé tout au long du procédé.

Le soudage laser

Le soudage laser est un procédé pratiqué par les fabricants d’automobiles et d’équipements aéronautiques et médicaux. Ce procédé est réalisé à l’aide d’une machine. L’intervention humaine est réduite, la plupart des tâches étant gérées par la machine. Le soudage est réalisé rapidement et avec précision. Le soudage laser permet non seulement d’assembler différents types de métaux, mais également des plastiques. L’assemblage peut s’effectuer sur une surface plane ou pas. Il est hautement résistant. La soudure est carrément invisible.

Le soudage au chalumeau

Le soudage au chalumeau ou soudage OA (oxygène et acétylène) est une technique d’assemblage thermique. La soudure à flamme est employée dans le domaine de la plomberie. Ce procédé est le préféré des soudeurs, car il est facilement réglable. Les deux gaz sont assemblés. Le mélangé est enflammé. L’intensité de la flamme est réglable grâce à deux boutons permettant de régler les 2 gaz. Vous pouvez changer la buse en fonction de l’épaisseur des métaux à souder.

Le soudage MMA

Le soudage MMA est plus adapté aux interventions à l’extérieur. Ce procédé est le plus utilisé par les serruriers, les bricoleurs ainsi que par les poseurs de pipeline. Il est aussi possible de le pratiquer dans un environnement sous-marin. Ce procédé ne nécessite pas de gaz, mais d’une alimentation électrique. Elle ne requiert pas une forte puissance, l’électricité domestique suffit. Pour plus de mobilité, vous pouvez vous procurer de petites sources d’alimentation. Il y a des modèles qui pèsent 5 kg.

Vous avez ainsi plusieurs choix de procédés pour l’assemblage de vos pièces. Pour la réalisation d’ouvrages complexes, qui nécessitent d’effectuer des découpes ou de traitement en grande quantité, nous vous conseillons de faire appel à des professionnels comme la compagnie Usinage CNC Production. Elle réalise le soudage de pièces en petites ou moyennes séries. Elle effectue également les travaux de polissage pour une finition impeccable. Elle réalise l’assemblage avec un procédé adapté à vos besoins. Elle est au service des professionnels de tout le Québec (Montréal, Saint-Jérôme, etc.).

, ,

Soudage vs brasage

2020-06-16 Commentaires fermés sur Soudage vs brasage By Yves Saint-Hilaire

Contrairement au brasage, le soudage est un procédé connu par beaucoup de personnes. Pourtant ces deux techniques se ressemblent sous certains points mais diffèrent sous d’autres. Il n’est donc pas étonnant que bon nombre de gens confondent souvent brasage et soudage. Lisez cet article pour connaître les différences entre ces deux opérations.

Définitions

Avant de détailler les différences entre le brasage et le soudage, il en convient d’apporter une définition claire et précise de ces deux techniques.

Le soudage

Le soudage est une technique qui consiste à assembler des pièces métalliques par fusion. Cette opération peut être réalisée avec un métal d’apport de même nature que les ouvrages à souder. À titre de précision, le soudage est l’opération et la soudure est le résultat.

Le brasage

Le brasage est l’action d’assembler des pièces à l’aide d’un métal d’apport fait d’une autre matière que celle des ouvrages à fusionner. Le matériau utilisé est généralement de l’étain. Pour ce procédé, les composants à assembler ne doivent pas être chauffés jusqu’à la fusion.

La température, la première différence

Le premier critère qui différencie le soudage et le brasage est le température de travail. Le soudage est réalisé à une température nettement plus élevée que le brasage. En effet, l’outil utilisé doit réussir à faire fondre la matière à assembler. Voilà pourquoi le soudage est réalisé sur des métaux nécessitant une température de fusion élevée. Quand, au brasage, celui-ci peut être effectué à la maison, à condition de posséder le matériel nécessaire. Généralement, un fer à souder suffit pour effectuer ce genre d’opération. Tous les métaux dont la température de fusion n’excède pas 840 ° C y sont concernés. On distingue deux types de brasage : le brasage tendre (avec des températures ne dépassant pas les 450 °C) et le brasage fort ou dur (pour la liaison des métaux en argent, en cuivre et en nickel).

Les caractéristiques des matériaux à souder, la deuxième différence

Le deuxième point qui différencie le soudage et le brasage est le type de matériau qui est assemblé. Les techniciens réalisent des travaux de soudage pour réunir des métaux nécessitant des liaisons fortes comme le fer et l’acier. La solidité du métal d’apport, le chauffage du chalumeau et le temps de refroidissement sont donc essentiels pour obtenir une soudure de qualité. La brasage, en revanche, est une opération réservée pour l’assemblage de métaux standards. Il est communément utilisé pour la liaison d’appareils électroniques, de tuyaux et d’ouvrages en céramique.

