Category Archive Guide artisan

Comment procède-t-on à la métallisation ?

La métallisation est une technique de revêtement qui vise à protéger un objet en acier de la corrosion. Il paraît simple d’apporter une telle définition, pourtant, la métallisation est tout un process où plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Il semble ainsi intéressant d’en parler amplement dans cet article, si jamais vous ressentez la nécessité de procéder à cette opération.

La métallisation et son processus

La métallisation est une solution anticorrosion employée en tant que revêtement de protection d’une pièce en acier. Ce revêtement métallique est appliqué par projection thermique. Le process vise alors à fondre le zinc, l’aluminium ou l’alliage et de les intégrer dans un pistolet à arc. Le principe consiste alors à refroidir les dépôts de zinc, de sorte qu’ils forment un revêtement solide. En effet, la couche de zinc empêche le contact de l’acier avec l’humidité qui est à l’origine de son oxydation. La métallisation provoque ainsi une réaction électrochimique entre l’acier et le zinc, créant ainsi en parallèle une barrière efficace contre la corrosion. Dans le domaine de l’industrie automobile par exemple, la métallisation est nécessaire pour préserver la carrosserie du véhicule. Des méthodes de sablage y sont souvent associées.

Quelques différences entre la métallisation et la galvanisation

Comme cité précédemment, la métallisation consiste à pulvériser un revêtement anticorrosion de zinc sur les pièces en acier. En ces termes, cette protection est similaire à celle de la galvanisation. Cependant, le procédé de métallisation diffère de la galvanisation sur quelques points. D’une part, la métallisation consiste à appliquer mécaniquement une couche de protection, sans produire aucun effet thermique sur l’acier. La couche de zinc s’applique alors directement à partir du pistolet à arc. D’autre part, c’est un procédé à froid qui ne demande aucun temps de séchage. La surface d’acier peut donc être manipulée directement, ce qui réduit considérablement la durée du traitement. D’ailleurs, l’opération qui en résulte ne produit aucun composé organique volatile. C’est-à-dire que l’excédent peut être immédiatement récupéré et réutilisé. Enfin, le revêtement par projection thermique demande très peu d’entretien.

Quant à la galvanisation, c’est un procédé à chaud. Elle consiste à immerger entièrement la surface en acier dans un bain de zinc en fusion. L’acier et le zinc combinent et forment un ensemble entier, contrairement à la métallisation qui est un revêtement indépendant.

L’utilisation du pistolet à arc

Quelle que soit la méthode employée, on pulvérise généralement via un pistolet à arc, un mélange composé de zinc et d’aluminium fondus sur la surface en acier. Le pistolet à arc électrique est alimenté par deux fusibles. Une buse dirige un jet d’air ou du gaz à haute pression sur l’arc. L’on obtient du métal fondu directement pulvérisé sur la pièce métallique. Par conséquent, on obtient de minuscules gouttes de métal qui refroidissent et qui durcissent au contact de la pièce d’acier. Celles-ci forment un revêtement compact sur toute la surface appliquée.

Avant de se lancer dans la phase de métallisation, il faut savoir que la surface doit être préparée à l’aide d’un jet abrasif. Cela permet entre autres de réduire la porosité de l’acier et de faciliter son traitement.

En synthèse, la métallisation et la galvanisation sont deux manipulations distinctes. Ces deux opérations requièrent néanmoins une certaine connaissance des matériaux employés, mais surtout des procédés techniques qui font d’elles des activités assez complexes. Le procédé de métallisation demande tout un panel de règles d’utilisation, notamment le coefficient de glissement entre les surfaces de l’assemblage. L’entreprise METALLISATION DES HAUTS DE FRANCE vous propose son savoir-faire en la matière. Cette société est spécialisée dans la métallisation de pièces industrielles et mécaniques depuis 1984. Présente à Lille, Amiens et Reims, elle respecte les normes et les procédés de métallisation en vigueur.

Tags, ,

paysagiste

C’est quoi la différence entre un jardinier et un paysagiste ?

Plusieurs spécialistes peuvent intervenir au niveau des travaux de jardinage, notamment le jardinier et le paysagiste. Cependant, y-a-t-il une différence au niveau de ces deux métiers ?

Un paysagiste, kesako ?

Le paysagiste est celui qui s’occupe de l’entretien, de l’aménagement des espaces verts et de la végétation. En réalité, il réalise les différentes tâches avant la mise en œuvre de votre projet. Par conséquent, ces missions sont les suivantes :

  • analyse du projet ;
  • conception du projet ;
  • suivi du projet.

Un paysagiste doit également disposer de certaines connaissances sur la biologie des végétaux, les végétaux et leurs particularités, etc. De cette façon, il peut vous conseiller sur tout projet de création, d’aménagement ou d’entretien d’espaces verts.

Pour devenir un paysagiste, certaines qualités sont requises : minutie, précision, créativité et sens de l’écoute. La passion est aussi un atout pour réussir dans le métier. Par ailleurs, une formation académique est indispensable :

  • dès la classe de 3ème, suivez un CAPA ou un BEPA en Aménagement de l’espace, spécialité Travaux paysagers.
  • Choisissez entre un Bac pro travaux paysagers, un Bac pro productions horticoles, spécialité pépinières ou un Bac pro maintenance de matériel, option parcs et jardins.

