Monthly Archive 2021-04-26

Quels travaux de menuiseries réaliser soi-même sans risque ?

2021-04-26 Commentaires fermés sur Quels travaux de menuiseries réaliser soi-même sans risque ? By Kenzo Boyer

Le bricolage est la passion d’un grand nombre de pères et mères de famille. Cependant, il faut faire la part des choses entre les travaux qu’on peut faire et les travaux à confier obligatoirement à des professionnels. Vous ne pouvez pas économiser à tous les coups, mais certains travaux peuvent être réalisés de façon rapide et efficace par vos petites mains. Découvrez ici quelques travaux de menuiserie à réaliser vous-même.

Le décapage et le ponçage d’un meuble

Le décapage et le ponçage d’un meuble font partie des travaux de menuiserie les plus faciles. Pour le faire, il faut avoir à disposition soit une ponceuse, soit une cale à poncer et un papier abrasif.

Si vous avez une ponceuse, le travail sera très rapide. Lavez la surface à décaper et laissez-la sécher. Dès que c’est le cas, posez la ponceuse sur la surface en suivant le sens de la veine du bois. Avec un outil électrique, vous devez avoir un bon doigté. Bougez-la ponceuse rapidement sur toute la surface du meuble pour qu’elle ne dévore pas le bois. Pour parfaire les détails, utiliser le papier abrasif sur les bords.

Le changement d’une serrure simple

Il y a différents types de serrures. La pose ou le changement de certains sont du ressort du serrurier, tandis que le professionnel ou l’amateur en menuiserie peut s’occuper d’autres. Sans risque, vous pouvez en tant que menuisier amateur, changer une serrure à condition qu’elle soit simple et basique.

Ici, vous aurez essentiellement besoin d’un tournevis. Commencez par retirer les fixations des deux côtés des poignées de porte avec le tournevis. Enlevez ensuite le bloc serrure. Enfin, placez le nouveau mécanisme s’il est du même modèle que le précédent. Autrement, il faudrait peut-être faire des trous plus grands pour que la nouvelle serrure soit stable. Si le modèle est le même, placez le bloc serrure d’abord et les poignées ensuite. Fixez le tout avec le tournevis à la fin. Vérifiez qu’elle adhère bien à la porte.

La fabriquer d’une table

Ici, il est important de faire une esquisse de la table qu’on a en tête. Toutefois, le menuisier débutant n’a pas un large choix. Il ne peut faire qu’une table en planche. Rendez-vous à l’usine de bois la plus proche de vous et achetez la quantité de bois dont vous aurez besoin. Les dimensions des planches qui seront coupées seront fonction de la dimension finale de la table.

Sur votre plan de travail, posez les planches l’une à côté de l’autre. Généralement, il y en a trois. Utilisez une perceuse pour créer des trous obliques dans les planches. C’est par eux que passeront les clous pour fixer les planches ensemble. Une fois, cela fait, il faut maintenant concevoir le tablier qui a pour rôle de consolider la structure de la table. Il est composé de 4 planches plus petites. Il s’agit d’une version miniature et sans fond du plateau. Posez par la suite, les pieds de la table et collez-les avec de la colle à bois. Soyez généreux pour que la structure tienne longtemps.

La pose d’un porte rideau en bois

Si vous avez besoin d’un porte rideau, vous pouvez en commander un chez un menuisier professionnel et le placer vous-même. Le porte rideau livré doit être composé de trois éléments, à savoir les deux appuis et le bâton sur lequel le rideau sera placé.

À l’aide d’un clou en acier, fixez les appuis des deux côtés de la fenêtre ou de la porte, et ce, en hauteur. Le meilleur emplacement, c’est en haut au niveau du cadre de la porte. Généralement, deux petits trous sont prévus dans l’appui, un en haut et un en bas pour recevoir les clous. Utilisez-les donc pour maintenir les appuis sur le mur. Placez votre rideau sur le bâton et positionnez-le entre les deux appuis.

Quel brise-vue choisir pour sa véranda ?

2021-04-26 Commentaires fermés sur Quel brise-vue choisir pour sa véranda ? By Kenzo Boyer

Dans votre maison, plus précisément sous la véranda, il vous arrive souvent de vouloir une certaine intimité. Cela est bien normal et vous pouvez l’obtenir en installant une brise-vue. Or, il en existe plusieurs et il faudra choisir celui qui est plus approprié. Vous vous êtes peut-être une fois demandé « Quelle brise-vue choisir pour votre véranda ? ». Si vous êtes toujours préoccupé par cette interrogation, vous allez découvrir la réponse à travers la lecture de cet article.