Les techniques employées et les équipements utilisés, la troisième différence

À la différence du brasage, il existe différentes méthodes de soudage. Les plus connues sont :

  • Le soudage oxyacétylénique (à l’aide d’un chalumeau) ;
  • Le soudage électrique ;
  • Le soudage aluminothermique ;
  • Le soudage à l’arc électrique ;
  • le soudage à l’arc sous flux ;
  • Le soudage à l’arc avec électrodes non fusibles ;
  • Le soudage laser ;
  • Le soudage orbital ;
  • Le soudage plasma ;
  • Le soudage par friction ;
  • Le soudage par faisceau d’électrons ;
  • Le soudage mixte (laser + TIG, laser + plasma…) ;
  • Le soudage électrogaz ;
  • Le soudage par explosion.

Le brasage, quant à lui, ne comporte que deux procédés spécifiques : le brasage classique et le brasage diffusion. La première technique est caractérisée par l’utilisation d’un métal d’apport. Elle permet d’assembler deux pièces métalliques à l’aide d’un métal d’apport par mécanisme de diffusion atomique. La deuxième est une opération effectuée dans le but de fusionner deux pièces ajustées grâce à un système de chauffe de montage. Vous recherchez un soudeur qualifié aux alentours de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec ? Contactez la compagnie SOUDURE NO LIMIT.

, ,

Le photographe, la créativité personnifiée

2020-06-15 Commentaires fermés sur Le photographe, la créativité personnifiée By Yves Saint-Hilaire

Le photographe est un professionnel de l’image. Il sait capturer le moment présent et réaliser différentes prises de vue. Cet article est consacré à cette profession.

Revue de détail sur ce métier

Pour faire simple, le photographe prend des photos, effectue des triages et des retouches et assure la promotion et la vente des clichés qu’il a réalisé. Sollicité de jour comme de nuit, il peut travailler dans différentes conditions. Véritable technicien de l’image, il jongle avec les contrastes, la lumière, les effets et peut être amené à photographier différents sujets allant des personnes, aux paysages, en passant par les œuvres d’art. Par ailleurs, les réglages techniques comme le cadrage, l’angle de vue et la mise au point n’ont aucun secret pour lui. Il peut travailler en freelance ou pour le compte d’une entreprise, d’une agence de presse, d’une agence web, d’un site web ou d’un entrepreneur. Aujourd’hui, on retrouve plusieurs variantes de ce métier.

Petit à petit, de plus en plus de personnes choisissent de devenir photographe de portrait, reporter (photographe de presse), photographe industriel, photographe de mode ou encore photographe événementiel. Pour obtenir plus de détails sur ces branches, lisez les paragraphes ci-dessous.

Le photographe de portrait

Aussi appelé portraitiste, le photographe de portrait est spécialisé dans la réalisation de portraits de personnes. Les séances photos peuvent être réalisées en studio ou bien en plein air. Autonome, organisé et faisant preuve d’une grande capacité d’adaptation, ce professionnel peut réaliser toutes sortes de clichés. Par exemple, il peut prendre des photos personnalisées de personnes en train de faire du sport ou en train de travailler. Voilà pourquoi, les entreprises et les sportifs ont souvent recours à leur services. Vous recherchez un portraitiste qualifié ? Contactez le studio MARAVELLE PHOTO, situé à Auch.

Le photographe de presse

Si vous êtes un grand fan de films de science-fiction, vous connaissez certainement Peter Parker, le célèbre reporter qui est à la fois photographe et super-héro. Son travail définit exactement ce que le fait le photographe de presse. Journaliste de l’image, il travaille seul ou avec un collègue qui est chargé de rédiger les articles. Ce professionnel a l’œil et sait saisir le moment propice où il faut prendre des photos.

Le photographe industriel

Cet expert de la photographie met à profit son savoir-faire pour le compte des entreprises, des institutions et des agences de communication. Sa mission est de valoriser les compétences de chaque employé à travers les images. Les séances photos se déroulent sur les sites de production, les ateliers, les chantiers, les bureaux et les ateliers.

Le photographe de mode

Le photographe de mode est l’ami des grands couturiers mais aussi des célébrités (acteurs, sportifs de haut niveau, romanciers…). Il joue un grand rôle dans la promotion et la valorisation d’un produit. Travaillant en studio ou sur terrain avec les maquilleurs, les coiffeurs et les stylistes, il a pour rôle de photographier les mannequins et les vêtements. Disposant d’un excellent sens de la mise en scène et doté d’un œil artistique déconcertant, il sait comment mettre en valeur le sujet. À l’affût des dernières tendances, nouveautés et évolutions de la mode, il peut aussi assumer un rôle de conseil concernant les habits à privilégier et la pose des mannequins.