Pour ceux qui souhaitent se perfectionner, allez jusqu’au BTSA. Vous avez le choix entre un BTSA en aménagements paysagers et production horticole. Dans le cas où vous envisagez de devenir architecte paysagiste DPLG ou diplômé par la gouvernement, intégrez une école supérieure d’architecture et paysage.

Le paysagiste gagne à priori environ 1 500 € par mois. Une fois reconnu dans le domaine, il peut gagner entre 1 800 et 2 500 € par mois.

Un jardinier, qu’est-ce que c’est ?

Le jardinier est la personne qui prend en main la beauté et la santé des espaces verts. C’est pour cette raison qu’il doit disposer des connaissances sur les besoins, les caractéristiques des différentes espèces de plantes.

Le jardinier s’occupe du désherbage, de la taille des haies, de la tonte de gazon, du débroussaillage, du ramassage de feuilles, de la préparation du sol et de l’engazonnement. Dans certaines circonstances, la plantation revient également à ce professionnel.

Pour devenir un jardinier, suivez un CAPA en Aménagements paysagers, un BPA en Aménagements paysagers ou un Bac pro en aménagements paysagers. Pour choisir une spécialité, obtenez des certificats de spécialisation.

Le tarif imposé par un jardinier dépend de nombreux critères tels que l’expérience, les compétences, le matériel, la saison, le type de prestations et la fréquence de l’entretien :

  • pour une tonte de pelouse : le prix est de 1 par m² ;
  • pour l’entretien de gazon : le prix varie entre 3 et 6 € par m² ;
  • pour la taille de haies : le prix oscille entre 35 et 43 € par heure ;
  • pour le ramassage des feuilles ou des déchets : le prix est compris entre 20 et 30 € ;
  • pour l’aménagement d’allées ou de sentiers : le prix s’élève entre 10 et 80 € ou 20 et 80 € par m² selon le matériau ;
  • l’abattage d’arbres : le prix est compris entre 100 et 800 (en fonction de la hauteur) ;
  • l’élagage d’arbres : le coût est compris entre 28 et 60 (selon la hauteur).

Alors, si vous êtes à la recherche d’un jardinier ou d’un paysagiste à Noisy-le-Grand, prenez contact avec une entreprise spécialisée et expérimentée telle que LE JARDIN GOURMAND. Elle propose également l’entretien de jardins, la création d’espaces verts, les travaux d’élagage, d’aménagement paysager et d’aménagement de jardins à Créteil, Paris et alentour.

Tags,

photographe

Immortalisez votre union grâce à la photographie de mariage

Dans le cadre de la préparation du plus beau jour de votre vie, lla séance photo occupe une place plus importante. Elle permet de garder le souvenir de ce moment exceptionnel. Le photographe doit être réservé plusieurs jours, voire plusieurs semaines ou mois avant le jour J. En effet, l’agenda de ce professionnel est habituellement très chargé. Néanmoins, il vous accompagnera pendant toutes les étapes de la cérémonie pour immortaliser chaque instant de votre union.

Les photos avant le mariage

Les séances photos peuvent se dérouler dès les phases de préparation du mariage, selon le type de contrat que vous avez conclu. Cela permet d’immortaliser toutes les démarches de la préparation de votre grand jour. Ainsi, vous pourrez retracer chronologiquement le déroulement de votre mariage en photos.

C’est également un moment pour faire le point avec le photographe. Dans ce cas, il se familiarise avec les détails du programme et du déroulement de la cérémonie. Ainsi, quand arrivera le grand jour, le photographe sera mieux préparé matériellement.

Les séances de photos avant le mariage sont une bonne idée, bien que difficiles à réaliser. En effet, sa réussite dépend du temps dont vous disposez pour la préparation. Elles dévoilent les tenues des futurs mariés avant le grand jour.

Les séances photos après la cérémonie

C’est un choix assez inhabituel, mais certains couples préfèrent organiser leurs séances photos quelques jours après la cérémonie. Cela leur permet de poser plus détendu, quand le stress des préparatifs aura complètement disparu.

Pour les adeptes du concept trash the dress, c’est également le moment idéal. La séance photo décalée est un moyen unique d’immortaliser le nouveau couple. Elle doit être discutée en avance avec le photographe. Ce dernier choisira ensuite l’endroit et le décor nécessaire pour assurer la réussite de la séance.

La couverture de l’événement

Quand arrive enfin le jour tant attendu, l’ensemble des préparatifs sont terminés. Il en est de même pour le photographe qui se prépare maintenant à couvrir l’ensemble de la cérémonie. Dans ce cas, il immortalise les moments forts du mariage. De ce fait, la quantité de photos prises importe beaucoup. Ainsi, la plupart d’entre elles sont prises sur le vif. La technique et le savoir-faire du photographe sont ici très sollicités, car tout est question de timing.