Les haies artificielles

Les haies artificielles constituent des moyens pour cacher la vue sur votre véranda. Ces dernières sont conçues en divers matériaux et il vous faut une bonne disposition. Une fois que la disposition est réussie, le résultat sera excellent. Il est important de noter qu’il y a plusieurs modèles qui peuvent résister au feu et aux rayons UV.

De même, l’entretien permanent n’est pas une obligation et cela est à votre avantage. Vous devez simplement opter pour le feuillage qui vous convient. Le degré d’occultation des haies artificielles peut être de 95 %.

Le brise-vue naturel

Comme son nom l’indique, il est naturel. Ce type de brise-vue est conçu avec du bois naturel. Cet aspect naturel lui permet de conférer une allure esthétique à votre véranda. De même, il peut aisément s’adapter à votre environnement. À la différence du précédent, celui-ci a besoin d’un entretien régulier. Il faudrait donc en prendre grand soin afin qu’il dure longtemps. Vous pouvez aussi trouver plusieurs modèles sous le marché. Il faut noter que leur degré d’occultation est de 85 à 95 % (selon le modèle choisi).

Le brise-vue synthétique

En fait, le brise-vue synthétique est apprécié pour sa beauté. Les mailles tissées lui donnent une merveilleuse allure. Avec le brise-vue synthétique, vous avez également un énorme avantage. Il résiste et s’adapte à toutes les saisons de l’année. La robustesse de ce brise-vue est à considérer, de même que sa praticité. Son adjectif « synthétique » n’est pas banal, car il a un design qui valorise l’environnement dans lequel il est mis. La variation du degré d’occultation est entre 75 et 95 %.

Les canisses

Comparativement aux autres brise-vues, il est bien vrai que les canisses ne sont pas encore très connues. Néanmoins, elles sont favorables à une bonne intimité sur votre véranda. Ainsi, dans votre véranda, vous pouvez être plus ou moins libre dans vos actions. Personne à l’extérieur ne pourra voir ce que vous êtes en train d’y faire. Les canisses sont généralement faites avec du PVC. La bonne nouvelle est que le degré minimal d’occultation d’une canisse est de 85 %. Ceci est donc à votre avantage au cas où vous décidez d’en acquérir.

Faire le choix du brise-vue de façon judicieuse

Vous connaissez déjà les différents brise-vues pour lesquelles vous pouvez opter. Ce qui reste à faire est de pouvoir effectuer un choix approprié. D’abord, vous devez savoir qu’il n’y a pas un brise-vue que l’on qualifierait de meilleur dans tous les contextes. Tout dépend du cadre et de vos attentes.

À cet effet, vous devez prendre un brise-vue qui est compatible ou adéquat à la véranda et à la maison. Ensuite, pensez aux dimensions en fonction de la longueur de brise-vue que vous recherchez. Les brise-vues sont livrés avec les accessoires adaptés et vous ferez l’installation avec facilité. Vous devez savoir que l’objectif de cet accessoire est de vous mettre à l’abri des regards. Cependant, à l’instar de la « dimension d’usage », ne banalisez pas la « dimension esthétique ». Si les deux dimensions sont prises en compte, vous serez satisfait du choix opéré.

Les brise-vues sont divers et multiples. Il suffit de savoir celui qu’il vous faut. Vous ferez ainsi un choix exceptionnel pour votre véranda.

5 techniques pour faire entrer plus de lumière dans votre maison ?

2021-04-26 Commentaires fermés sur 5 techniques pour faire entrer plus de lumière dans votre maison ? By Kenzo Boyer

Dans une maison, la lumière est essentielle pour voir et pour vivre convenablement. Mais dans certaines maisons, il n’y a presque pas d’entrée de lumière naturelle. Si c’est le cas chez vous, alors, vous êtes au bon endroit pour trouver de bonnes résolutions. Quelles sont les techniques pour faire entrer plus de lumière dans votre maison ? Nous allons vous présenter cinq différents techniques efficaces pour faire entrer la lumière naturelle chez vous.