Le photographe événementiel

Le maître-mot du photographe événementiel est la polyvalence car il peut prendre des clichés à l’occasion de n’importe quel événement ou célébration :

  • Mariage ;
  • Anniversaire ;
  • Baptême ;
  • Funérailles ;
  • Team-building ;
  • Inauguration d’une entreprise.

Il se doit donc d’avoir une parfaite connaissance de la photographie (maniement des appareils photo numérique et argentique, effets créatifs adaptés au sujet à photographier, définition de la lumière, tirage et retouche de photos).

,

Qu’est-ce qu’un menuisier-agenceur ?

2020-06-10 Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’un menuisier-agenceur ? By Yves Saint-Hilaire

Le menuisier est un artisan incontournable dans la réalisation de différents ouvrages du bâtiment. Il intervient généralement après la fin des travaux de gros œuvre. Cet artisan conçoit, fabrique et installe de nombreux ouvrages de second œuvre : portes, fenêtres, volets, escaliers, placards, cloisons, parquets, etc. Vous pouvez aussi faire appel à un menuisier pour rénover toutes sortes de menuiseries d’intérieur et d’extérieur. Dans la menuiserie, il existe plusieurs spécialités, parmi lesquelles la menuiserie d’agencement. Quelles sont les principales activités d’un menuisier-agenceur ? Comment travaille-t-il ? Quelles sont les compétences requises pour devenir menuisier-agenceur ? Où pouvez-vous trouver un bon menuisier-agenceur ? Apprenez davantage sur ce métier dans la suite de ce billet.

Les principales activités d’un menuisier-agenceur

Le menuisier-agenceur est un artisan spécialisé dans la fabrication et la pose de divers ouvrages d’agencement intérieur d’un bâtiment : ouvertures, mobilier, cloisons, plafonds, parquets, etc. Vous pouvez aussi solliciter son savoir-faire pour réaliser divers travaux d’isolation intérieure. En neuf ou en rénovation, le menuisier-agenceur réalise aussi l’aménagement des pièces à usage domestique ou professionnel : cuisine, salle de bains, bureau, salle d’exposition, bureaux, etc. La création et l’installation d’un local commercial, d’une boutique, d’un magasin ou d’un lieu de stockage figurent aussi parmi les nombreux travaux que vous pouvez confier à un menuisier-agenceur. Ayant réussi une formation de base en menuiserie, cet artisan peut travailler avec différents types de matériaux : bois, aluminium, PVC, verre, etc.

Comment travaille un menuisier-agenceur ?

Un menuisier-agenceur possède toujours un atelier dédié à la fabrication et à l’assemblage des ouvrages de menuiserie. Il se déplace sur le chantier pour prendre les dimensions des structures à confectionner. Après la fabrication en atelier, il revient sur le chantier pour effectuer les travaux de montage. Dans son atelier, le menuisier-agenceur fabrique du mobilier d’agencement et divers ouvrages d’habillage comme les plafonds, les façades de placard et autres menuiseries décoratives. Pour ce faire, il travaille selon des techniques et des méthodes bien rodées :

  • Interprétation des plans fournis par un architecte ou un bureau d’études
  • Choix des matériaux en fonction de l’ouvrage à créer
  • Débitage des matériaux et calibrage des formes pour créer chaque pièce demandée
  • Usinage de chaque pièce sur des machines appropriées
  • Assemblage et finition des ouvrages (ponçage, application de vernis, peinture…)

Lorsqu’il intervient sur le chantier, le menuisier-agenceur devient un artisan polyvalent parce qu’il devra s’occuper de plusieurs tâches, en plus de la pose des ouvrages d’agencement. En effet, il se charge de l’acheminement des éléments à poser sur le chantier. Il assure la manutention de chaque pièce sur leur emplacement respectif. Durant le montage, il corrige les imperfections de fabrication et ajuste les erreurs de prise de mesures. À la fin du montage, le menuisier-agenceur ajoute une touche de finition finale et vous livre un chantier propre.

Les compétences requises pour devenir menuisier-agenceur

À la base, un menuisier-agenceur doit avoir suivi une formation complète en menuiserie, ce qui lui permet de maîtriser le travail avec tous types de matériaux. Le calcul, la géométrie, le dessin et la conception sur ordinateurs doivent aussi figurer parmi ses compétences. Après, il doit compléter son savoir-faire technique par des connaissances en plâtrerie, plomberie, électricité, isolation, carrelage, etc. Un menuisier-agenceur doit avoir une bonne habileté manuelle, ainsi qu’un grand sens de la rigueur et de l’organisation. Enfin, la mobilité doit être sa seconde nature.

Où pouvez-vous trouver un bon menuisier-agenceur ?