Les moments forts de la cérémonie

Outre la couverture de l’ensemble de la cérémonie, il existe des moments inédits qui nécessitent une préparation au préalable du photographe et de son matériel.

Le serment est le moment le plus important lors du mariage. C’est un instant très attendu des futurs mariés, des invités et surtout du photographe. Il doit également être à l’affût lors de la délivrance des bagues. C‘est un moment assez furtif. Donc, l’agilité et la rapidité sont de rigueur.

Une fois que la cérémonie bat son plein, il devient difficile pour les amoureux de trouver du temps mort pour la séance photos. Pour garantir sa réussite, elle ne s’improvise pas. L’essentiel est de l’inclure dans le timing du déroulement de l’ensemble de la cérémonie.

Les photos de groupe

C’est une séance qui a lieu après la cérémonie. Elle rassemble les invités, la famille, les amis et proches des mariés. Il revient au photographe de choisir l’endroit et l’angle idéals pour réussir la photo.

Le post-traitement des photos

La retouche de photos fait partie des techniques utilisées par les photographes. Contrairement aux idées reçues, ce terme ne signifie pas corriger, ni truquer la photo. Elle consiste à développer les images et leur donner le ton voulu lors de la prise. Cela est indispensable pour un rendu quasi-parfait de vos photos.

Pour vos événements, optez pour la qualité et le professionnalisme

Le STUDIO PHOTO MATHIS, vous propose toute une panoplie de services concernant la photographie à Erstein. Professionnel dans le domaine, il réalise vos photos de famille, vos portraits et couvre tous vos événements. Ainsi, pour assurer la réussite de vos séances photos, n’hésitez pas à solliciter ses services.

Tags, ,

Quelle est la fonction du couvreur ?

La toiture est un élément essentiel du bâtiment. Cette cinquième façade de la bâtisse doit être en parfait état. C’est ainsi qu’elle remplira ses fonctions : une protection contre les intempéries (soleil, vent, pluie, etc.), un atout de charme pour la maison. Tous les travaux relatifs à la toiture sont les affaires du couvreur.

Le spécialiste de la couverture et de la toiture

Entreprendre les travaux de toiture et couverture, quels qu’ils soient, ne relève pas des compétences d’une personne lambda. Ces deux domaines sont complexes. Sans mentionner que les travaux en hauteur ne sont pas faciles. Pour la mise en œuvre, il faut choisir les bons revêtements, les méthodes et les équipements de travail. En tout point, il faut l’expertise d’un spécialiste. Seul le couvreur saura intervenir efficacement. Il est le spécialiste des travaux de toiture à contacter.

L’artisan aux missions variées

Le couvreur reste à l’écoute de ses clients, pour répondre au mieux à leurs besoins. Selon les préférences et la région, il recouvre le toit de chaume, de zinc, de tuiles, d’ardoises… Il se charge des travaux d’installation, de réfection et de réparation de tous types de toitures. Grâce à son expertise en la matière, il met en œuvre les techniques adéquates. Il s’assure de la réalisation des travaux en toute sécurité.

Il est là pour :

  • Accompagner ses clients tout au long du projet,

  • Étudier minutieusement les demandes, de A à Z,

  • Proposer des solutions appropriées,

  • Donner des conseils avisés et personnalisés,

  • Choisir des matériaux fiables et respectueux de l’environnement,

  • Bien préparer le chantier (neuf ou rénovation),

  • Mener à terme les projets de pose ou de rénovation de toitures,

  • Réaliser un travail soigné : de la pose du revêtement aux finitions,

  • Garantir la solidité, l’étanchéité, l’isolation et la pérennité de la couverture,

  • Poser les fenêtres de toit, les lucarnes, les pare-vapeurs,

  • Réparer et entretenir le toit,

  • Rénover les toitures usées, partiellement ou totalement.

Passionné par son métier, il fait de chaque projet une véritable réussite. Il donne du cachet au toit d’un chalet, d’un garage, d’une maison, d’un bâtiment. Il est à même d’assurer l’installation des systèmes d’évacuation d’eau de pluie (chéneaux, gouttières, etc.), de poser ou de réparer la charpente (s’il est aussi charpentier).

Comment bien le choisir ?

L’artisan couvreur est le partenaire qu’il vous faut pour tous travaux de toiture. Il doit disposer des qualités suivantes : l’expérience, le savoir-faire, la rigueur, le sérieux, la capacité d’adaptation à toutes les situations, l’amour du travail bien fait, la réactivité… Comme il travaille en extérieur et en hauteur, il doit faire preuve d’endurance, de résistance physique, d’agilité et de prudence. Il doit en outre exceller dans la connaissance ainsi que la maîtrise des matériaux de couverture et des techniques de traçage. Effectivement, il doit être qualifié et reconnu dans son métier (Qualibat, RGE).

Il est préférable de faire appel au couvreur qui remplit ces critères et qui est installé à proximité du chantier. Il faut aussi vérifier les assurances, comparer les devis, etc.