1-    L’agrandissement des ouvertures

Pour permettre l’entrée de la lumière, il faut créer une ouverture par laquelle elle passera. Ainsi, il faut que vous agrandissiez les ouvertures pour faciliter l’entrée de la lumière. Généralement, beaucoup de personnes pensent directement à la création de nouvelles ouvertures. Or, il faut d’abord partir des ouvertures existantes. Agrandir ces dernières est une technique bien profitable. Vous pouvez l’adopter chez vous.

L’agrandissement des ouvertures augmente de façon considérable l’apport en lumière. Mais, vous devez suivre une procédure spécifique. Pour modifier les façades, il faut une déclaration à la maire pour l’exécution des travaux. Cela sous-entend que vous allez suivre quelques démarches administratives.

Par ailleurs, il faut analyser la faisabilité du projet avant de vous lancer. Pour ce faire, vous devez solliciter un architecte.

2-    Création de fenêtres dans les pièces sombres ou aveugles

Dans une maison, les pièces sombres ne peuvent être fréquentées sans lumière (électricité). Il y a une technique très simple pour faire entrer la lumière dans ces pièces. En créant des fenêtres pour ces pièces, vous ferez entrer de la lumière naturelle. Vous ferrez également une énorme économie de lumière artificielle. Pour ce projet également, il y a des règles à respecter avant le lancement des travaux.

Si vous voulez créer la fenêtre sur un mur porteur, il est capital que l’expert prenne de bonnes dispositions. Une fois encore, la faisabilité du projet doit être analysée par ce dernier. En cas de copropriété, vous devrez demander des autorisations auprès du syndicat. Par ailleurs, lorsque la création des fenêtres est un vis-à-vis sur une propriété (maison) voisine, il est possible que vous preniez un permis de construire.

3-    La création de fenêtres de toit

Les fenêtres de toit sont considérées comme un moyen très efficace pour avoir de la lumière. Le passage de la luminosité est direct et fluide. Vous allez remarquer que les chambres seront plus agréables. La lumière naturelle renforce la beauté et l’esthétique de ces dernières. Néanmoins, vous devez tenir compte de quelques normes qui vous permettront de ne pas faire le choix de n’importe quelle fenêtre.

Il est important que vous ayez une assurance de la qualité acoustique et surtout thermique des différentes ouvertures. Pour opérer ces travaux, il est exigé de déposer une demande d’autorisation à la municipalité. En cas de copropriété ou de mitoyenneté du mur, vous devez prendre les mêmes documents que ceux de la précédente technique.

4-    L’installation des puits de lumière

L’installation des puits de lumière est une excellente technique pour favoriser une bonne entrée de la lumière. Cette installation n’est pas conforme à toutes les formes de plafond. Il faut que la structure du plafond et le procédé de construction permettent l’installation de ces accessoires. Les puits de lumière sont avantageux, car ils donnent un éclairage naturel et ne procurent ni fraîcheur ni chaleur.

5-    La pose des verrières d’atelier

Les verrières d’atelier jouent potentiellement un double rôle. Elles favorisent un bel éclairage, mais aussi, elle donne une allure moderne aux différentes pièces. Vous allez faire votre choix en fonction de la dimension que vous recherchez. Elles permettent une entrée simple et facile de la lumière. Le plus grand avantage est qu’elles se posent aisément et vous n’aurez pas à y consacrer énormément de temps. Toutefois, il faudra les poser minutieusement afin qu’elles durent véritablement dans le temps.

Dorénavant, vous avez cinq techniques à votre disposition. Il temps que vous passez à l’application.

En quoi consiste le métier de chaudronnier ?

2021-04-24 Commentaires fermés sur En quoi consiste le métier de chaudronnier ? By Yves Saint-Hilaire

Peu de gens connaissent ce qu’est un chaudronnier. Pourtant, c’est un métier indispensable dans le secteur industriel. Spécialiste des travaux des métaux, le chaudronnier est doté d’un savoir-faire et des compétences techniques irréprochables en la matière. Envie d’en savoir plus sur ce métier ? Parcourez tout de suite cet article.

Quelles missions assure un chaudronnier ?

Le spécialiste en chaudronnerie réalise des travaux industriels tels que la fabrication de petite et de grosse chaudronnerie. Acier, aluminium, inox, laiton, étain… des métaux très familiers au chaudronnier. Il déforme les métaux ferreux et alliages afin d’obtenir divers produits métalliques comme les chaudières domestiques, les appareils électroménagers, les cuves d’usine chimique, les citernes agricoles, les chaudières pour centrale nucléaire, etc.