L’endroit à privilégier pour trouver un bon artisan reste internet. Le plus grand avantage de cet outil est que vous pouvez tout comparer avant de décider, ce qui vous permet de trouver les meilleures compétences et les offres adaptées à vos besoins. Si vous avez un projet d’agencement de bâtiment à Nevers et alentour, n’hésitez pas à faire appel à l’entreprise De Ferrier-Varetz située à Bressolles. C’est un professionnel spécialisé dans tous travaux de menuiserie d’intérieur et d’extérieur. Vous pouvez faire confiance au savoir-faire de son équipe pour réaliser divers ouvrages en bois, en alu et en PVC.

, ,

Quelle est la différence entre un menuisier et un ébéniste ?

2020-06-09 Commentaires fermés sur Quelle est la différence entre un menuisier et un ébéniste ? By Yves Saint-Hilaire

À première vue, un menuisier et un ébéniste semblent avoir les mêmes fonctions. Cependant, il existe de grandes différences entre ces deux métiers. Qu’est-ce qu’un menuisier ? Qu’est-ce qu’un ébéniste ? Voici un tour d’horizon de ces professions.

Le menuisier

Le menuisier est un artisan qui façonne toutes les parties immobiles du bâtiment. Il fabrique aussi bien les portes que les plinthes, les parquets, les escaliers et les fenêtres. Il s’occupe également de leur pose et de leur agencement.

Avec l’évolution de l’artisanat, le menuisier se charge de la création de cuisines, de salles de bains, de dressings, de bibliothèques, d’étagères et de placards. Par ailleurs, il travaille différents matériaux, dont le bois, l’aluminium et le PVC.

Très souvent, un menuisier est un spécialiste du sur-mesure. Il se déplace sur les lieux pour prendre les mesures et s’adapte aux demandes de ses clients. Il propose des idées pour optimiser le résultat.

L’ébéniste

L’ébéniste est un artisan spécialisé dans la création de mobilier en bois (précieux et exotique) pouvant aussi être bien fonctionnel que décoratif. Il fabrique des meubles tels que les commodes, les encoignures, les secrétaires, les cabinets, les bureaux, les chaises et les tables en bois massif. Il possède aussi des compétences en marqueterie. L’ébéniste propose des finitions variées en utilisant de la laque, du vernis et de la porcelaine.

Créatif, cet artisan peut également copier des meubles anciens. Il produit des meubles à l’unité ou en petite série, selon les besoins de ses clients. Il maîtrise les différentes techniques de fabrication de mobilier sur mesure. Il travaille de manière soignée afin de garantir des résultats esthétiques à sa clientèle.

L’ébéniste travaille aussi dans le cadre d’une réparation de mobilier. Il restaure les meubles anciens et leur donne une seconde vie. Il respecte le design de chaque meuble qu’il travaille.

Les essences de bois

Les menuisiers comme les ébénistes travaillent le bois. Parmi les essences de bois utilisées, il y a :

– L’acacia : bois dur, compact et élastique. Ce matériau est idéal pour fabriquer des petites pièces décoratives.

– L’acajou : un bois résistant pour fabriquer des commodes, des secrétaires, des scribans, des armoires et autre mobilier portuaire.

– L’amarante : bois dur de couleur rouge lie de vin, utilisé en marqueterie.

– L’amboine : bois de couleur jaune tirant vers le rouge pour fabriquer des objets de décoration.

– Le bois de rose : un bois précieux pour fabriquer des meubles en tous genres.

– Le bouleau : bois dur destiné à fabriquer des sièges, des pieds de mobilier, etc.

– Le cèdre : bois clair pour fabriquer des rampes, des panneaux muraux, etc.

– Le charme : bois dur pour réaliser des motifs de marqueterie.

– Le châtaigner : bois clair pour fabriquer des meubles et des volets.

– Le chêne : bois massif pour fabriquer des meubles de luxe.

– L’ébène : bois dur pour fabriquer des meubles précieux.

– Le merisier : bois utilisé pour l’ameublement massif et le placage.

– Le noyer et le palissandre : bois précieux pour fabriquer des meubles de luxe.

– L’érable : bois clair pour fabriquer des meubles haut de gamme et des objets décoratifs. Il est aussi utilisé pour réaliser des placages.

– Le sapin : bois destiné à fabriquer des parquets et des escaliers.

Les Ateliers PRUNCK, des professionnels en menuiserie et en ébénisterie

Les Ateliers PRUNCK sont situés à Mandelieu. Leurs artisans sont spécialisés dans le domaine de la menuiserie-ébénisterie. Ils prennent en main la fabrication de pièces de fermeture, de terrasses, de dressings et de mobilier en bois massif. Ils interviennent également pour la création et l’aménagement de cuisines et de salles de bains. Ils s’adaptent à tous les styles et à toutes les exigences.

, , , ,