Un professionnel à votre service

V-M REVÊTEMENT & TOITURES S.E.N.C à Saint-Colomban met en avant son savoir-faire pour la pose de toiture. L’entreprise est membre d’un réseau d’entrepreneurs en toiture, donc une référence dans la région. Depuis 1982, elle a réalisé plus de 6 000 travaux de toiture. Elle a axé son expertise sur les toitures résidentielles et commerciales, plates ou en pente. Son savoir-faire n’est donc plus à démontrer. Avec plus de 35 ans d’expérience, elle se positionne en tant que prestataire de confiance des particuliers, des professionnels du commerce, des compagnies d’assurances, etc. D’autres services sont aussi proposés : la fermeture de pontage, le déneigement… Son équipe se déplace à Saint-Jérôme, Saint-Sauveur, Mirabel, et leurs environs. Elle garantit un travail bien fait, un résultat fonctionnel, efficace et esthétique, ainsi qu’un chantier propre à la fin des travaux. Toutes ses réalisations sont couvertes par la garantie de 10 ans.

Tags, ,

Soudage vs brasage

Contrairement au brasage, le soudage est un procédé connu par beaucoup de personnes. Pourtant ces deux techniques se ressemblent sous certains points mais diffèrent sous d’autres. Il n’est donc pas étonnant que bon nombre de gens confondent souvent brasage et soudage. Lisez cet article pour connaître les différences entre ces deux opérations.

Définitions

Avant de détailler les différences entre le brasage et le soudage, il en convient d’apporter une définition claire et précise de ces deux techniques.

Le soudage

Le soudage est une technique qui consiste à assembler des pièces métalliques par fusion. Cette opération peut être réalisée avec un métal d’apport de même nature que les ouvrages à souder. À titre de précision, le soudage est l’opération et la soudure est le résultat.

Le brasage

Le brasage est l’action d’assembler des pièces à l’aide d’un métal d’apport fait d’une autre matière que celle des ouvrages à fusionner. Le matériau utilisé est généralement de l’étain. Pour ce procédé, les composants à assembler ne doivent pas être chauffés jusqu’à la fusion.

La température, la première différence

Le premier critère qui différencie le soudage et le brasage est le température de travail. Le soudage est réalisé à une température nettement plus élevée que le brasage. En effet, l’outil utilisé doit réussir à faire fondre la matière à assembler. Voilà pourquoi le soudage est réalisé sur des métaux nécessitant une température de fusion élevée. Quand, au brasage, celui-ci peut être effectué à la maison, à condition de posséder le matériel nécessaire. Généralement, un fer à souder suffit pour effectuer ce genre d’opération. Tous les métaux dont la température de fusion n’excède pas 840 ° C y sont concernés. On distingue deux types de brasage : le brasage tendre (avec des températures ne dépassant pas les 450 °C) et le brasage fort ou dur (pour la liaison des métaux en argent, en cuivre et en nickel).

Les caractéristiques des matériaux à souder, la deuxième différence

Le deuxième point qui différencie le soudage et le brasage est le type de matériau qui est assemblé. Les techniciens réalisent des travaux de soudage pour réunir des métaux nécessitant des liaisons fortes comme le fer et l’acier. La solidité du métal d’apport, le chauffage du chalumeau et le temps de refroidissement sont donc essentiels pour obtenir une soudure de qualité. La brasage, en revanche, est une opération réservée pour l’assemblage de métaux standards. Il est communément utilisé pour la liaison d’appareils électroniques, de tuyaux et d’ouvrages en céramique.

Les techniques employées et les équipements utilisés, la troisième différence

À la différence du brasage, il existe différentes méthodes de soudage. Les plus connues sont :

  • Le soudage oxyacétylénique (à l’aide d’un chalumeau) ;
  • Le soudage électrique ;
  • Le soudage aluminothermique ;
  • Le soudage à l’arc électrique ;
  • le soudage à l’arc sous flux ;
  • Le soudage à l’arc avec électrodes non fusibles ;
  • Le soudage laser ;
  • Le soudage orbital ;
  • Le soudage plasma ;
  • Le soudage par friction ;
  • Le soudage par faisceau d’électrons ;
  • Le soudage mixte (laser + TIG, laser + plasma…) ;
  • Le soudage électrogaz ;
  • Le soudage par explosion.

Le brasage, quant à lui, ne comporte que deux procédés spécifiques : le brasage classique et le brasage diffusion. La première technique est caractérisée par l’utilisation d’un métal d’apport. Elle permet d’assembler deux pièces métalliques à l’aide d’un métal d’apport par mécanisme de diffusion atomique. La deuxième est une opération effectuée dans le but de fusionner deux pièces ajustées grâce à un système de chauffe de montage. Vous recherchez un soudeur qualifié aux alentours de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec ? Contactez la compagnie SOUDURE NO LIMIT.