Il effectue son travail dans un atelier ou sur chantier. Pour créer des pièces métalliques, le chaudronnier élabore des dessins, des plans, des schémas ou des pièces modèles. Il procède ensuite au découpage des feuilles de métal à l’aide d’un chalumeau ou d’une cisaille. Pour finir le travail, il assemble ces feuilles de métal afin d’obtenir l’objet souhaité. Sachez également que le chaudronnier peut intervenir pour effectuer la maintenance et le renforcement des pièces déjà usées.

Un chaudronnier peut intégrer différents domaines, notamment la métallurgie artisanale, la construction navale, la pétrochimie, les industries technologiques, les industries agro-alimentaires, le transport automobile, le secteur ferroviaire, ou encore l’aéronautique.

Quelles formations pour devenir chaudronnier ?

Il faut d’abord souligner que les entreprises recrutent à tous les niveaux. Pour pouvoir pratiquer les travaux de chaudronnerie, il faut suivre des formations professionnelles.

  • Pour le niveau CAP : CAP en réalisation chaudronnerie et soudage.

C’est un certificat qui s’obtient en deux ans après la classe de troisième. Ayant la possession de ce certificat, l’étudiant peut déjà prétendre à un poste dans une entreprise industrielle.

  • Pour le niveau BAC : BAC professionnel technicien en chaudronnerie industrielle.

Il est recommandé de poursuivre ses études pour obtenir ce diplôme. En effet, l’étudiant pourra envisager une évolution de carrière (prétention vers un poste cadre).

  • Pour le niveau BACC+2 : BTS en conception de processus de réalisation de produits.

Ce diplôme est obtenu deux ans après le bac. L’étudiant a encore la possibilité de continuer ses formations en vue d’obtention du diplôme d’ingénieur à l’École Polytechnique de l’Université de Montpellier spécialité mécanique. Celle-ci est en partenariat avec le syndicat de la chaudronnerie tôlerie et tuyauterie.

Quelles sont les qualités et compétences requises pour un chaudronnier ?

Même si le domaine de la chaudronnerie s’évolue de plus en plus vers l’utilisation de la technologie, et des machines à commande numérique, il requiert une certaine habileté manuelle. Ainsi, le chaudronnier doit posséder une bonne dextérité.

Le chaudronnier est amené à concevoir des produits métalliques à tailles variées. Pour ce faire, il doit savoir lire et analyser des plans en 2D et 3D. De plus, il doit également avoir une bonne perception du volume dans l’espace. Dans l’exercice de son métier, le chaudronnier aura à effectuer des calculs et de la géométrie. Ainsi, c’est quelqu’un de très fort en mathématiques.

D’un côté plus technique, la chaudronnerie requiert des solides connaissances en soudage, pliage, cintrage, perçage, et emboutissage. Toutes ces méthodes seront utilisées pour mettre en forme les matériaux.

Généralement, le travail des métaux se fait en position debout. De plus, les pièces réalisées sont souvent lourdes. Ainsi, le chaudronnier doit avoir une bonne condition physique.

Faisant preuve de professionnalisme, le technicien de la chaudronnerie doit veiller au respect des normes de fabrication et de sécurité. Il doit également être autonome et avoir une certaine précision.

Résumé

Voilà ! Nous vous avons presque tout dit sur le métier de chaudronnier. C’est un métier à la fois intéressant et passionnant. Si vous voulez savoir davantage sur celui-ci, vous pouvez vous rendre dans l’atelier d’un chaudronnier professionnel. Il vous apprendra également sur les différentes étapes de réalisation de travaux métallurgiques. N’hésitez pas à faire des recherches sur Google ou sur d’autres moteurs de recherches pour connaître les chaudronniers dans votre localité.

 

, , , , , ,

Maison-a-ossature-en-bois

Maison à ossature en bois : zoom sur les essences de bois couramment utilisées

2021-04-22 Commentaires fermés sur Maison à ossature en bois : zoom sur les essences de bois couramment utilisées By Tristan Majory

Une maison à ossature en bois est à la fois écologique et économique. Elle se caractérise par une structure porteuse entièrement constituée de bois. Les performances sont exceptionnelles, que ce soit au niveau de l’isolation thermique ou acoustique. Toutefois, le choix de l’essence pour concevoir une maison à ossature en bois est important notamment pour la bonne tenue dans le temps. Ci-dessous, découvrez les essences de bois couramment utilisées pour une maison à ossature en bois.