Tags, ,

La menuiserie aluminium, une révolution dans le monde de l’artisanat

Depuis toujours, la menuiserie fait allusion au travail du bois. Cependant, avec l’évolution de l’artisanat, ce secteur a subi des changements. Au fil du temps, les menuisiers commencent à utiliser d’autres matériaux comme l’aluminium. C’est ainsi qu’une nouvelle branche de la menuiserie voit le jour : la menuiserie aluminium. Pour la petite histoire, sachez que les personnes qui étaient chargées de construire des charpentes, des portes et des meubles ont, auparavant, tous été appelés charpentiers. Cependant, cette appellation a changé pour différencier les artisans qui construisaient des petits ouvrages des autres, qui étaient chargés de construire de grands ouvrages. Le terme « menuisier » a, alors vu le jour. Pour en savoir davantage sur ce métier, lisez cet article.

En quoi ce travail consiste-il ?

La menuiserie en aluminium est un travail effectué par 2 artisans : le menuisier et le métallier. Pour mener à bien les projets qui leur sont confiés, ces deux professionnels possèdent différentes compétences et qualités. Ils ont, entre autres, des connaissances approfondies en géométrie, en équerrage, en prise d’aplomb et de niveau et en lecture de plans de menuiserie. Leur travail consiste à façonner, à construire, à modifier, à restaurer et à installer des ouvrages décoratifs, architecturaux et fonctionnels comme :

  • Les volets ;
  • les serrures ;
  • Les portails ;
  • Les rampes d’escaliers ;
  • Les tables ;
  • Les portes ;
  • Les vérandas ;
  • Les pergolas ;
  • Les cloisons ;
  • Les garde-corps ;
  • Les façades ;
  • Les fenêtres.

La seule et unique différence, c’est qu’ici, le matériau utilisé est l’aluminium. Vous recherchez un menuisier spécialisé dans le travail de l’aluminium ? Contactez l’entreprise DIRECT ALU FERMETURES, située à Pessac.

Pourquoi travailler l’aluminium et non un autre matériau ?

Tout simplement parce que l’aluminium permet la réalisation d’ouvrages de formes, de dimensions et d’épaisseurs quasi-illimitées. Extrêmement modulaire, ce matériau est léger et très résistant. Il est aussi flexible, malléable et ductile à souhait. Sa souplesse et sa rigidité font de lui un matériau de choix pour la conception de menuiseries fines. C’est une des raisons pour lesquelles, l’aluminium est très prisé dans le secteur de l’usinage. Celui-ci se prête à toutes sortes d’opérations : pliage, fraisage, perçage, laminage, extrusion, moulage, cintrage…

Une des qualités indéniables de l’aluminium reste aussi sa grande variété de teintes et de nuances. En effet, ce matériau existe dans différentes couleurs et aspects allant du brillant au sablé, en passant par le rouge sang de bœuf et le gris anthracite. Outre ces innombrables qualités, ce métal possède aussi d’autres propriétés :

  • Performances thermiques et phoniques

Les performances thermiques de l’aluminium dépendent des caractéristiques des profilés. Ses performances acoustiques, quant à elles, sont dues au fait que ce matériau ne se dilate que très peu.

  • Durabilité

L’aluminium a une durée de vie estimée à 50 ans, en moyenne.

  • Résistance à la corrosion

Ce matériau ne craint pas la corrosion. Cette particularité est expliquée par le fait qu’une solide couche d’oxyde se forme naturellement à sa surface, le protégeant contre la rouille. Mais encore, cette résistance naturelle de l’aluminium peut être améliorée via d’autres traitements de surface comme l’anodisation et le laquage.

  • Facile d’entretien

Les ouvrages en aluminium ne requierent que très peu d’entretien. Une éponge imbibée d’eau savonneuse et un chiffon doux sont suffisants pour le nettoyer.

  • Écologique

L’aluminium n’est, en aucun, cas nocif pour l’environnement. Il est propre, sain et incombustible. Au contact avec le feu, l’aluminium ne dégage aucune fumée toxique. D’ailleurs, ce matériau est recyclable et réutilisable indéfiniment.

  • Imperméable et étanche

Ce matériau ne laisse pas passer l’air, le vent, l’eau et la lumière. Aussi, l’aluminium n’a aucune odeur et n’a aucun goût. Voilà pourquoi, il est tant utilisé dans les secteurs pharmacologiques et alimentaires, pour l’emballage de denrées alimentaires et de médicaments.

  • Belle apparence

L’aluminium est utilisé aussi bien en neuf et en rénovation et s’adapte à tous les styles architecturaux.

Tags,

Quelques détails à savoir sur la ferronnerie

Lorsque l’on parle de ferronnerie, la croyance populaire nous montre un homme vêtue d’une blouse et tenant un marteau, une forge ou une étampe. Cette image a nettement évolué au fil du temps. À présent, le ferronnier porte une combinaison de sécurité et utilise un matériel moderne lui permettant de réaliser toutes sortes d’ouvrages architecturaux et d’objets comme les luminaires, les chaises, les tables, les escaliers, les portes, les grillages et les portails. Il n’est donc pas étonnant que la ferronnerie se divise aujourd’hui en de nombreuses variantes dont les plus connues sont la ferronnerie du bâtiment, la ferronnerie domestique et la ferronnerie du travail. Quelles sont les différences et les caractéristiques de ces 3 types de ferronneries et en quoi consiste concrètement le travail d’un ferronnier ? Rendez-vous dans les paragraphes ci-dessous pour avoir les réponses à ces questions.