, , Read More

4 manières de développer efficacement votre activité d’artisan

2021-04-22 Commentaires fermés sur 4 manières de développer efficacement votre activité d’artisan By Yves Saint-Hilaire

Vous souhaitez promouvoir votre société qui est dans le domaine de l’artisanat ? Actuellement, de nombreuses possibilités s’offrent à vous, des publicités conventionnelles à l’utilisation de nouvelles technologies. Découvrez nos conseils pour accroître votre notoriété.

Démontrez votre professionnalisme

Les labels sont généralement le gage de la professionnalisme, quel que soit le domaine dans lequel vous évoluez. En tant qu’artisan, il vous sera utile d’avoir une reconnaissance légale d’artisan. Celle-ci a pour objectif de mettre en valeur votre savoir-faire manuel et artisanal. La Commission Artisan vous fournira un logo, qui sera le signe que vous êtes reconnu légalement.

Outre la reconnaissance, il est également dans votre intérêt de bénéficier d’un label qualité. Le Label CAC-Artisan de confiance est celui qui s’adapte à toutes les activités. Sinon, suivant votre domaine de compétence, vous pourrez avoir une autre distinction, telle que meilleur ouvrier de France. Cette distinction se base sur la qualité des prestations que vous proposez, l’état de votre atelier, la satisfaction client, etc.

Le respect de tous ces critères devrait donc vous aider à démontrer votre engagement auprès de votre clientèle. Il s’agit également d’un bon moyen pour se différencier de la concurrence. D’ailleurs, les artisans qui bénéficient de ce label ont une place sur le site web de celui-ci.

Multipliez les apparitions

Pour faire connaître votre entreprise, participer à des événements est important. Avez-vous déjà entendu parlé de la Journée de l’artisan ? Il s’agit d’un salon organisé pour promouvoir toutes les activités artisanales. Les prestataires y ont la possibilité de démontrer leur savoir-faire. Le seul inconvénient de ce salon est qu’il se tient en Belgique. Toutefois, vous pouvez toujours participer aux foires dans votre région. Cela reste un bon moyen pour promouvoir votre activité. Lors des salons, n’hésitez surtout pas à distribuer un maximum de cartes de visite. Misez sur une carte personnalisée, à l’image de votre entreprise.

Une méthode largement utilisée : la publicité par objet. Vous pourrez peindre vos véhicules de service à la couleur de votre entreprise. Veillez à y mettre les informations utiles telles que vos contacts et votre adresse.

Soyez présents sur les réseaux sociaux

Actuellement, les réseaux sociaux ont de plus en plus d’impact sur la communication des entreprises. Pour cela, il faut choisir les bons réseaux, en fonction de votre cible. Dans tous les cas, Facebook reste une des meilleures options, avec ses milliards d’abonnés.

Pour développer vos activités, créez une page entreprise. Vous pourrez y présenter votre équipe, partager des conseils et des tutos, ou tout simplement montrer vos réalisations. L’objectif des réseaux sociaux est de laisser les abonnés être vos ambassadeurs, grâce aux partages qu’ils effectuent autour d’eux. Mais pour maintenir l’intérêt des facebookers, soyez disponible pour répondre à leurs questions.

À part Facebook, Pinterest est également une plateforme intéressante pour publier des photos. En effet, ce sont généralement des personnes à la recherche de quelque chose de spécifique qui s’y rendent.

Dans tous les cas, assurez-vous d’offrir un contenu de qualité, notamment des photos nettes voire professionnelles.

Créez un site web pour votre entreprise

La création d’un site web est aujourd’hui un indispensable pour toutes les entreprises. En effet, votre site vitrine est parfois plus facile à trouver que votre atelier. De plus, internet permet aux gens de comparer plusieurs offres à la fois.

Pour avoir un site web efficace, misez sur le contenu. Veillez à fournir toutes les informations utiles (votre localisation, vos horaires d’ouvertures). Pensez également à mettre vos atouts en avant, notamment votre domaine d’expertise, et surtout, proposez un aperçu de vos réalisations.

Une stratégie de référencement local devrait vous aider à cibler les clients dans votre zone géographique. Pour vous aider, l’agence Linkeo à Tours est spécialisée dans la création de site web et le référencement.

, ,

porte-et-fenetres-en-bois-bleu

Pourquoi choisir des menuiseries en bois ?

2021-04-21 Commentaires fermés sur Pourquoi choisir des menuiseries en bois ? By Yves Saint-Hilaire

Bien que le PVC, l’aluminium et l’acier sont des matériaux de choix pour la fabrication de menuiseries, le bois reste le plus prisé. En effet, il offre de nombreux atouts. Cet article vous en dit un peu plus sur les avantages des menuiseries en bois.

, , , , , , Read More

Déformer un métal : les différentes méthodes possibles

2021-04-20 Commentaires fermés sur Déformer un métal : les différentes méthodes possibles By Yves Saint-Hilaire

Le travail du métal tient une place importante dans le secteur industriel. Afin de concevoir des pièces techniques de qualité, les métallurgistes doivent être dotés du savoir-faire et des compétences requises en la matière. Ils pratiquent diverses techniques de déformation métallurgique pour satisfaire des besoins différents. Plusieurs métaux peuvent être façonnés : l’inox, l’acier, l’aluminium, le cuivre, etc. Dans cet article, nous allons vous présenter les différentes méthodes de déformation de métaux.

Le fluotournage

Il s’agit d’une technique qui consiste à faire glisser le métal entre un mandrin et des molettes. A l’issue du travail de métal, les pièces obtenues ont une épaisseur réduite. L’opération est réalisée à chaud (à une température comprise entre 450 °C et 1 050 °C) ou à froid. Le fluotournage présente de nombreux avantages, pour ne citer que :

  • la rapidité et l’efficacité du procédé de réalisation ;
  • la possibilité de modérer l’effort en exerçant une pression d’intensité moyenne sur les métaux ;
  • la précision sur les dimensions souhaitées ;
  • la possibilité de fabriquer des pièces à très faible épaisseur ;
  • l’économie faite sur la matière travaillée ;
  • l’absence de soudure dans la conception des pièces ;
  • la conservation de la fibre du métal de base dans chaque réalisation.

Le fluotournage est très prisé dans le domaine de l’aérospatiale, car il permet d’obtenir des pièces aux dimensions considérables sans points de soudure.

Il existe deux types de fluotournage : le fluotournage conique et cylindrique.

Le fluotournage conique

Également appelé fluo-projection, le fluotournage conique permet de fabriquer des pièces de forme conique. Lors du travail, le métallurgiste fait fluer le métal entre les molettes et l’outillage depuis un disque. Ainsi, l’épaisseur de la pièce au niveau de la partie conique dépend étroitement de son épaisseur de départ et du sinus de l’angle.

Le fluotournage cylindrique

Dans cette seconde technique, le métallurgiste utilise une ébauche pour concevoir les pièces. Ces dernières possèdent une épaisseur variée sur la partie cylindrique. Grâce au mouvement d’une broche, le mandrin et l’ébauche sont mis en rotation. Situées à un angle de 120° les unes par rapport aux autres, les molettes exercent des forces équilibrées sur les pièces. Par conséquent, celles-ci subissent un fluage axial et un rallongement.

L’emboutissage

Cette méthode permet d’allonger ou de modeler de manière spécifique le métal. L’emboutissage s’effectue grâce à l’utilisation des presses à dimensions variables nécessitant un effort de serrage. C’est une technique complexe, car il faut passer par plusieurs opérations avant d’aboutir au résultat attendu. L’acier et l’aluminium sont souvent les matières les plus travaillées lors d’un emboutissage. Leur résistance et leur robustesse permettent d’avoir des pièces en série.

Cinq techniques d’emboutissage sont à la disposition du métallurgiste :

  • l’emboutissage avec outils simple effet ;
  • l’emboutissage avec outils double effet ;
  • l’emboutissage à froid ;
  • l’emboutissage à chaud ;
  • l’emboutissage multi-passes.