La ferronnerie du bâtiment

Cette première branche fait allusion à la conception d’objets ornementaux et architecturaux en fer forgé ou en acier comme :

  • Les garde-corps ;
  • Les balustrades ;
  • Les rampes ;
  • Les marquises ;
  • Les pergolas ;
  • Les loquets ;
  • Les verrous…

Ce type de ferronnerie englobe toutes les créations en fer destinées à agencer et à aménager une maison ou un bâtiment.

La ferronnerie domestique

La ferronnerie domestique regroupe les travaux visant à modeler, à modifier et à restaurer des ustensiles de cuisine en fer (passoires, louches, fers à gigot, écumoires, hachoirs à viande, tournebroches, chenets…). Cette branche inclut aussi la création de monuments funéraires.

La ferronnerie du travail

Cette dernière variante réuni toutes les techniques visant à créer des outillages liés à la production agricole et artisanale (charrues, herses, bêches…).

Tout d’horizon sur le savoir-faire et les compétences d’un ferronnier

L’artisan ferronnier est le spécialiste du métal. Il peux utiliser différents matériaux (acier, laiton, fer forgé, cuivre, acier, plomb, inox, fonte, etc.). Possédant des connaissances poussées en histoire de l’art, il identifie les matériaux et les styles les plus adaptés pour créer des pièces originales ou pour façonner des copies d’un ouvrage ancien. Son travail se résume à façonner le métal pour qu’il puisse prendre forme et être utilisable. Il peut être sollicité par les particuliers, les entreprises et les collectivités publiques. Son tact naturel et son aisance relationnelle lui permettent de dialoguer facilement avec différents professionnels comme les architectes, les ingénieurs en BTP ou encore les maîtres-verriers.

Comment fabrique t-il les ouvrages en métal ?

Pour fabriquer ou ouvrage ou une pièce métallique, le ferronnier prépare un croquis ou dessine une maquette de l’objet à fabriquer. Il n’entreprend ses travaux qu’après que son client ait donné son accord. Possédant un atelier bien équipé, il réalise des travaux de soudage, de rivetage, martelage, de planage et de forgeage. Pour ce faire, il utilise des outils et un matériel spécifique. En voici quelques-uns :

  • La forge ;
  • Le chalumeau ;
  • Le marteau ;
  • L’enclume ;
  • Les pinces ;
  • Le ciseau ;
  • La scie sauteuse ;
  • Le burin ;
  • La poinçonneuse ;
  • La coudeuse ;
  • La cintreuse ;
  • La presse plieuse ;
  • La cisaille guillotine ;
  • La rouleuse ;
  • Le sableur…

Son travail consiste à chauffer les pièces de métal jusqu’à incandescence afin de pouvoir les courber, les modeler et les façonner. À la fin de son travail, il procède aux finitions et réalise des travaux d’ébarbage, de polissage et de ciselage. Le montage de l’ouvrage sur site est aussi inclus dans ses activités.

Vous projetez de créer ou de restaurer un ouvrage architectural métallique ? Faites appel à un ferronnier compétent. Sans plus tarder, contactez un artisan de confiance ou à une société expérimentée comme l’entreprise Ferronnerie Rogation, située à Savignac-les-Églises.

Tags, ,

Ce que vous devez savoir sur les entreprises de pompes funèbres

La mort est une chose que personne n’arrive à expliquer jusqu’à ce jour. Et pourtant, chaque jour, des milliers de gens meurent avec ou sans raisons apparentes. Quand un décès survient, l’organisation des funérailles et des obsèques devient une charge lourde supplémentaire pour la famille du défunt. C’est la raison pour laquelle, il est souvent nécessaire de faire appel à une entreprise de pompes funèbres pour prendre en charge l’organisation des obsèques. Selon les besoins de la famille du défunt, ces types d’entreprises professionnelles propose de nombreuses prestations. Vous souhaitez en savoir plus sur ces genres de sociétés très particulières ? Voici quelques éléments de réponse. Dans un premier temps, nous allons établir une petite définition d’une entreprise de pompes funèbres. Ensuite nous verrons les différentes prestations qu’elles peuvent proposer selon les circonstances et la demande des clients.

Une entreprise de pompes funèbres : c’est quoi exactement ?

Par définition, les pompes funèbres désignent les types d’entreprises qui ont pour rôle d’organiser les funérailles d’une personne décédée. Outre les différents services qu’elles proposent, ces entreprises ont aussi un rôle de soutien psychologique auprès de la famille et des proches du défunt. Selon la formule choisie par la famille du défunt, elles peuvent proposer un accompagnement total ou partiel. La concurrence est moins rude que dans d’autres domaines. Pourtant, c’est un secteur prometteur, en plein essor. Et la raison est toute simple. Tous les jours, de nombreuses personnes meurent subitement et n’ont pas pensé de leur vivant à prévoir un budget pour l’organisation des obsèques.
Par ailleurs, sachez qu’il existe 3 types d’entreprises de pompes funèbres : les pompes funèbres municipales, les pompes funèbres privées et les pompes funèbres agréées par la préfecture de police.