 

Le repoussage

Outre les métallurgistes, les orfèvres et les joailliers utilisent également la technique de repoussage. Celle-ci consiste à travailler le métal à l’aide d’une molette afin de le faire prendre une forme identique à celle du mandrin. Cette méthode peut remplacer l’emboutissage dans le cas de la fabrication des pièces de petite ou de moyenne série. Presque tous les types de matériaux supportent la technique de repoussage : inox, aluminium, laiton, zinc, acier…

Le repoussage des métaux comporte plusieurs avantages :

  • la rapidité de production : comparé aux techniques traditionnelles de déformation métallurgique, le repoussage offre un gain de temps considérable. C’est la raison pour laquelle, cette méthode est la plus adaptée pour fabriquer des prototypes ;
  • la possibilité d’économies : le repoussage permet d’éviter un gaspillage de matières. En effet, les métaux sont utilisés de façon plus nette ;
  • la rentabilité : grâce à l’automation, l’ouvrier peut régler les paramètres en cas de rectification d’un prototype.

On compte deux procédés de repoussage de métaux : le repoussage manuel et le repoussage au tour automatique. Le premier est adapté dans la fabrication de joyaux. Quant au second, il est utilisé dans la conception de pièces de grande série.

, , , , , , , , , , ,

Quelles sont les règles de conservation de fromage

2021-04-20 Commentaires fermés sur Quelles sont les règles de conservation de fromage By Kenzo Boyer

Le fromage est souvent présent sur la table à manger en famille et lors des fêtes. Cette gourmandise est indispensable pour certaines recettes. Parfois, sa conservation pose problème dans plusieurs ménages. Or, il suffit de connaître les règles relatives à sa conservation afin de la faire efficacement. Quelles sont donc ces règles?

Que devez-vous savoir de la durée de conservation du fromage ?

Pour parler de conservation de fromage, il est capital de parler de la durée. Cette durée est déterminée par le type de fromage. Chaque type de fromage a donc une durée spécifique en termes de conservation.

Il est recommandé de conserver les fromages à pâte molle sur près d’une semaine. Cette durée est normale en raison de la qualité du fromage et du taux élevé d’humidité. Quant au fromage à pâte fraîche, il se conserve dans une période de quelques jours jusqu’à deux semaines. Ce type de fromage est beaucoup plus durable que le précédent.

Vous avez la possibilité de conserver les fromages à pâte ferme sur une durée plus longue que les deux autres. La conservation peut se faire sur près de cinq semaines. En ce qui concerne les fromages à pâte demi-ferme, ils se conservent à deux à trois semaines environ.

Les fromages à pâte dure ont une durabilité inégalée. Vous pouvez les conserver rigoureusement sur une période de 10 mois. En fonction de ces différentes durées, vous devez anticiper la période d’utilisation du fromage avant l’achat. Cette approche vous permet d’éviter le gaspillage alimentaire et financier.

Quelle est la conduite à adopter en cas de moisissures ?

Généralement, les aliments sont considérés comme « non consommables » lorsque les moisissures apparaissent. Cette règle est valable pour le fromage, mais ne prend pas en compte toutes les catégories de fromages. En cas de moisissure sur un morceau, il y a des conduites à tenir selon le type de fromage.

S’agissant du fromage dur, il suffit de couper la partie moisie et la jeter. Lorsqu’il y a une moisissure superficielle, vous allez simplement gratter les tâches de part et d’autre. Le reste est bel et bien consommable sans aucun souci.

S’agissant des fromages frais ou à pâte molle, vous devez obligatoirement le jeter dès que vous y voyez la moindre moisissure. Cependant, vous devez savoir que la moisissure comestible du roquefort ou du camembert est différente et donc exceptionnelle. C’est lors de l’affinage qu’elle a été introduite et elle donne un goût particulier aux fromages.

La conservation (compartiment et emballage) du fromage

Pour la bonne conservation, il faut d’abord avoir connaissance du compartiment et du type d’emballage adaptés.

Compartiments

Vous pouvez facilement les conserver dans un compartiment « Bio fresh » de votre réfrigérateur. Avec un faible taux d’humidité et une température légèrement au-dessus de 0 °C, vos fromages seront dans des conditions optimales de conservation. Ces conditions favorisent la réduction de l’affinage et l’amélioration de la durée de conservation. À cet effet :

  • Cette température est adaptée aux fromages à pâte mini-dure (sur plusieurs semaines) ;
  • Une température de moins de 18 °C est idéale pour les fromages frais et dure (sur plusieurs mois).

Emballage

Il est impératif de couvrir le fromage avec un emballage avant de l’introduire dans le compartiment. Le type d’emballage varie selon le type de fromages.

Pour les fromages à pâte dure ou mi-dure, il faut un papier de fromage à pellicule ou un film alimentaire perforé. Pour les fromages persillés, le film alimentaire doit être assez large en vue d’une respirabilité optimale. De préférence, pour les fromages à pâte molle, il faudra une boîte en plastique pourvu d’un système d’aération. Il faut un emballage hermétique pour les fromages frais.

Ces différents procédés et règles sont essentiels pour une bonne conservation du fromage. Il vous revient de les mettre en application.

Quelles sont les principales missions d’un carreleur professionnel ?

2021-04-20 Commentaires fermés sur Quelles sont les principales missions d’un carreleur professionnel ? By Kenzo Boyer

Dans tout métier, le professionnel a des missions spécifiques. Le bon accomplissement de celles-ci atteste son professionnalisme. À cet effet, le carreleur a des missions principales par rapport à son métier. Ces missions sont au centre de l’exercice de son métier. Quelles sont donc ses différentes missions ?

La réalisation du devis

Cette mission du carreleur professionnel est la base de toutes les autres. Le carreleur professionnel étant un travailleur compétent doit prévoir les matériels qui lui seront utiles pour ses tâches. Il doit faire une présentation détaillée de tous les éléments qui entre en lien de compte avec son travail.

Dans le devis, il mentionne non seulement les matériaux et les outils, mais aussi la main d’œuvre. C’est à lui de faire savoir au son client les choses dont il aurait besoin pour remplir sa part de responsabilité. Le client sait donc à quoi s’attendre (financièrement) par rapport aux travaux demandés.

Maîtrisant tous les aspects de son métier, il se charge de l’approvisionnement en matières premières.

Le conseil aux clients

Cette mission rejoint plus ou moins la précédente. Ici, il se charge de faire de bonnes recommandations aux clients afin que les attentes de celui-ci soient comblées. Dans son rôle de conseiller, il montre aux clients la pertinence et l’utilité des différentes propositions faites dans le devis.

Il mentionne le modèle, le type, la catégorie et la qualité de matériels adaptés. Il fait une analyse comparative de ces derniers en tentant compte de la durabilité et de la résistance. Il peut également proposer aux clients des motifs décoratifs pour donner une allure mosaïque au carrelage.

La préparation des surfaces à carreler

Avant la phase de réalisation, le carreleur prend le temps de bien préparer les surfaces. Il fait une bonne analyse des différentes surfaces afin de savoir comment y mettre les carreaux. Il prend des mesures, fait des répartitions et effectue les travaux préliminaires.

Il fait une anticipation sur tout ce qu’il aura à effectuer comme travaux. En fait, cette phase de préparation est bien relative à la réalisation du devis. Les outils à utiliser sont connus et les stratégies à appliquer sont prédéfinies.

La réalisation du carrelage

Dans son rôle de professionnel, le carreleur a pour mission le carrelage. Ainsi, après avoir préparé les surfaces, il passe à la réalisation du carrelage qui constitue une mission importante. Il lisse les surfaces en utilisant du ciment et les matériels adaptés. Il met en œuvre son savoir-faire pour poser les carreaux de façon professionnelle et esthétique.

À la phase de réalisation, il coupe les carreaux et leur trouve un bel emplacement. Il positionne chacun des morceaux de façon à ce que l’ensemble du travail soit magnifique. Pour la coupure, il utilise le coupe-carreaux ou la scie. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il prévoit un plan de pose.

La rénovation

Les travaux de rénovation constituent l’une de ses missions. À cet effet, il s’agit de rénover les surfaces et les rendre plus agréables. Il revient au carreleur professionnel de retirer le revêtement existant afin de poser un nouveau.

Il est donc important qu’il ait de l’expertise au risque de mal assumer ces responsabilités. À travers cette mission, il doit également trouver la bonne approche à chaque niveau.

La finition

Le carreleur professionnel réalise la jointure et se rassure de la bonne pose des carreaux. Il fait un nettoyage authentique des différentes surfaces pour qu’elles soient propres.

Le carreleur professionnel a beaucoup de missions. Pour qu’il puisse bien les accomplir, il doit avoir de bonnes expériences. L’authenticité et l’efficacité de son œuvre dépendent de ses expériences professionnelles.