Les différentes prestations proposées par une entreprise de pompes funèbres

Comme nous l’avons déjà évoqué, les entreprises de pompes funèbres proposent toute une gamme de prestations. Celles-ci se divisent en deux catégories bien distinctes :

-D’un côté, il y a les prestations obligatoires. De nombreuses familles ignorent qu’un devis type a été imposé aux entreprises de pompes funèbres. Et dans ce devis doivent obligatoirement figurer les prestations suivantes :

La fourniture d’un véhicule agréé pour le transport du corps avant ou après la mise en cercueil
La fourniture d’un cercueil conforme aux normes en vigueur, avec une épaisseur d’au moins 22 mm (18 mm pour une crémation) d’épaisseur et doté d’une garniture étanche ainsi que quatre poignets.
La toilette funéraire du défunt
L’organisation et l’exécution de la mise en bière
Le transport du corps au lieu d’inhumation
L’exécution de l’acte d’inhumation ou de crémation selon les cas de figure

-Puis, il y a les prestations non-obligatoires ou optionnelles. Pour donner quelques exemples, on peut notamment citer la thanatopraxie, la fourniture de plaques funéraires ou encore l’acquisition d’une concession en cimetière, la distribution de faire-part, l’organisation de l’office religieuse et bien d’autres encore. Selon les souhaits de la famille du défunt, l’entreprise de pompes funèbres peut aussi s’occuper des différents travaux de marbrerie.

ANGEDA : une entreprise de pompes funèbres installée à Riom

L’entreprise ANGEDA propose ses services aux familles endeuillées se trouvant à Riom et ses environs, et plus largement dans tout le département du Puy-de-Dôme. Située à l’Avenue De Paris Z.a.c Cap Nord 63200 à Riom, cette entreprise de pompes funèbres est réputée pour la qualité de ses prestations. Selon les besoins de la famille du défunt, l’entreprise propose de nombreux services pour les soutenir et leur porter assistance. L’entretien et le fleurissement de tombes font aussi partie de ses prestations.

Tags, ,

Focus sur l’usinage

Dans de nombreux secteurs d’activité comme l’industrie, l’automobile ou encore l’aviation, les travaux d’usinage sont un besoin permanent pour répondre aux besoins en pièces. Que ce soit pour la conception de prototypes, de moules ou pour la reproduction de pièces, cette technique de fabrication est incontournable dans de nombreux secteurs. D’autant plus que grâce à l’évolution de la technologie, cette opération s’effectue dans un temps record et permet d’obtenir des résultats d’une très grande précision. A cette fin, il faut respecter les différentes étapes de l’usinage, et ce, quel que soit le matériau à utiliser. Mais avant cela, un petit rappel de la définition de ce procédé.

Qu’est-ce que l’usinage de pièces ?

L’usinage est un procédé de fabrication qui consiste à enlever des copeaux sur une matière, de façon à donner à une pièce brute une forme et des dimensions bien déterminées. Complexe et technique, ce procédé s’effectue au moyen d’une machine-outil. Notons que cette technique peut s’appliquer à tous types de matériaux : bois, plastique, aluminium, métal, céramique technique, acier, inox, etc.

Les différentes étapes de l’usinage de pièces

Afin d’obtenir le résultat escompté, vous devez suivre les étapes suivantes lors de l’usinage de pièces.

– La réalisation et la validation du dessin technique

Un processus d’usinage efficace doit toujours commencer par cette étape, c’est-à-dire la validation des dessins techniques. Lors de cette étape, le prestataire valide avec le donneur d’ordre les différentes données qui détermineront la forme et les dimensions de la pièce à usiner, mais aussi le matériau à utiliser, et même le degré de précision exigé. Quand on sait que lors de la fabrication d’une pièce, la moindre erreur ou imprécision peut fortement impacter sur la qualité du résultat final, on se rend compte de l’importance de cette étape.

– La modélisation

Ensuite, vient l’étape de la modélisation. Avant, on pouvait sauter cette étape, car on ne disposait pas encore du matériel pour le réaliser. La modélisation consiste à réaliser des schéma en 3D des différentes pièces à réaliser au moyen de différents appareils et logiciels informatiques. Ainsi, le donneur d’ordre pourra avoir un aperçu du résultat avant même l’entame des travaux.

– Choisir quel outil utiliser

Lors de la validation technique, il est aussi question du choix de la matière à utiliser pour la fabrication des pièces. Ainsi, en fonction du type de matériau à travailler, le prestataire choisira l’outil le mieux adapté pour la réalisation des travaux. D’un autre côté, le choix de la machine-outil à utiliser dépendra aussi du résultat voulu.

– Usinage à 3 ou 5 axes ?

Autrefois, l’usinage de pièces s’effectuait uniquement sur 3 axes. Certes, cela était suffisant pour obtenir des résultats de qualité, mais le travail était plus laborieux et moins précis. Grâce au progrès technique, on peut maintenant réaliser l’usinage d’une pièce sur 5 axes. Cette technique permet de réaliser des actions plus précises sur le matériau à travailler. Certes, elle nécessite plus de préparation et de travail, mais cela en vaut la peine puisque cela permet de réaliser des prototypes plus rapidement.

Après, ces quatre étapes, vous pouvez enfin passer à l’usinage proprement dit, des ou de la pièce.

OPTIK-C : votre spécialiste de l’usinage de pièces à Malay-le-Grand

Vous êtes à la recherche d’un professionnel pour l’usinage de pièces à Malay-le-Grand et ses environs ? Adressez-vous à OPTIK-C, un spécialiste en la matière. Implantée au 7 Rue Des Bas Musats 89100, à Malay-le-Grand, cette entreprise est réputée pour son savoir-faire dans l’usinage de haute précision de matériaux durs. Grâce à la qualité de ses réalisations, de nombreux professionnels de la région font régulièrement appel aux services de ses équipes pour la fabrication de pièces.

Tags, ,

L’essentiel sur les garde-corps

En une phrase simple et claire, le garde-corps empêche la chute dans le vide. Cet équipement est indispensable pour la sécurité des enfants, des grandes personnes, des maladroits, des téméraires, et même des animaux domestiques. Il s’agit d’une barrière de protection, d’une sorte de rambarde.

Le garde-corps est utilisé aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

  1. Pour l’escalier

La présence d’un garde-corps sur les côtés (ou les pourtours) d’un escalier ouvert est indiscutable.Il est question de garde-corps rampants.

  1. Pour la mezzanine, le balcon et la terrasse

Le garde-corps est utilisé pour délimiter la zone ouverte sur le vide, et pour assurer la sécurité des personnes.

  1. Pour les fenêtres

Le garde-corps est aussi placé devant le rebord de la fenêtre.

  1. Pour la piscine

Le garde-corps est utilisé en pourtour pour la piscine.

  1. Pour les chantiers

Le garde-corps (métallique et provisoire) est indispensable pour les professionnels du bâtiment. L’objectif est de protéger les ouvriers des chutes tout au long de la construction ou de la rénovation.

Les matériaux mis en œuvre pour la fabrication du garde-corps sont nombreux.

  • Le bois

Le bois est de plus en plus privilégié pour sécuriser les escaliers, les terrasses et les balcons. Ce matériau est écologique, résistant… Il faut, toutefois, le protéger des moisissures, des champignons et des insectes.

  • Le fer

Le fer se distingue par sa solidité, son design original et sa facilité de fixation.

  • L’inox

L’inox est reconnu pour sa robustesse, sa résistance à l’usure, son élégance, etc.

  • L’aluminium

Ce matériau séduit généralement par plusieurs points : sa légèreté, la finesse de ses lignes, sa flexibilité, sa durabilité, sa résistance aux agressions climatiques, sa bonne tenue face à la corrosion, son caractère sain et recyclable, sa stabilité, son étanchéité, son esthétique, sa facilité en mise en œuvre et en entretien, son coût accessible, sa durée de vie, etc.

Provence Aluminium à Fréjus a œuvré dans ce domaine depuis plus de 10 ans. La fabrication de tous types de menuiseries en aluminium et en PVC est son activité principale. Dans son showroom, l’entreprise de menuiserie aluminium présente des : fenêtres aluminium PVC, Pergo Bio, lames orientables, garde-corps vitrés (avec option bandeau lumineux ou non), etc. Par ailleurs, d’autres produits sont réalisés : des volets, des stores, des portes de garage, des portails, des clôtures, des vérandas, etc.

Des menuisiers qualifiés RGE QUALIBAT et professionnels se chargent de tout.

Ils se déplacent sur la Côte d’Azur, dans le golfe de Saint-Tropez à Cannes, et dans les communes se trouvant dans un rayon de 200 km autour de Fréjus / Saint-Raphaël.

  • Le verre

Un garde-corps en verre l’idéal pour ceux qui recherchent un rendu minimaliste et épuré. On peut l’avoir opaque, transparent, coloré ou avec de jolis motifs.

Il y a également la pierre, le câble, les panneaux de tôle, etc.

Actuellement, il est possible d’avoir un garde-corps sur mesure. Il peut être vitré, avec des LEDs…

Tout cela pour apporter du charme et du design à l’habitat ou au lieu de travail. À chacun de choisir le design et le coloris qui correspondent le plus au style de la maison en intérieur ou en extérieur.

La diversité des offres sur le marché permet aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels de disposer d’une barrière de protection adaptée à leurs besoins.

Des normes sont à respecter pour la fabrication et la pose de garde-corps. Cet élément doit, en effet, répondre à certains critères. Il faut une hauteur d’au moins 1 m, 80 cm pour une épaisseur d’au moins 50 cm.

Pour sa fixation ou son installation, plusieurs techniques sont mises en œuvre. Seul un spécialiste en garde-corps est en mesure de fournir un élément de protection joli et fiable.

Tags, , , ,